Gendarme

Défense, sécurité
Niveau d'études nécessaire
bac
Salaire moyen
de 1.480 à plus de 2.500 €
Sommaire du secteur

Description

Secteur Défense, sécurité
Niveau d’études minimal Bac (1)
Bac conseillé Toutes séries
Alternance Non
Sélectivité des études Faible à forte
Insertion professionnelle Bonne
Salaire débutant De 1.480 à plus de 2.500 € (2)

En France, près de 100.000 militaires et civils travaillent dans la gendarmerie nationale. Leurs affectations et leurs domaines d’intervention sont nombreux, mais leur but reste le même : assurer la protection des personnes et des biens.

Affectés à la sécurité publique, les gendarmes départementaux participent à des missions de secours, de contrôle, et peuvent intervenir dans le cadre d’enquêtes judiciaires.

Les gendarmes mobiles, quant à eux, sont chargés du maintien de l’ordre public lors de grands événements : matchs, concerts, etc.

Il existe également des unités de gendarmes spécialisés. Le GIGN (groupement d’intervention de la gendarmerie nationale) est certainement la plus connue.

Près de 8 gendarmes sur 10 sont sous-officiers. Ils répondent aux ordres des officiers et sont secondés au quotidien par les gendarmes volontaires.

Ses compétences

Secourir, défendre, analyser.

Sa formation

Pour devenir sous-officier de gendarmerie, il faut avoir entre 18 et 35 ans. Le bac est exigé pour se présenter au concours. La formation, rémunérée, dure 12 mois en école de gendarmerie.

L’École des officiers de la gendarmerie nationale, à Melun (77), est, elle accessible sur concours et réservée aux titulaires d’un bac+5. Son cursus dure 2 ans.

Enfin, les gendarmes adjoints volontaires sont formés en 13 semaines dans l’une des 7 écoles de gendarmerie, sans condition de diplôme. 12 semaines de stage en unité complètent la formation.

Quel que soit le niveau visé (sous-officier, gendarme adjoint), l’accès à la formation est conditionné par la réussite à différents tests et épreuves physiques, réputés ardus.

(1) Hors période de formation.
(2) La solde brute indiquée ne tient pas compte des primes attribuées en fonction des spécialités, des contraintes de mobilité et de disponibilité, de la situation familiale…

 

Autres témoignages