1. 5 bonnes raisons de devenir diététicien(ne)
Décryptage

5 bonnes raisons de devenir diététicien(ne)

Envoyer cet article à un ami
Un des avantages du métier de diététicien : il peut s'exercer aussi bien à l'hôpital qu'en centre de cure ou en maison de retraite. // © Florence Levillain pour L'Étudiant
Un des avantages du métier de diététicien : il peut s'exercer aussi bien à l'hôpital qu'en centre de cure ou en maison de retraite. // © Florence Levillain pour L'Étudiant

Le milieu de la santé vous attire ? Vous avez un côté pédagogue et aimeriez travailler au contact de différents publics dans des structures variées. Le métier de diététicien est peut-être fait pour vous. Voici cinq raisons de vous y intéresser.

1. Vous aurez un rôle clé de soignant

"Vous devrez concevoir et mettre en œuvre un soin nutritionnel pour chaque individu, selon une démarche clinique", explique Florence Rossi, diététicienne à Marseille et porte-parole de l'AFDN (Association française des diététiciens nutritionnistes). À partir d'une prescription médicale, vous établirez un programme d'hygiène alimentaire adapté à la situation de chaque patient : personne devant perdre du poids, souffrant de maladies cardio-vasculaires, atteinte d'un cancer... D'autres pathologies spécifiques requièrent un régime alimentaire personnalisé : le diabète, l'intolérance au gluten, les allergies alimentaires, une maladie rénale...

2. Vous ferez de l'éducation à la nutrition...

"Le diététicien n'est pas seulement ce professionnel de santé qui met le patient au régime ! affirme Florence Rossi. Son rôle consiste à enseigner les besoins nutritionnels, à éduquer le goût et à faire découvrir – ou redécouvrir — le plaisir de manger." Vous aurez donc à mener des actions de soin, mais aussi de prévention et – de plus en plus — de rééducation. Nombreuses sont les personnes qui souffrent par exemple d'obésité, d'hypercholestérolémie ou de troubles du comportement alimentaire : l'art de ce spécialiste de la nutrition sera d'inciter le patient à la consommation de plats équilibrés.

3. Vous travaillerez auprès de publics très différents

Nourrissons, personnes âgées, femmes enceintes, personnes ayant une maladie chronique ou particulier venant spontanément, le diététicien prend en charge les risques et les troubles nutritionnels à tous les âges en fonction des modes de vie de chacun. Aider un enfant en surpoids à limiter les boissons sucrées ou lui suggérer de manger moins de graisses présentes dans les viennoiseries ou les charcuteries, ou inviter un adolescent adepte du burger-frites à consommer davantage de fruits et de légumes frais, ou encore changer l'alimentation d'une personne intolérante au gluten, vous serez amené à travailler auprès de plusieurs types de publics. Et votre mission sera toujours la même : sensibiliser et conseiller votre patient à modifier ses habitudes alimentaires.

Lire aussi : Pour quels métiers êtes-vous fait(e) ?

4. Vous exercerez à l'hôpital, à la cantine ou dans l'industrie

Plus de 60 % des diététiciens travaillent dans un établissement de santé ou de soins : hôpital, clinique, centre de cure, maison de convalescence ou de retraite... Mais le diététicien peut aussi élaborer des menus dans une cantine scolaire ou un restaurant d'entreprise. Il veille alors à la qualité nutritionnelle et hygiénique des repas et est chargé d'appliquer la législation en matière d'alimentation. Autre débouché : l'industrie agroalimentaire, où ce spécialiste est le garant de la qualité nutritionnelle et de l'hygiène des produits. L'industrie pharmaceutique recrute aussi. Enfin, le diététicien peut exercer en cabinet libéral. Il reçoit des patients envoyés par leur médecin traitant ou venant spontanément.

5. Vous pratiquerez un métier à composante psychologique

"La relation de soin ne se résume pas à donner une prescription telle que prendre trois comprimés matin, midi et soir, observe Florence Rossi. Le diététicien transcrit la prescription médicale en une alimentation adaptée à la situation nutritionnelle de la personne." Cette tâche exige de bien évaluer les possibilités de chaque patient, de négocier des objectifs à atteindre et de mesurer les progrès réalisés. Pour ce faire, empathie, capacité d'écoute et patience sont essentielles. Vous devrez mettre en confiance les personnes qui souffrent d'obésité, d'anorexie, de boulimie... afin de faire passer vos recommandations et souvent un changement d'habitude alimentaire, voire de mode de vie.

Les différentes filières de formation

La France compte près de 10.000 diététiciens – 9.972 précisément en 2015 selon le ministère de la Santé. Le titre de diététicien est protégé par le Code de la santé publique. Pour exercer ce métier, vous devez posséder l'un des deux diplômes suivants : le BTS (brevet de technicien supérieur) diététique ou le DUT (diplôme universitaire de technologie) génie biologique option diététique, qui se préparent en deux ans après le bac.

Les titulaires d'un bac S, STL (sciences et technologies de laboratoire) ou STMG (sciences et technologies du management et de la gestion) sont les mieux armés pour entrer dans ces formations sélectives.

Vous pouvez compléter votre formation en poursuivant vers une licence professionnelle nutrition et alimentation humaine, ou nutrition appliquée ou encore alimentation santé.