1. Métiers de l'industrie : les jeunes veulent être mieux informés
Enquête

Métiers de l'industrie : les jeunes veulent être mieux informés

Envoyer cet article à un ami

"Pénible", "polluant", "déclinant", le secteur de l’industrie, malmené par la crise, n’a pas bonne presse auprès des jeunes. C'est ce que souligne un sondage Ifop-Institut Lilly publié le 21 novembre 2013 sur le Salon de l'Education. Conscients toutefois de son potentiel en termes d’innovation, les 15-25 ans interrogés voudraient être mieux informés sur les filières d’études qui y mènent.

Des ouvriers à la chaîne travaillant dans des conditions pénibles. Malgré les efforts de l’industrie pour dépoussiérer son image auprès des jeunes, les clichés sur le secteur ont la vie dure…  Surtout quand l’actualité est marquée quotidiennement par de nouvelles annonces de fermetures d’usines. Les résultats du baromètre Ifop-Institut Lilly sur les jeunes et les métiers de l’industrie (1), dévoilé jeudi 21 novembre 2013 dans le cadre du Salon "L'Aventure des métiers" à Paris, ne font pas vraiment apparaître une inversion de la tendance.

Plus de 1 jeune sur 2 en quête d'information

L'image ci-dessous restitue les réponses à la question : “Et souhaiteriez-vous être davantage informé(e) concernant les différentes filières scolaires et universitaires qui mènent aux métiers de l'industrie ?”

Les jeunes et l'industrie - Sondage Ifop - Institut Lily.

Industrie ne rime pas toujours avec "sexy"

Ainsi, près des trois quarts des 15-25 ans interrogés se verraient travailler dans les services, qu’ils jugent "attirants" ou "plutôt attirants", contre 63 % dans la fonction publique, 48 % dans l’industrie, et seulement 21 % dans l’agriculture. Inversement, une majorité (52 %) estime le secteur de l’industrie "plutôt pas"(38 %), voire "pas du tout" sexy (14 %). La moitié juge même l’industrie française en "déclin",  et 79 % que certains métiers peinent à recruter. Pour beaucoup, le secteur reste associé à l’idée d’un "travail à la chaîne" (85 %), pénible (81 %), sale (55 %), avec l’usine pour principal cadre (58 %). Des usines qu’ils stigmatisent pour leurs activités polluantes (71 %), voire dangereuses (53 %).

Ingénieur, un métier qui fait encore rêver

Mais le tableau n’est pas si noir. En analysant les chiffres d’un peu plus près, on s’aperçoit que les perceptions des jeunes interrogés varient beaucoup en fonction du métier exercé et du niveau de qualification. Avec plus de 90 % d’image positive (92 %), l’ingénieur occupe le sommet de la pyramide – 30 % des interviewés en font même  "le seul vrai métier de l’industrie". Ensuite, on trouve notamment le "responsable marketing" à égalité avec le directeur de production (85 %), suivi de l’ouvrier qualifié (78 %). Le manutentionnaire et l’ouvrier non qualifiés (50 % et 41 %) arrivent loin derrière.

55 % des jeunes estiment que l’industrie française a de l’avenir, et 66 % que nos usines sont "créatrices d’emploi"

Alors, dépassée l’industrie ? Certainement pas ! Malgré ce regard a priori négatif, elle reste perçue comme un secteur de "haute technicité" (80 %), synonyme "d’innovation" (75 %) et de "qualification" (68 %). Ils sont plus d’un sur deux à estimer que l’industrie française a de l’avenir (55 %), et que nos usines sont "créatrices d’emploi" (66 %).

Mal informés sur les filières de formation

Quand bien même ils seraient intéressés par le secteur, les interviewés ne savent pas toujours quel chemin emprunter. Plus de 7 sur 10 se sentent "assez mal"(55 %), voire "très mal" informés (16 %) sur les filières scolaires et universitaires qui mènent à ces métiers. Et plus de la moitié d’entre eux (56 %) aimeraient en savoir davantage. Ils sont ainsi plus de 70 % à croire qu’il faut obligatoirement avoir suivi une formation technique pour travailler dans l’industrie… Du travail de communication en perspective pour les professionnels de l’orientation et du secteur.

(1) Cette enquête a été réalisée 2 au 6 septembre 2013 par questionnaire auto-administré en ligne, auprès d'un échantillon de 1021 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 à 25 ans selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage) après stratification par région et catégorie d'agglomération.

PUBLI INFO

uimm-bann-90x90
Métiers d'avenir, carrières riches : et si les industries technologiques vous offraient les perspectives professionnelles dont vous rêvez ? Accédez à l'espace dédié sur l'Etudiant.fr