Ingénieur des travaux de la météorologie (prévisionniste météo)

Fonction publique
Niveau d'études nécessaire
bac+2
Salaire moyen
de 1.480 à 1.999 €
Sommaire du secteur

Description

Secteur Défense, sécurité
Niveau d’études minimal Bac+2 (1)
Bac conseillé S
Alternance Non
Sélectivité des études Forte
Insertion professionnelle Moyenne
Salaire débutant De 1.480 € à 1.999 € 

En poste le plus souvent à Météo France, cet ingénieur analyse les relevés effectués sur le terrain pour prévoir le temps qu’il fera dans les prochaines heures et les prochains jours, et prévenir les catastrophes naturelles.

Températures, pression, vent, humidité de l’air, position des anticyclones… Il doit prendre en compte un très grand nombre de données qu’il modélise grâce à des programmes informatiques.
Une fois ses prévisions établies, il les communique aux utilisateurs.

La météo évoluant sans cesse, il doit être très disponible : le travail de nuit ou en week-end est courant dans cette profession. À noter que l’État emploie également des ingénieurs météo spécialisés dans la prévention des crues, d’autres dans la modélisation des climats.

Ses compétences

Esprit scientifique, sens de l’observation, aptitude à la prise de décision.

Sa formation

Une classe préparatoire scientifique, puis un cycle de 3 ans à l’ENM (École nationale de météorologie), à Toulouse (31), qui recrute sur concours (11 places en 2016 pour les ingénieurs fonctionnaires, 10 dans la filière non fonctionnaire).

(1) Hors période de formation.

 

Autres témoignages