1. Les secrets de l’artisanat du luxe
Accueil

Les secrets de l’artisanat du luxe

Le luxe à la française fait toujours rêver. L’artisanat y occupe une place de choix. Produits d’exception, métiers, entreprises, formations… l’essentiel est ici !

Envoyer cet article à un ami
Les secrets de l’artisanat du luxe // © Fotolia
Les secrets de l’artisanat du luxe // © Fotolia

L’artisanat du luxe made in France a toujours le vent en poupe ! Les artisans d’art formés dans l’Hexagone pour travailler sur des matières précieuses et fabriquer des objets d’exception s'exportent à travers le monde. Leurs savoir-faire allient aujourd’hui tradition, passion et innovation. Quant à la production française, elle est louée pour sa qualité et sa durabilité. Selon l’Institut national des métiers d’art (INMA), le secteur, qui compte plus de 38 000 entreprises, génère environ 165 000 emplois directs et indirects, et réalise près de 10 milliards d'euros de chiffre d’affaires. Les jeunes talents en devenir y sont les bienvenus !

Métiers « made in France »

Chapelier et gantier, maroquinier et cordonnier, bottier et sellier, brodeur et parurier, plumassier et éventailliste, bijoutier et horloger, céramiste et ébéniste, laqueur et luthier mais aussi pâtissier et traiteur, il existe une palette de plus de 200 métiers d’artisanat du luxe, souvent complémentaires et d’une incroyable diversité. Points communs de toutes ces professions : finesse, précision et minutie d’exécution. Outre une fibre artistique et esthétique développée, les artisans doivent faire preuve d’un sens commercial aigu. Leur mission : créer ou réparer objets du quotidien ou d’exception, souvent des pièces uniques. Ces professionnels réalisent leur production à la main, à partir de matériaux en tous genres. Cuir, bijou, bois, pierre et textile sont les secteurs qui recrutent le plus. Et même certaines start-up s’appuient sur les compétences de l’artisanat pour développer de beaux produits au design original : rasoirs en bois d’ébène, sacs sur mesure ou encore vélos garnis de cuir cousu au point sellier…

Artisans haut de gamme

Maîtriser les gestes professionnels et les savoir-faire exige du temps, de la pratique et une solide formation. Une fois opérationnels, les artisans acquièrent leur propre atelier ou intègrent une entreprise du secteur – de petites structures pour la plupart – en tant que salariés. Ils exercent alors le plus souvent des activités très variées et fabriquent un produit de A à Z. Autre possibilité, rejoindre une grande maison prestigieuse, comme dans la mode ou la haute joaillerie, où les volumes de production sont plus élevés. Les fonctions sont généralement plus spécialisées.

 

 Du CAP au DMA : spécialités variées et parcours riches

Les candidats à l’artisanat de luxe se forment dès la 3e via un diplôme professionnel, CAP (certificat d’études professionnelles) ou BEP (brevet d’études professionnelles) et poursuivent avec un diplôme de niveau IV : bac professionnel ou brevet professionnel de l’artisanat et des métiers d'art. Ensuite, ils peuvent s’orienter vers un BTS (brevet de technicien supérieur), un BMA (brevet des métiers d'art), un DMA (diplôme des métiers d'art) ou un DSAA (diplôme supérieur d'arts appliqués), tous de niveau bac + 2.