1. Métiers en agence de communication : responsable commerciale
Portrait

Métiers en agence de communication : responsable commerciale

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Métiers en agence de communication : chef de projet Métiers en agence de communication : graphiste Métiers en agence de communication : directeur général Métiers en agence de communication : directrice de projet Métiers en agence de communication : responsable commerciale

A côté des grandes agences de communication (Publicis, Euro RSCG…) foisonnent des centaines de petites structures auprès desquelles les jeunes diplômés peuvent aussi avoir intérêt à postuler tant ils pourront y acquérir une vision globale du métier de communicant. Comme l’attestent les 5 professionnels d’Une bulle en plus, agence parisienne spécialisée dans la communication interne des entreprises. Coulisses et portraits.

Nathalie Merlin, 26 ans : "C’est à moi de rendre notre modèle attractif auprès des futurs clients"


Son parcours


Après un DEUG (ancien diplôme correspondant aux licences 1 et 2) en droit bilingue et une licence 3 d’anglais, Nathalie intègre le programme grande école de Reims Management School, directement en 2e année. Diplômée en 2011, elle se met à la recherche d’un poste de commercial en B to B. C’est sur le site de son école qu’elle découvre l’annonce d’Une Bulle en plus. Coup de cœur immédiat. "C’est d’abord le mot ‘bulle’ qui m’a attirée. La bande dessinée, ce n’est pas courant dans les agences de communication !"

La jeune femme aime la BD et les livres en général. Pour elle, impossible de commercialiser des produits qui la laissent indifférente. "Ca ne m’intéressait pas de travailler chez Procter & Gamble pour vendre de la lessive." Elle a été embauchée en CDD de 6 mois. Un contrat qui pourrait découler sur un CDI, "si tout se passe bien".




Son rôle dans l’agence


Nathalie est chargée de la prospection des futurs clients. "Quand j’identifie un soupçon de besoin sur lequel on pourrait se greffer, mon rôle consiste à susciter une envie chez le prospect." Une fois que l’entreprise visée est intéressée, elle laisse la place à la chef de projet, qui bâtit une "reco" (recommandation), avec un devis et des propositions graphiques.

Dans sa prospection, la commerciale organise des mailings, du phoning et crée les argumentaires de vente pour les rendez-vous avec les prospects. Un "travail de détective", selon elle. "J’enquête, j’essaie de faire mon nid dans l’entreprise." Et l’adrénaline est toujours de la partie. "Ça peut marcher tout de suite ou pas du tout. C’est à moi de rendre le rendez-vous attractif !"


Ce qu’elle aime


Avant tout, Nathalie apprécie la petite taille de l’équipe, qui optimise les échanges entre collègues. "Je n’ai jamais travaillé dans une très grosse boîte mais, d’après mes amis, il y beaucoup de problèmes pour communiquer entre les différents services."

Enfin, la jeune commerciale se réjouit d’avoir toujours quelque chose à faire. "On est polyvalents. Ce n’est pas comme dans les grandes entreprises où il y a un temps de latence quand la mission est terminée."


Ce qu’elle aime moins


Sans hésiter : l’administratif. "Parfois, je dois envoyer 40 mails dans une même journée." Nathalie jongle avec les bases de données, sur lesquelles elle doit tenir toutes les coordonnées à jour. "Il faut le faire sinon on perd du temps." Ce qui implique d’être bien organisé !


Son conseil


Viser large, au moment de la recherche d’emploi, sans cibler uniquement les grands groupes. "C’est la seule façon de dénicher les offres intéressantes." La diplômée de Reims Management School ne s’était pas limitée aux CDI, elle avait également regardé du côté des CDD et des VIE. "Enfin, il ne faut pas s’arrêter aux intitulés des postes, mais bien lire le descriptif des missions jusqu’au bout !"