Pourquoi faire de l'escrime : paroles de champions

Assia Hamdi  |  Publié le

Depuis que vous avez découvert l'escrime en regardant les jeux Olympiques cet été, vous rêvez de manier le fleuret ? Trois escrimeurs de haut niveau vous expliquent ce que leur discipline peut vous apporter. En garde ! Prêts ? Allez !

Enzo Lefort a remporté l'argent au fleuret par équipe aux jeux Olympiques de Rio en août 2016.
Enzo Lefort a remporté l'argent au fleuret par équipe aux jeux Olympiques de Rio en août 2016. // © Augusto Bizzi/FFE

Le principe de l'escrime est simple. Deux combattants s'affrontent au fleuret, à l'épée ou au sabre. L'objectif ? Toucher le plus de fois possible son adversaire par une pression de la pointe de son arme... sans se faire toucher (torse et épaules au fleuret, en ajoutant la tête pour le sabre, tout le corps pour l'épée). "On débute en général par l'épée", précise Enzo Lefort, 25 ans et vice-champion olympique par équipe au fleuret aux jeux Olympiques de Rio.

C'est en voyant à la télé l'épéiste Laura Flessel remporter l'or aux JO d'Atlanta en 1996 qu'Enzo Lefort s'est inscrit dans un club en Guadeloupe. "J'avais cinq ans et simplement envie de jouer avec des épées", se souvient le fleurettiste. "L'escrime est avant tout un jeu, poursuit Emeric Clos, entraîneur de l'équipe de France masculine de fleuret. Il faut aussi aimer tendre des pièges." C'est "ce côté stratégique" qui a plu à Thomas Martine, 17 ans. Licencié au club d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), cet élève de terminale STI2D pratique l'escrime depuis neuf ans et est l'un des espoirs cadet du sabre français.

 

Une discipline ouverte à tous

L'escrime est accessible à n'importe qui... avec un petit avantage aux gauchers ! "Peut importe que l'on soit grand, petit, assez mince, plus fort, gaucher ou droitier", rassure Emeric Clos. Dans la sélection nationale, les tailles oscillent entre 1,71 m pour Erwann Le Pechoux et 1,90 m pour Enzo Lefort.
Ne vous laissez pas arrêter une faiblesse physique : elles ne sont pas forcément rédhibitoires. "J'ai une tendinite récurrente au genou qui ne m'empêche pas d'être compétitif", indique Thomas Martine. D'autre part, l'escrime ne développe pas que le physique. "On travaille beaucoup la précision et l'endurance", ajoute Emeric Clos. L'escrimeur apprend aussi à être réactif et autonome : "Sur la piste, on est seul face à son adversaire, rappelle Thomas Martine. Pas le temps d'interroger son entraîneur !"

 

Développer son mental dans le combat

La pratique aiguise aussi le mental. "Certains jeunes, plutôt introvertis, changent totalement de tempérament sous leur masque !" remarque Emeric Clos. "J'étais timide et l'escrime m'a permis d'affirmer ma personnalité", analyse Thomas Martine, qui rêve désormais des jeux Olympiques. Enzo Lefort, qui n'était "pas du tout patient", a appris à ne pas se précipiter sur la piste : "cela m'a donné confiance en moi".

La pratique de l'escrime en équipe est un autre élément enrichissant. "Lors des relais par équipes, on apprend à être indulgent, observe Thomas Martine. Quand le premier rate des touches, le suivant tente de rattraper le retard." Le plus beau souvenir d'Enzo Lefort, c'est d'ailleurs la demi-finale remportée avec ses copains à Rio l'été 2016 : "On vient de gagner, et on réalise qu'on est assuré d'avoir l'argent... Que l'on est médaillés olympiques ! C'est un sentiment incroyable !"

Combien ça coûte ?

La pratique de l'escrime peut représenter un certain investissement. "C'est un sport onéreux", confirme Enzo Lefort. "Pour une inscription en club, en moyenne, il faut compter environ 250 € par an, avec la licence et le matériel, détaille Emeric Clos. C'est une somme, mais être inscrit dans un club vous permettra de participer à des compétitions."

Si votre budget est trop serré, des solutions existent. Contactez votre club local et renseignez-vous. "Certains clubs prêtent le matériel contre une caution", souligne Thomas Martine. Dans d'autres, vous pourrez tester l'escrime dans des cours de découverte. Enfin, "des mairies proposent aussi des initiations multisports pour une cinquantaine d'euros par an", rappelle Emeric Clos. Et l'escrime en fait parfois partie. Un bon moyen de rejoindre la salle d'armes !

Trouver un club d'escrime

Assia Hamdi  |  Publié le

Laisser un commentaire

Filtrer :

Commentaires
0