1. Métiers classiques, lieux atypiques...
Portrait

Métiers classiques, lieux atypiques...

Envoyer cet article à un ami
Guillaume est fleuriste au Plaza Athénée // © Céline Authemayou
Guillaume est fleuriste au Plaza Athénée // © Céline Authemayou

Ils sont fleuristes, boulangers, sociologues ou encore logisticiens. Des métiers somme toute plutôt traditionnels, mais qu'ils ont choisi d'exercer dans un environnement atypique. Découvrez chaque mois le portrait d'un de ces jeunes professionnels et ce qu'apporte à son quotidien ce cadre particulier.


Guillaume, fleuriste dans un palace parisien : "Il faut savoir provoquer la chance !"

À 28 ans, Guillaume fait partie de la petite équipe de fleuristes du Plaza Athénée, l'un des douze palaces de France. Un lieu de prestige où les compositions de ce passionné marquent de son empreinte les couloirs et suites feutrées dédiés à une clientèle fortunée.


Julien, boulanger dans la Marine nationale : "Je reste un marin avant tout"
À 26 ans, le quartier-maître major Julien Morvan travaille sur "le Tonnerre", navire de la Marine nationale. Toutes les nuits, au milieu des océans, il confectionne baguettes et viennoiseries pour l'ensemble de l'équipage.



Béatrice, médecin en Antarctique : "L'isolement est un élément qu'il faut garder constamment à l'esprit"
En plein cœur de l'océan Indien, à plus de 12.000 km de Paris, Béatrice, 32 ans est médecin pour les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF). Dans un petit hôpital implanté à Port-aux-Français, dans l'archipel des Kerguelen, elle veille sur les équipes venues en mission scientifique pour plusieurs mois dans ce bout du monde.

Yannick, logisticien dans le transport d’œuvres d’art :"La sécurité des œuvres guide mon travail"
Yannick travaille dans le transport des œuvres d'art. À 30 ans, le jeune homme est chargé de clientèle pour l'entreprise Chenue : il répond aux appels d'offres des musées pour organiser le transport de peintures et de sculptures. Chaque pièce vaut plusieurs millions d'euros.

Bénédicte, infirmière à Paris-Charles-de-Gaulle : "Adapter ses gestes aux contraintes du lieu"
À 35 ans, Bénédicte est infirmière au sein du SMU (service médical d'urgence) de l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle. Vingt-quatre heures sur vingt-quatre, durant toute l'année, la structure reçoit des patients venus faire soigner des bobos sans gravité comme des traumatismes bien plus sérieux.

Sommaire du dossier
Guillaume, fleuriste dans un palace parisien : "Il faut savoir provoquer la chance !" Julien, boulanger dans la Marine nationale : "Je reste un marin avant tout" Béatrice, médecin en terres australes : "L’isolement est un élément qu’il faut garder constamment à l’esprit" Yannick, logisticien dans le transport d’œuvres d’art :"La sécurité des œuvres guide mon travail" Bénédicte, infirmière à Paris-Charles-de-Gaulle : “Adapter ses gestes aux contraintes du lieu”