1. 5 bonnes raisons d’être notaire
Décryptage

5 bonnes raisons d’être notaire

Envoyer cet article à un ami
Les raisons sont nombreuses pour devenir notaire. // © Fotolia
Les raisons sont nombreuses pour devenir notaire. // © Fotolia

Moins fantasmé que le métier d'avocat, réputé pour se transmettre de père en fils, le notariat n'est pas une profession à laquelle on pense spontanément. Pourtant, si vous aimez le droit, écouter, conseiller avec rigueur mais surtout si la paperasse ne vous fait pas peur, vous avez de bonnes raisons de devenir notaire.

1. Se voir confier des secrets

Une grande partie du métier de notaire consiste à écouter son client. Maître Philippe Bourdel, notaire à Paris, déclare même qu'au fil du temps "moins [il] parle, et plus [il] écoute". Le notaire se voit confier des secrets de famille – une discrétion absolue est donc nécessaire. Ces secrets plus ou moins importants prennent souvent le chemin de la confidence, comme le confirme Maître Christian Lefebvre, notaire à Paris. Ce dernier relate même que certains de ses clients partent quelquefois en lui disant : "au revoir, docteur".

2. Maîtriser divers domaines du droit

Le notaire ne s'occupe pas uniquement de droit de la famille (contrats matrimoniaux, divorce, séparation…), d'immobilier (transactions immobilières) et de patrimoine (succession des biens). Il peut être en effet amené à devoir gérer d'autres domaines tels que la fiscalité, la copropriété, le droit rural, etc., et également à donner des conseils aux entreprises pour ce qui concerne les démarches juridiques quotidiennes comme la fiscalité, le bail commercial, la constitution ou la transmission d'une société.

3. Rencontrer des gens de tous horizons

Le notaire accompagne les personnes durant toute leur vie. Et le fait que la justice soit accessible à tous lui permet de rencontrer des personnes différentes : les successions peuvent aussi bien concerner un patrimoine de 5.000 € que de 50.000 €, voire beaucoup plus. Vous pouvez donc être amené à travailler pour des entrepreneurs, des artisans, des retraités ou une famille. Enfin, ne pensez pas que vous passerez votre temps assis derrière votre bureau. Vous aurez aussi des rendez-vous à l'extérieur, que ce soit avec des particuliers ou des chefs d'entreprise.

4. Être un rouage fondamental de l'État

Maître François Boudry, notaire à Lille, qui a été collaborateur une dizaine d'années puis nommé notaire depuis cinq ans, indique que "l'on devient notaire non pas lorsque l'on est diplômé mais lorsque l'on est nommé". En tant qu'officier public, le notaire exerce une mission de service public. Vous prêterez donc serment au nom de l'État et vous serez nommé par le garde des Sceaux, ministre de la Justice. Vous serez alors placé sous le contrôle de la chambre départementale ou interdépartementale des notaires dont vous dépendrez et du procureur de la République. Ainsi, le notaire confère l'authenticité aux actes qu'il rédige, c'est-à-dire qu'il y applique son sceau et sa signature. Maître Boudry confie que "les premiers actes notariés sont stressants car on n'a pas encore d'assurance". Vous serez ainsi responsable de vos actes et de ceux des autres.

5. Avoir son indépendance

Le notariat est une profession libérale et il faut donc gérer son étude tel un véritable chef d'entreprise. Responsable des actes qu'il rédige, le notaire l'est également de l'équilibre de son office. Ainsi, une fois votre diplôme obtenu, différentes possibilités s'offrent à vous : vous pourrez ouvrir un nouvel office avec l'accord des pouvoirs publics, ou bien en reprendre un existant, ou accéder à un poste de notaire salarié ou devenir associé d'une étude.

 

Vous former au métier de notaire
Sept ans d'études après le bac sont nécessaires. Après un master 1 de droit (bac + 4), il existe deux types de formation : universitaire et professionnelle. Dans les deux cas, vous devrez suivre un stage qui sera rémunéré.

- La filière universitaire dure deux ans dans une fac ayant passé une convention avec le CNEPN (Centre national d'enseignement professionnel notarial). Elle débouche sur le DSN (diplôme supérieur de notariat) et le titre de notaire assistant.

- Par la voie professionnelle, vous devrez passer par un CFPN (centre de formation professionnelle notariale). Accessibles sur examen, ces centres délivrent, en un an (et deux mois de stage), le DAFN (diplôme d'aptitude à la fonction de notaire) et le titre de notaire stagiaire. Il faut ensuite effectuer un stage de deux ans en office. Après un rapport, le notaire stagiaire est reçu notaire assistant.