Spécialiste de la logistique aéroportée

Défense, sécurité
Niveau d'études nécessaire
Aucun
Salaire moyen
1 400 €
Sommaire du secteur

Description

Secteur Défense
Niveau d’études minimal  Aucun. Diplôme de type CAP/BEP ou bac apprécié mais non obligatoire
Alternance Non
Insertion professionnelle Bonne
Salaire débutant 1 315 € net (logé(e) et nourri(e) en régiment)

Ce(tte) professionnel(le) a une lourde tâche : contrôler tous les chargements des hélicoptères et des avions de l’armée de Terre. Il/elle conditionne et charge en soute les matériels militaires ou humanitaires. Il/elle peut également s’occuper de l’entretien, du contrôle et du pliage des parachutes pour assurer la sécurité des sauts. Il/elle participe également à la vérification des éjecteurs de charges et des matériels de largage dans les avions.

Autant dire que ce poste demande beaucoup de méthode, voire de méticulosité. Car le matériel en soute doit être parfaitement conditionné et arrimé : c’est la réussite de la mission qui dépend de la qualité et de la précision du travail du/de la spécialiste de la logistique aéroportée. Ne laissant rien au hasard, il/elle a le goût du travail bien fait et le souci d’autrui.

Indispensable à la réussite des opérations, le/la logisticien(ne) est véritablement au service des autres dans un métier à responsabilité. Très souvent, ces professionnel(le)s peuvent être des passionné(e)s de la technologie ou des fans de matériel volant : ils/elles aiment manœuvrer, organiser, transporter, optimiser l’espace dans une soute d’avion (A400M, Hercule, Transall) ou vérifier l’arrimage du matériel dans un hélicoptère Puma, Caracal ou Cougar notamment.

Et après ? L’armée de Terre offre aux spécialistes de la logistique aéroportée la possibilité d’évoluer durant tout leur parcours professionnel : monter en grade, en expertise, ou encore se réorienter vers une autre spécialité. Engagé(e) en tant que soldat de deuxième classe, le/la spécialiste de la logistique aéroportée aura probablement l’opportunité de devenir soldat de première classe au bout de 6 mois, puis caporal au bout de 2 ans de service et caporal-chef au bout de 4 ans.

Ses compétences

Méthodique et appliqué(e), précis(e), habile de ses mains… et surtout il/elle ne craint pas le mal des transports !

 

Autres témoignages