Vendeuse esthéticienne : le témoignage de Sophie, apprentie

Commerce, distribution
Niveau d'études nécessaire
CAP à bac pro
Salaire moyen
1400 €
Sommaire du secteur

Description

Niveau diplôme minimal Salaire débutant brut moyen
CAP à Bac pro 1 400 €

Cette boutique et cet institut Yves Rocher du Forum des Halles, à Paris, sont des affaires qui marchent bien. Sophie, impeccable dans sa blouse blanche, travaille souvent debout. Mais le plus difficile pour cette jeune femme de 23 ans reste en fin de compte d’évoluer toute la journée à la lumière artificielle. Heureusement, les cinq employées tournent à tour de rôle dans les deux parties de l’établissement. Lorsqu’elle vend en magasin, Sophie n’arrête pas une seconde : conseils à la clientèle, tenue de la caisse, réassort…

Miroir, mon beau miroir. En revanche, quand elle officie à l’institut, l’esthéticienne prend un peu plus le temps de vivre : "Je reçois, selon les jours, entre huit et dix-huit personnes (des femmes surtout, mais aussi, et de plus en plus, des hommes), souvent pour une simple épilation, parfois toute une demi-journée pour des soins complets (visage, modelage, beauté des pieds, manucure…)." À l’avenir, Sophie prévoit de retourner dans sa région natale pour exercer dans un institut de quartier puis, ultérieurement, enseigner, et ouvrir sa propre boutique.

Ses compétences : résistance physique, goût de la relation clientèle, disponibilité (le sourire toujours !).

Sa formation : bac, CAP esthétique-cosmétique, plus un BP esthétique-cosmétique-parfumerie.

Autres témoignages