1. Services à la personne, des métiers qui ont du sens
Décryptage

Services à la personne, des métiers qui ont du sens

Envoyer cet article à un ami
Plus de 300.000 emplois vont être créés dans le secteur de l'aide à domicile d'ici 2022. // © Phovoir
Plus de 300.000 emplois vont être créés dans le secteur de l'aide à domicile d'ici 2022. // © Phovoir

ON RECRUTE ! Vous aimez le relationnel et possédez de belles qualités humaines ? Les services à la personne sont faits pour vous ! Focus sur un secteur en plein boom, qui devrait continuer d’embaucher massivement dans les prochaines décennies.

Aide à domicile, auxiliaire de vie, travailleur familial, aide ménager(e), garde d’enfants, aide au bricolage, aide au déplacement… les services à la personne sont devenus incontournables !

Sous cet intitulé, on regroupe l’ensemble des métiers qui aident les particuliers dans leur vie quotidienne, le plus souvent à domicile. Si le secteur s’adresse principalement à des publics “fragiles” (enfants, personnes âgées, personnes dépendantes), de plus en plus de ménages y ont recours pour des services dits de confort : ménage-repassage, bricolage, entretien, assistance informatique, préparation des repas, etc.

Retrouvez toutes nos offres d'emploi

Aujourd’hui, quelque 2 millions de personnes – souvent des femmes – travaillent dans ce secteur, pour aider 4,5 millions de ménages. En 10 ans, un peu moins de 400.000 emplois ont été créés, et selon les derniers chiffres, ce rythme de croisière devrait se poursuivre, comme pour beaucoup de métiers liés à l'aide aux personnes. À lui seul, le vieillissement de la population pourrait générer 160.000 emplois d’aide à domicile d’ici 2022 !

Au cœur du secteur, l'aide à domicile

Travailler dans les services à la personne, c’est choisir un métier parmi trois grandes familles de métier : aide aux familles et aux personnes fragiles, services de la vie quotidienne, fonctions de direction et d’administration.

Métier-phare du secteur, l’aide à domicile fait partie des emplois qui devraient recruter le plus dans les années qui viennent. Derrière ce terme, deux niveaux de métier : employé à domicile et accompagnant éducatif et social (AES).

L’employé à domicile a pour mission d’épauler la personne dans l’ensemble des tâches du quotidien : entretien courant de la maison (ménage, linge), aide aux courses, préparation des repas, aide au déplacement ou sortie, aide aux démarches administratives. Ici, le niveau BEP ou CAP est suffisant pour être embauché.

Pour faire ce même travail, mais spécifiquement au service de personnes fragiles, il faut avoir le DEAES, le Diplôme d’État d’accompagnant éducatif et social. Ce diplôme fusionne les anciens diplômes d’AVS (auxiliaire de vie sociale) et d’AMP (aide médico-psychologique), et propose un tronc commun puis une spécialisation (domicile, structures collectives, éducation). La formation au DEAES dure soit 12, soit 18 mois, et est accessible à tous dès 18 ans, moyennant une épreuve écrite et un oral. Bon à savoir, certains diplômes dispensent de l’épreuve écrite.

Savoir-être avant tout

Certes accessibles, les métiers des services à la personne sont néanmoins exigeants en termes de compétences humaines. Le savoir-être, la psychologie, la patience et l’empathie sont plus qu’indispensables pour exercer ces emplois au plus près des personnes, au contact de leur intimité, et parfois de leur détresse. Mais c'est précisément ce qui donne à ce secteur sa raison d'être…!

La flexibilité horaire est également de rigueur pour la plupart des postes : ils sont généralement à temps partiel, avec souvent un morcellement des journées pour mieux s'adapter aux besoins des personnes aidées. Les aides à domicile par exemple sont souvent sollicités le matin et le soir, aux heures du lever et du coucher. Efficacité et organisation sont donc de rigueur !

Du particulier à l'entreprise

Quatre types d’employeurs se côtoient dans ce vaste secteur : les entreprises de services à la personne, à but lucratif, les associations spécialisées, à but non lucratif et agréées par l’État, les structures publiques, et les particuliers-employeurs.

Côté salaires, ils sont assez faibles étant donné le niveau de diplôme exigé. Néanmoins, leur niveau varie en fonction du métier et de qui vous emploie : l'heure de travail est en moyenne mieux rémunérée par les particuliers (10,4 € brut) que par les structures (9,9 € brut). Embauché par une structure, vous serez mieux payé en moyenne dans les organismes publics (11 € brut) que dans les associations et les entreprises (9,8 € brut).

À savoir : moyennant une formation continue (ou une VAE), l'évolution professionnelle permet d'accéder à des niveaux de compétence et de responsabilité plus importants, avec de meilleurs salaires à la clé ! La forte demande sur les services à la personne devrait enfin booster les salaires dans les années à venir, afin d'augmenter l'attractivité de ces métiers auprès des futurs candidats.

Témoignage. Claire, 24 ans, auxiliaire de vie sociale (AVS)


"Je travaille à l'association ADMR de Saint-Symphorien-de-Lay (42) depuis avril 2015. Je m'occupe essentiellement de personnes âgées, mais je fais aussi de la garde d'enfants. Les stages que j'ai fait en lycée professionnel m'ont donné envie de travailler dans le secteur. Après un BEP Services aux personnes et un bac pro Service en milieu rural, j'ai passé mon DEAVS (Diplôme d'État d'auxiliaire de vie sociale).

Je travaille à domicile, pour l'aide à la toilette, l'accompagnement quotidien, l'entretien du cadre de vie. Je vois environ 15 personnes par semaine, pour un contrat en CDI de 120 heures par mois, un volume que j'ai demandé pour m'occuper de mon enfant. Apporter quelque chose à des personnes parfois très isolées, c'est ce qui me plaît dans ce métier. La plupart des personnes sont très accueillantes, reconnaissantes.

J'ai des contraintes horaires (souvent tôt le matin), mais nous tournons sur les week-ends et jours fériés au sein de l'équipe. Travailler dans une structure associative de petite taille me permet de cultiver le lien humain aussi dans le travail, et d'échanger !

Les qualités pour ce métier ? Savoir être autonome, car on est seul au domicile des personnes ; arriver à prendre de la distance avec ce que l'on vit ; être capable de s'adapter à l'autre, d'être dans la relation ; n'avoir pas peur de l'intimité des autres. La possibilité d'évoluer dans ce métier vers un poste d'aide-soignante ou d'AMP, est un plus pour moi."

La liste des diplômes facilitant une embauche comme employé à domicile

- BEP carrière sanitaire et sociale
- BEPA option services, spécialité services aux personnes
- BEPA option économie familiale et rurale
- CAP agricole, option économie familiale et rurale
- CAP agricole et para agricole employé d’entreprise agricole, option employé familial
- CAP petite enfance
- CAP employé technique de collectivités
- Titre assistant de vie du ministère du Travail
- Titre employé familial polyvalent du particulier employeur
- Brevet d’aptitudes professionnelles assistant animateur technique