1. Modéliste : il réalise le patron du vêtement

Modéliste : il réalise le patron du vêtement

Envoyer cet article à un ami

Travailler dans la mode même si l’on n’a pas la fibre artistique, c’est possible. Voici quatre métiers offrant de bonnes perspectives d’emploi et toutes les voies qui vous y mèneront.

Après une formation à l’AICP (Académie internationale de coupe de Paris), Cindy Montier a été immédiatement embauchée comme modéliste chez Ba&Sh, marque de vêtements branchés. "Je n’ai pas eu de mal à trouver du travail, car les modélistes sont rares et recherchés" explique-t-elle.

D’après le dessin fourni par le styliste, le modéliste doit, grâce à ses connaissances techniques, réaliser le patron qui permettra de fabriquer le prototype du vêtement. Enfin, il assure aussi le suivi qualité de la fabrication, la plupart du temps dans les usines à l’étranger.


La formation

Si beaucoup d’écoles possèdent des formations de stylisme-modélisme, peu proposent des cursus axés uniquement sur le modélisme. Pensez au BTS (brevet de technicien supérieur) industrie des matériaux souples industries des matériaux souples option modélisme industriel, accessible après le bac. À la fin de la 1re année, l’étudiant choisit entre modélisme (rélisation des patrons) ou productique (fabrication).

Quant à l’AICP c’est l’une des rares écoles à proposer une formation complète dans ce domaine. Celle-ci est constituée d’une prépa suivie de 2 ans d’études en alternance et aboutit à un titre certifié de modéliste international du vêtement (niveau III, soit bac+2).

Sommaire du dossier
Retour au dossier Modéliste : il réalise le patron du vêtement Acheteur : il déniche la mode de demain Chef de produit dans la mode : il décide de la future collection Visual merchandiser : il décore les vitrines Témoignage métiers de la mode : "Je fais en moyenne 6 voyages par an pour veiller à l’identité de la marque"