1. Sport : des métiers qui bougent
Décryptage

Sport : des métiers qui bougent

Envoyer cet article à un ami
Les start-up qui développent des applis liés au sport sont pourvoyeuses d'emplois. // © plainpicture/Westend61/Francesco Morandini
Les start-up qui développent des applis liés au sport sont pourvoyeuses d'emplois. // © plainpicture/Westend61/Francesco Morandini

ON RECRUTE. Le sport vous passionne et vous souhaitez y faire carrière ? Boosté par les grands événements et l’innovation, le secteur est en pleine expansion.

Vous rêvez de travailler dans le monde du sport ? Avec 275.000 emplois en France, soit environ 1 % de la population active, le secteur regorge d'opportunités. Les dernières statistiques gouvernementales sont formelles : le secteur est "en pleine croissance et relativement peu impacté par la crise économique".

Un diplôme d'État pour devenir coach

Titulaire du brevet professionnel (BPJEPS, niveau bac) vous pouvez travailler comme animateur, moniteur ou éducateur sportif. Le diplôme d'État (DEJEPS, niveau bac+2) vous ouvre les portes du métier d'entraîneur dans des associations sportives. Enfin, avec un diplôme d'État supérieur JEPS (DESJEPS, niveau bac+3/4) et un bon niveau sportif, vous pouvez diriger une association, un club sportif ou entraîner à haut niveau.

Mais un diplôme "généraliste" vous offre aussi beaucoup d'opportunités.

La vente d'articles de sport en grande forme

Premier secteur en forme : la distribution d'articles de sport. D'après l'ACOSS (Agence centrale des organismes de sécurité sociale), l'emploi dans le commerce des articles de sport a augmenté de 3,6 % entre 2014 et 2015, soit 1.600 postes supplémentaires. "Le secteur de la fabrication, de la distribution et du commerce du sport en est à son quinzième trimestre de hausse successive" insiste Virgile Caillet, délégué général de la FIFAS (Fédération française des industries sport & loisirs).

C'est une branche qui concerne beaucoup d'entités : les marques de sport (Nike, Adidas...), les distributeurs de cycles, les magasins de sport (Go Sport, Decathlon). "Cette enseigne est un gros pourvoyeur d'emploi et d'évolution", souligne Marine Lallement, fondatrice et dirigeante de Fast Sport. Entre 2000 et 2016, Decathlon est passé de 20.000 collaborateurs à 70.000 collaborateurs.

En emmagasinant de l'expérience, un vendeur en CDD qui cumule le plus souvent emploi à temps partiel et études, peut devenir responsable de rayon pour évoluer petit à petit vers la création de nouveaux produits. Pour un poste de vendeur, certaines formations sont appréciées, comme un bac pro ou un BTS dans le commerce, mais pas indispensable. Decathlon forme d'ailleurs ses vendeurs en interne.

Le marketing sportif, un vivier d'opportunités

À côté de la distribution, les métiers les plus porteurs sont "ceux du digital, du e-commerce, de l'affiliation, du community management... bref, ceux du marketing sportif", retient Andy Gugenheimer, fondateur du portail d'emploi Sportyjob.com.

En tête de ces activités, le métier de community manager ou animateur des réseaux sociaux offre des perspectives intéressantes selon Fast Sport, portail spécialisé sur la formation professionnelle dans le sport. "Auparavant, les entreprises du sport recrutaient un community manager pour tous les réseaux, renchérit Andy Gugenheimer. Désormais, les grosses structures ont les moyens et la volonté d'avoir un CM pour Facebook, un autre pour Twitter, etc." Fédérations, clubs, ligues, sponsors, agences... c'est aussi une mission qui a l'avantage de pouvoir s'exercer dans diverses structures. Plus d'un community manager possède aujourd'hui un bac+5.

Innover dans une start-up

Applications dédiées, équipements sportifs révolutionnaires, réseaux sociaux spécialisés... "Des structures inédites émergent et créent de nouveaux métiers et de nouvelles perspectives d'emploi", souligne Virgile Caillet. Les clubs de football à cinq, les cours de zumba ou les applications smartphone autour du running offrent des perspectives d'embauche."

Service commercial, développement marketing ou gestion administrative... les besoins de ces start-up sont divers et peuvent convenir à votre CV et à vos aspirations.

Un premier pas peut être de contacter les structures du Tremplin, l'incubateur d'entreprises dédiées au sport. "Ils proposent des stages qui peuvent déboucher sur des offres d'emploi", précise Rémy Colliard, Responsable Marketing & Business Development France pour GlobalSportsJobs, plateforme digitale de l'industrie du sport international. Le site francophone publie environ 150 offres par mois et compte un peu plus de 35.000 visiteurs mensuels. Là encore les profils de niveaux bac+4 à bac+5 minimum tous cursus confondus sont privilégiés.

Des perspectives dans le cadre des grands évènements

Ces prochaines années la France va accueillir des grands événements sportifs internationaux comme le Mondial masculin de handball en 2017, la Ryder Cup en 2018 ou encore la Coupe du monde féminine de football en 2019. Paris est aussi candidate à l'organisation des Jeux Olympiques de 2024. "Ce tunnel d'événements booste l'économie dans l'industrie du sport et crée de l'emploi", souligne Rémy Colliard.

Vous voulez évoluer dans la communication, la logistique ou encore la relation client ? "Le mieux est de d'abord contacter l'une des agences événementielles qui s'occupent des événements sportifs." Pensez par exemple à Havas Sports & Entertainment ou Amaury Sport Organisation (ASO), qui organise le Tour de France ou le Rallye Dakar. "En général, le premier poste est un CDD mais l'agence peut vous garder pour le long terme." ASO recrute ainsi en CDD des assistants en iconographie, en communication ou des attachés commerciaux de profil bac+3 à bac+5 en photographie, en école de commerce ou université, en marketing sportif ou en école multimédia.