1. Rencontre avec les élèves de l’EDNH : « Nous mêlons ici nos passions pour le sport et la nutrition »

Rencontre avec les élèves de l’EDNH : « Nous mêlons ici nos passions pour le sport et la nutrition »

Envoyer cet article à un ami
 // © EDNH
// © EDNH

Prendre soin de soi pour rester en bonne santé, ça vous parle ? Pour recueillir des conseils à la source, nous sommes allés à la rencontre des nutritionnistes de demain. C’est au sein de l’EDNH, École de Diététique et Nutrition Humaine, que nous avons fait la connaissance de Roxanne, Laure, Yasmine, Richard et Christian, qui n’ont qu’une devise : un esprit sain dans un corps sain.

Le bien-être, une vocation

Ils ont entre vingt et vingt-cinq ans et viennent d’Orléans, Caen, l’île de la Réunion ou la région parisienne. Roxanne, Laure, Yasmine, Richard et Christian sont tous les cinq étudiants à l’EDNH, École de Diététique et de Nutrition Humaine. Quant à Marion, une ancienne élève de l’établissement, elle est aujourd’hui responsable des étudiants et prend plaisir à les accompagner. Leur point commun à tous? Un intérêt pour la santé et le bien-être depuis toujours. Au lycée, ils espéraient devenir médecin ou vétérinaire. Des études longues et difficiles qui les ont poussés à se remettre en question et opter pour un cursus plus court et professionnalisant. Ils ont alors croisé le chemin de l’EDNH, école née il y a dix ans à Montpellier, dont les campus ont essaimé dans les plus grandes villes de France. Ainsi, Christian (actuellement en 1èreannée)  a fait deux ans de biologie auparavant sans désirer s’orienter vers la recherche. La diététique est pour lui l’occasion de revenir à un rapport soignant – soigné. Ce qu’il attend plus que tout, c’est d’aider les autres.  

Aujourd’hui, les élèves sont unanimes : ici, ils s’éclatent et mêlent leurs passions pour l’alimentation et le sport. Et pour cause, l’EDNH propose deux filières — nutrition humaine et nutrition du sport — qui apportent aux étudiants tous les fondamentaux pour devenir à terme des nutritionnistes de qualité.

Une école chaleureuse et une solidarité entre étudiants

Rendez-vous sur le campus de Paris. En plus des salles de classes, l’école dispose d’une cuisine. Car qui dit études en diététique dit apprendre à cuisiner, toucher les aliments, les découvrir, les goûter. À coups d’épreuves comme dans Top Chef, les élèves font preuve de curiosité et de créativité. Mais ce n’est pas tout : après les cuisines, la salle de sport, pour bouger entre midi et deux. Une habitude qu’a pris Richard, 20 ans, accro à l’entraînement. Il a découvert la nutrition via l’activité physique et nage aujourd’hui comme un poisson dans l’eau entre les cours et le sport, quand il ne va pas courir sur les quais de Seine, à deux pas de l’établissement.
Les étudiants sont au nombre de 350 et se connaissent presque tous. Ici, l’entraide est au cœur du travail : les jeunes partagent leur savoir et bossent très souvent en groupe. L’école n’impose pas la détention d’un bac S, comme la plupart des BTS en diététique. Roxanne, diplômée d’un bac ES, est heureuse d’avoir pu entrer dans l’école sans « bagage scientifique ». Une vraie opportunité pour elle. Dès la première année, les bases en sciences sont méthodiquement revues. Les professeurs sont des intervenants extérieurs : diététicien, coach sportif, médecin… ils partagent leur amour du métier.

Un diététicien, ça aime avant tout manger !

En étant spécialisés du sport et de l’alimentation, ils sont devenus les meilleurs conseillers de leurs proches. Ils ont tous une tante, un frère ou un ami qui s’interroge sur ce qu’il faut manger avant de faire du sport ou qui désire perdre quelques kilos. On se plaît à leur faire une petite remarque quand ils grignotent un carré de chocolat. C’est là que Yasmine intervient, désireuse de remettre les choses à leur place : un bon diététicien aime avant tout manger ! C’est notre passion commune : se régaler ! Et c’est ce que l’on veut transmettre. Si bien manger est une affaire de santé, c’est également une question de plaisir. On ne maigrit pas en se privant mais en apprenant l’équilibre alimentaire.

Aujourd’hui, ils ont pris conscience de ce qu’ils mangent et cela ne les empêche pas de s’offrir des petits plaisirs gustatifs. En discutant avec eux, mille questions nous brûlent les lèvres. On joue la vieille tante et on leur demande si le pain, ça fait grossir. Évidemment que non ! « Il faut manger un peu de tout et de tout un peu », nous dit Laure. S’il y a quelque chose à retenir, c’est ça. Pour le reste, venez découvrir cette école passionnante, dynamique et accueillante, qui a tout compris ! La santé est au cœur des préoccupations et les nutritionnistes de demain sauront répondre à nos besoins.

Pour venir à leur rencontre
Inscrivez-vous à la journée portes ouvertes qui vous intéresse : http://www.ednh.fr/gazette/categorie/journees-portes-ouvertes

Pour en savoir plus sur l’école : www.ednh.fr