1. Travailler dans la mode : il n'y a pas que les stylistes !

Travailler dans la mode : il n'y a pas que les stylistes !

Envoyer cet article à un ami

Travailler dans la mode même si l’on n’a pas la fibre artistique, c’est possible. Voici quatre métiers offrant de bonnes perspectives d’emploi et toutes les voies qui vous y mèneront.


"Il existe un gisement énorme d’emplois dans la mode, mais pas forcément dans le stylisme, auquel tout le monde pense spontanément", affirme Jean-Pierre Mocho, président de la Fédération française du prêt-à-porter féminin.

Modéliste, chef de produit, acheteur, visual merchandiser, rédacteur de mode, ou encore attaché de presse se révèlent autant de métiers passionnants. "Ce sont des formations qu’on peine à faire connaître. Pourtant, nous avons plus de 80 % de taux de placement sur la dernière promotion", explique Magali Poutoire, de Mod’Spé, l’une des rares écoles formant au métier de chef de produit.


Vous visez l’univers du luxe ?

Plusieurs écoles de commerce proposent des 3e cycles axés sur le luxe : l’ESSEC, l’INSEEC (Institut des hautes études économiques et commerciales), l’Institut supérieur de marketing du luxe du Groupe EDC, Sup de co Reims

Pionnière, l’ESSEC a créé son 3e cycle luxe en 1995. Son MBA (Master of Business Administration), intitulé International Luxury Brand Management, s’effectue sur 11 mois et coûte 35.000 € par an. Ses liens avec la mode sont très forts, puisque LVMH possède une chaire dans l’établissement qui permet à la société, propriétaire notamment de Louis Vuitton, Fendi, Marc Jacobs, Céline et Kenzo, de développer l’enseignement et la recherche dans son secteur. Plus récente, l’EIML (École internationale de marketing du luxe de Paris) propose un cursus de bac à bac+5.
Sommaire du dossier
Modéliste : il réalise le patron du vêtement Acheteur : il déniche la mode de demain Chef de produit dans la mode : il décide de la future collection Visual merchandiser : il décore les vitrines Témoignage métiers de la mode : "Je fais en moyenne 6 voyages par an pour veiller à l’identité de la marque"