Officier pilote d’hélicoptère

Défense, sécurité
Salaire moyen
2800 €
Sommaire du secteur

Description

Secteur Défense
Niveau d’études minimal bac ou diplôme de niveau IV
Alternance Non
Insertion professionnelle Bonne
Salaire débutant 1 689 € net (logé(e) et nourri(e) en régiment)


Description

Le vol de combat, ça vous dit quelque chose ? Le vol de nuit ou aux instruments ? Pas d’inquiétude : en devenant pilote d’hélicoptère de l’aviation légère de l’armée de Terre (ALAT), vous apprendrez toutes les finesses de ce métier exigeant qui fait tant rêver. Vous serez responsable du plan de vol et de la maîtrise de votre appareil. C’est vous qui garantissez la sécurité de l’hélicoptère ; vous participez à l’utilisation des armes de bord (canons, lance-roquettes, missiles).

En vous engageant sur cette voie, vous découvrirez le pilotage d’hélicoptère high-tech, comme le Tigre. Les missions variées – le plan de vol est rarement le même – vous fourniront de bonnes doses d’adrénaline. Mais attention : mal des transports interdit !

La formation des pilotes d’hélicoptères se fait en trois étapes. Après une formation initiale militaire de 14 semaines aux écoles de Saint-Cyr-Coëtquidan (Morbihan) pour maîtriser les bases du métier de soldat et d’officier, vous suivrez une formation de pilote d’hélicoptère d'une durée de 12 à 15 mois à l'École de l'aviation légère de l'armée de Terre (EALAT) à Dax (Landes). Enfin, vous choisirez votre filière (manœuvre et assaut, appui et destruction, reconnaissance et attaque) et votre affectation en régiment. Vous suivrez une formation de 30 à 52 semaines en fonction de la filière choisie à l’EALAT du Cannet-des-Maures.

Et après ? Les pilotes ont vocation à le rester ! Les meilleur(e)s peuvent devenir chef de patrouille ou commandant d'escadrille.

Ses compétences

Méthodique et précis(e), il/elle sait garder son sang-froid. Il/elle a le goût de la technique, il/elle est soigneux(se) avec le matériel. Amateur/trice d’adrénaline, il/elle aime l’action.

Sa formation

Les candidats doivent réussir les épreuves de sélection spécifiques ALAT (aviation légère de l’armée de Terre) et être déclarés physiquement et médicalement aptes.

Autres témoignages