1. 100 jeunes qui font parler d’eux (8/11) : les entrepreneurs

100 jeunes qui font parler d’eux (8/11) : les entrepreneurs

Envoyer cet article à un ami

À l’occasion de la nouvelle formule de son mensuel, l’Etudiant met en lumière 50 filles et 50 garçons de moins de 30 ans qui inventent un monde meilleur. Zoom sur des jeunes entrepreneurs et entrepreneuses qui ne se contentent pas de faire du business pour gagner leur vie, mais qui ambitionnent de changer le monde.

Sarah Toumi - 100 jeunes // © Myriam ToumiSarah Toumi // © Myriam Toumi

Sarah Toumi : émanciper des femmes tunisiennes en plantant des arbres

Fondatrice de l'entreprise sociale Acacias pour tous, Sarah Toumi, 27 ans, entend à la fois soutenir l'adaptation des agriculteurs du Maghreb au changement climatique et émanciper des femmes tunisiennes en leur permettant de vivre de l'exploitation de la gomme arabique.

"Côtoyer des jeunes et des femmes ne bénéficiant pas des mêmes opportunités que la petite Pari­sienne que j'étais m'a profondément marquée", raconte la jeune diplômée d'un master en littérature française à Paris-Sorbonne, qui a découvert la Tunisie à l'âge de 9 ans.

Au programme ? Plantation de forêts-jardins dans les zones arides, soutien à des projets écologiques et à des formations. Sarah mûrit ce projet depuis 2006, mais s'est véritablement lancée six ans plus tard.

"Nous avons pu mettre en route la phase pilote et collecter 3.000 € par le financement participatif en 2012", explique-t-elle. Ce sont 1.500 arbres qui ont été plantés en novembre 2014. Sarah en prévoit 50.000 en 2015.

 

Élodie Guillerm : elle finance des bourses scolaires avec des bijoux

Des bijoux fabriqués à partir de graines végétales de la forêt amazonienne, voilà ce que propose Élodie Guillerm, dipômée de l'ESCEM Poitiers (86), 28 ans, créatrice de la marque Nodova.

Valeur ajoutée ? Une partie de la recette des ventes de ces bijoux colorés réalisés par des femmes équatoriennes sert à financer des bourses scolaires.
 


Matthieu Dardaillon - 100 jeunes // © MD

Matthieu Dardaillon. // © MD

Matthieu Dardaillon : guide pour jeunes qui veulent changer le monde

Matthieu Dardaillon, diplômé de l'ESCP Europe, a organisé "Ticket for change" à l'été 2014. Ce voyage d'éveil est une adaptation modeste du Jagriti Yatra indien, une expérience marquante pour le jeune homme de 25 ans.

"Ce voyage d'éveil a permis à 50 jeunes de 18 à 28 ans, qui sentent que le monde ne tourne pas toujours rond et se demandent ce qu'ils peuvent faire au quotidien pour changer les choses, de se nourrir de l'expérience d'entrepreneurs sociaux afin de devenir les entrepreneurs du changement", résume le coauteur, avec Jonas Guyot, camarade de promotion, d'À la rencontre des entrepreneurs qui changent le monde.

 

Divya Nag : accompagnatrice de start-up médicales

À 22 ans, l'Américaine Divya Nag, qui a fait des études de médecine à Stanford (États-Unis), est considérée comme "une star montante des objets connectés", selon les médias spécialisés. Elle a été classée par Forbes parmi les personnalités de moins de 30 ans les plus importantes.

Elle a fondé StartX Med pour accompagner le développement de start-up médicales et a contribué au programme Stem Cell Theranostics, qui évalue la radiotoxicité des médicaments. Apple l'a croquée en lui offrant un job de responsable de projet en avril 2014.

 

Vincent Touboul-Flachaire - 100 jeunes // © VTFVincent Touboul-Flachaire // © VTF

Vincent Touboul-Flachaire : faire un don en visionnant une pub

Vous regardez sa pub, l'entreprise fait un don. Sur Goodeed, site Internet créé par Vincent Touboul-Flachaire, 19 ans, vous pouvez ainsi financer l'envoi d'un sachet de riz, d'un vaccin, ou la plantation d'un arbre, en regardant simplement un spot publicitaire. Son site affiche déjà 467.000 dons.

 

Leila Hoballah - 100 jeunes // © LHLeila Hoballah // © LH

Leila Hoballah : elle met en relation entrepreneurs sociaux et financeurs

Présidente de MakeSense, Leila Hoballah, 27 ans, œuvre au quotidien pour connecter les entrepreneurs sociaux aux organisations pouvant les aider. L'ancienne étudiante de l'ESCP Europe coordonne un réseau de 1.000 membres dans une centaine de villes depuis trois ans, organisant notamment des ateliers qui ont réuni plus de 15.000 personnes.