Traducteur(trice) audiovisuel(le)

Langues
Niveau d'études nécessaire
Bac + 5
Salaire moyen
Variable
Sommaire du secteur

Description

Secteur Langues
Niveau d’études minimal Bac + 5
Bac conseillé L
Alternance Oui
Sélectivité des études Moyenne à forte
Insertion professionnelle Difficile
Salaire débutant Variable
Spécialisé dans une langue – l’anglais étant bien sûr la plus demandée –, le traducteur audiovisuel intervient au cinéma ou à la télévision aussi bien pour le sous-titrage que pour le doublage. Il commence par visionner le film pour en traduire les dialogues ou les commentaires.

Pour les sous-titres, il doit tenir compte des contraintes de temps et d’espace à l’écran.

Pour le doublage, il doit faire "coller" le dialogue traduit avec le mouvement de lèvres original de l’acteur. Un exercice délicat : la synchronisation labiale demande près d’une journée de travail pour dix minutes de film ! Les documentaires constituent toutefois la plus grande part du marché de la traduction audiovisuelle, notamment pour les voix off qui ne nécessitent pas de synchronisation.

Ses compétences : traduire, observer, retransmettre.

Sa formation : il existe quelques masters professionnels en traduction qui comporte un parcours spécifique à l'audiovisuel, comme le master pro traduction, interprétation et médiation linguistique à l'université Jean-Jaurès de Toulouse, le master pro traduction audiovisuelle à l'IRITI de Strasbourg, le master pro traduction anglaise spécialisée à Paris-Ouest, le master pro métiers du lexique et de la traduction à l'université Charles-de-Gaulle de Lille… Cependant, relations, débrouillardise et persévérance s’imposent pour pénétrer le milieu du cinéma et de la télévision.


Regardez l’interview vidéo de Raphaëlle Antczak, traductrice.

Autres témoignages