Petit guide de la masturbation pour se faire plaisir

Après la lecture de ce sujet, vous saurez tout sur la masturbation. Et vous saurez aussi comment vous faire grandement plaisir. Parce que se masturber est plus que normal, suivez le guide !

La masturbation n'aura plus de secrets pour vous.
Petit guide de la masturbation pour se faire plaisir // ©  Yatuu

D’abord c’est quoi, la masturbation ?

La masturbation, c’est la stimulation manuelle et solitaire des organes sexuels (pénis pour les garçons et clitoris et vagin pour les filles), dans le but de provoquer une excitation et éventuellement un orgasme. Cette pratique sexuelle existe depuis que l’humain est sur Terre. Se masturber est normal et naturel. Tout le monde ou presque s’est déjà masturbé ou se masturbe encore, jeune ou moins jeune, avec plus ou moins de fréquence.

Faire la chasse aux idées reçues

Un petit point avant d'aller plus loin : non, la masturbation ne rend pas malade, ni obsédé, ni stérile, ni impuissant, ni sourd…et oui, même s’il est encore plus courant et facile pour les garçons de parler de ce sujet, les filles sont toutes aussi concernées… et actives !

Pourquoi se masturbe-t-on ?

Pour satisfaire son désir sexuel
Quand on débute sa puberté, le corps se transforme. Les organes sexuels (pénis ou vulve) se développent et la production d’hormones sexuelles (testostérone chez les garçons et estrogènes chez les filles) s’accélère. Sous l’influence de ces hormones, notre cerveau est stimulé plus ou moins en permanence par une excitation latente, que l’on qualifie de désir sexuel. Dans l’attente d’une certaine maturité sexuelle (physique et psychologique) et afin de réguler cette montée du désir, les garçons et les filles peuvent avoir recours une stimulation manuelle de leurs organes génitaux, appelée masturbation, plus pudiquement nommée "caresse", ou plus populairement "branlette" (quelle poésie).

Pour se faire plaisir
Filles et garçons se masturbent tout simplement pour se faire plaisir. La masturbation fait du bien, elle apaise, elle détend… Elle aide aussi à dormir. Se masturber, c’est s’accorder un moment de bien-être !

Pour mieux se connaître
Une autre vocation de la masturbation est celle de l’apprentissage et de la découverte de son corps. Les transformations physiques qui interviennent au cours de la puberté sont de grandes interrogations de la part des filles et des garçons qui n’ont pas été préparés à cela. Partir à l’exploration des organes et de leur fonctionnement joue un rôle très important à la préparation de la sexualité.

Pour se réguler avant un rapport
Les garçons utilisent parfois la masturbation, comme d’un "régulateur mécanique" de leur éjaculation. En effet, en se masturbant peu avant un rapport sexuel (une à deux heures avant), ils réduisent leur "potentiel d’excitation". Ils retardent ainsi le moment de leur éjaculation, pour être capable de faire durer le plaisir de leur partenaire. Et les filles aussi font ça. Un orgasme solo avant un rapport sexuel retarde le prochain… (orgasme, pas rapport).


A quel âge peut-on commencer à se masturber ?

Il n’y a aucune règle pour commencer à se masturber. D’ailleurs, dans le ventre de sa mère, le fœtus semble véritablement s’adonner à des attouchements des organes sexuels, cette pratique paraissant se poursuivre durant toute l’enfance avec le tripotage du zizi par les petits garçons ou de la zézette par la fillette. Des études  démontrent que l’âge des premières masturbations coïnciderait avec le démarrage de la puberté, vers 12 ans ; mais que le pic de masturbation interviendrait entre 13 et 16 ans… La masturbation subit des rythmes différents selon l’âge et la vie sexuelle des individus ; d’une fois par an à plusieurs fois par jour, le rythme semblant décliner avec la vie en couple et l’âge.


