1. EuroSkills 2016 : la France monte sur le podium des JO des métiers
Reportage

EuroSkills 2016 : la France monte sur le podium des JO des métiers

Envoyer cet article à un ami

DIAPORAMA. Dix médailles dont quatre en or : c'est le butin récolté par l'équipe de France des métiers qui concourait aux EuroSkills du 1er au 3 décembre 2016, à Göteborg, en Suède. Elle se hisse à la 3e place du podium parmi les 35 pays participants. L'Etudiant y était.

Du 1er au 3 décembre 2016, quelque 450 jeunes venus de 35 pays d'Europe ont concouru dans 41 métiers à Göteborg, en Suède, lors des Olympiades européennes des métiers, les EuroSkills. "L’intelligence de la main", tant vantée par les candidats à l'élection présidentielle, est dans chacun de leurs gestes.

Aux EuroSkills, les métiers traditionnels du BTP (maçonnerie, carrelage, menuiserie…) sont très représentés. Mais les services (soins esthétiques, service en salle, art floral…) occupent aussi une grande place. Les métiers de l’industrie et des nouvelles technologies ne sont pas en reste : contrôle industriel, mécatronique, administration des systèmes et réseaux informatiques, ou encore robotique mobile. À elle seule, l'équipe de France des métiers porte haut les couleurs de 23 filières professionnelles

Une compétition exigeante

Au centre des congrès Gothia Towers, à Göteborg, a régné une bruyante effervescence durant toute la compétition. 75.000 visiteurs sont venus supporter les compétiteurs. Au rez-de-chaussée, les métiers du BTP, de l'industrie ou de la maintenance. À l'étage, ceux des services. "Le niveau est plus élevé que pour les championnats de France. Cette compétition internationale est plus exigeante", lâche fatiguée Cléo, 23 ans, qui concoure en soins esthétiques. "Vendredi, j'ai eu une grosse épreuve avec la réalisation d'une "mystery box", comprenant quatre soins à réaliser dans un temps limité : deux en quarante-cinq minutes, deux en une heure", explique la toute jeune diplômée d'un BTS métiers de l'esthétique obtenu en 2016 à l'école Peyrefitte.

Une tour Eiffel en plâtre aux couleurs de la Suède

"Il faut être concentré durant dix-huit heures. Pour rester dans ma bulle, j'ai un mode opératoire : je m'impose d'avoir bouclé les tâches intermédiaires avant chaque pause, confie Yohan, 23 ans, plâtrier plaquiste qui a remporté la médaille d'or à l'issue de la compétition. Pour le sujet libre, j'ai réalisé une tour Eiffel en plâtre aux couleurs bleu et or de la Suède", sourit le jeune professionnel, par ailleurs maître d'apprentissage et chef de chantier dans une entreprise de second œuvre.

"J'ai eu peur de ne pas finir à temps mais je n'ai pas douté", confie Julien, peintre décorateur qui a remporté une médaille de bronze. La préparation physique et mentale que nous avons reçue en France m'a bien aidé à surmonter les moments de solitude", confie le jeune homme qui, après son CAP de solier moquettiste et son BP peinture, s'est installé à son compte en auto-entrepreneur au printemps 2016. "La préparation avec Stéphane Raynaud, notre préparateur physique et mental, nous a apporté le dépassement de soi. On a découvert qu'on peut toujours arriver à faire ce dont on se sent incapable", explique Michaël, 23 ans, titulaire d'un brevet des métiers d'art, qui a remporté la médaille d'argent en ébénisterie. 

Lire aussi : Les membres de l'équipe de France des métiers s'entraînent comme des athlètes

Accélérateur de maturité professionnelle

"C'est fini, ouf ! Cette compétition m'a demandé un an de préparation. Je n'ai aucun regret", confie Thibault, 23 ans. Ce titulaire d'un BTS techniques et services en matériels agricoles affrontait huit compétiteurs  en maintenance des matériels agricoles et n'a pas remporté de prix. Mais il garde le sourire et le souvenir d'une formidable expérience de vie. "L'équipe de France nous aide à passer à autre chose quand nous traversons des difficultés. Il y a une vraie entraide entre membres". Tête froide, Thibault s'autorise une petite fête au pub avec l'équipe de France et les supporters, mais s'apprête à retourner, dès mardi, dans la concession de ses parents où il est responsable d'atelier.

Olivier, 23 ans, diplômé d'une licence professionnelle méthode de conception et de production avancées de l'IUT (institut universitaire de technologie) de Metz n'a pas décroché de médaille dans l'épreuve de mécatronique. Il concourait en tandem avec son frère Fabien, titulaire d'un master ingénierie électrique électronique et informatique industrielle : "Mais cette compétition nous a appris l'endurance, la persévérance, et à aller jusqu'au bout. D’autres candidats ont baissé les bras avant la fin", remarque Olivier. Ces 26 athlètes des métiers ont la qualité de tous les champions sportifs de haut niveau !

Les 10 médailles décrochées par l'équipe de France des métiers aux EuroSkills 2016 

Les 4 médailles d'or
- Administration des systèmes et des réseaux informatiques : Alexandre Étienne (Hauts-de-France) et Anthony Lebarbanchon (Normandie) 
- Couverture métallique : Youni Le Coutour (Île-de-France) 
- Menuiserie : Romain Bouland (Normandie) 
- Plâtrerie et construction sèches : Yohan Christians  (Pays de la Loire)

Les 3 médailles d’argent 
- Ébénisterie : Michaël Henry (Nouvelle-Aquitaine) 
- Plomberie et chauffage : Laurent Terrien (Grand-Est) 
- Solier : Maxime Couet (Normandie)

Les 3 médailles de bronze
- Mécanique véhicule industriel : Sébastien Thioliere (Grand-Est)
- Peinture et décoration : Julien Lair (Normandie)
- Taille de pierre : Julien Baton (Normandie)