Ingénieur(e) géomètre

Bâtiment, travaux publics
Niveau d'études nécessaire
bac+5
Salaire moyen
plus de 2.500 €
Sommaire du secteur

Description

Secteur Bâtiment, travaux publics
Niveau d’études minimal Bac+5
Bac conseillé S, STI2D
Alternance Oui
Sélectivité des études Forte
Insertion professionnelle Bonne
Salaire débutant Plus de 2.500 €

Il existe deux profils d’ingénieurs géomètres : le géomètre-topographe et le géomètre-expert.

Le géomètre-topographe fonde son travail sur les plans et les relevés effectués sur le terrain par son collègue technicien géomètre. À partir de ces données précises (altitude, présence de poteaux, d’arbres, de murs), il imagine les travaux d’aménagement nécessaires à la réalisation de son projet.

Le géomètre-expert, quant à lui, a une fonction officielle d’expertise juridique. Il est le seul professionnel à pouvoir dresser les plans et les documents topographiques qui délimitent les propriétés foncières. GPS, images satellites, dessin assisté par ordinateur… l’expert doit manier des outils de pointe, car, dans son métier, la précision est de mise. C’est, par exemple, lui qui est chargé de certifier la bonne longueur des pistes d’athlétisme ou des piscines olympiques.

Ses compétences

Mesurer, relever, aménager.

Sa formation

Aujourd’hui, deux tiers des géomètres-experts sont des ingénieurs issus de l’ESTP (École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l’industrie) de Cachan (94), de l’INSA (institut national des sciences appliquées) de Strasbourg (67) ou de l’ESGT (École supérieure des géomètres et topographes) du Mans (72).

La formation est suivie de deux années de stage professionnel. Le géomètre-expert doit en plus être DPLG (diplômé par le gouvernement) pour pouvoir devenir membre de l’ordre des géomètres.

Le BTS (brevet de technicien supérieur) géomètre-topographe débouche, lui, sur des fonctions de technicien géomètre.

 

Autres témoignages