Se masturber quand on est en couple

La masturbation n’est pas systématiquement une pratique solitaire destinée aux "célibataires". Certes, l’absence de partenaire est souvent propice à la pratique de la masturbation. Mais il arrive souvent que des partenaires réguliers aient recours à cette pratique, pour évacuer un trop plein d’excitation sexuelle entre deux relations (éloignement géographique, rythme et besoins différents des deux partenaires,…) ou simplement pour le plaisir de se faire plaisir. Si vous surprenez votre partenaire en train de se masturber, pas de panique ; cela ne signifie pas que vous ne le satisfaites pas sexuellement ou qu’il ou elle ne vous désire plus.


La masturbation, un super préliminaire en couple !

La masturbation peut également faire partie de la sexualité de couple. Masturber son partenaire ou se masturber devant lui fait aussi partie des jeux érotiques et des préliminaires. Se donner du plaisir sous son regard accroit bien souvent la complicité et excite l’autre qui en plus de ça découvre les gestes que vous aimez.


Comment se masturbe-t-on ?

Il n’y a aucune règle en la matière. Chacun se masturbe à sa guise. En général, on choisit un lieu calme où personne ne viendra nous déranger : lit, douche… Et on part à la recherche des zones les plus sensibles de notre corps : cuisses, seins, vulve, pour les filles et pénis pour les garçons qui ont souvent moins besoin de préliminaires.
La masturbation s’accompagne généralement de pensées érotiques, d’images virtuelles ou réelles associées à des personnes connues ou… pas. Les filles se concentrent plus souvent sur le clitoris, en posant leurs doigts dessus et en faisant des petits mouvements circulaires. Elles jouent aussi avec l’entrée de leur vagin et l’intérieur ; elles peuvent s’introduire un doigt ou un sextoy fait pour ! Les garçons placent leurs mains autour de leur sexe en érection et le caresse dans un mouvement de va-et-vient plus ou moins rapide. Ils stimulent également leurs testicules, zones érogènes.


Pimenter ses séances de masturbation

Pour toujours plus de plaisir, vous pouvez vous amuser à changer de position (pourquoi toujours se masturber allongé ?). Vous pouvez avoir recours à des sextoys (et ça existe pour les hommes ; des sextoys qui simulent un vagin…), utiliser un lubrifiant (à base d’eau de préférence) pour davantage vous exciter.


Masturbation et addiction

La masturbation ne traduit aucun comportement pathologique, quelle que soit  la fréquence de cette pratique. Ce qui peut poser problème est davantage l’impact d’une masturbation excessive sur la relation avec son partenaire. En effet, la masturbation est légitime et épanouissante quand elle contribue à l’équilibre sexuel d’un homme ou d’une femme. Elle ne doit être « surveillée » qu’à partir du moment où elle joue un rôle soit addictif (quand on ne peut plus s’en passer) ou qu’elle éloigne de son partenaire (lorsqu’on préfère la masturbation aux rapports sexuels « classiques »).
Si vous avez la sensation que c'est votre cas, il devient important pour votre équilibre et votre avenir affectif d’en parler avec un sexologue, afin qu’il vous aide à mieux comprendre les enjeux de ce comportement et qu’il viys accompagne dans le rééquilibrage de vos pratiques vers davantage de partage et moins de solitude.

love Santé sexo

Pour aller plus loin

Vos commentaires (3)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
jc.

hello tous les branleurs et futurs branleurs ! ancien étudiant et toujours branleur-addict ! le foetus se branle déjà (non il se touche) dans l'utérus ! la branlette vient dès le plus jeune âge dès que la main peut atteindre la zone génitale, souvent après la fin des 'couches' ! tous les enfants (garçons et filles) peuvent donc se toucher fréquemment n'importe quand devant n'importe qui ce qu'il faut limiter dès que le jeune est en âge de comprendre que cela relève de l'intime donc qu'il le fasse quand il ne sera pas vu. la branlette est une activité 'normale' (quelle norme ?) à tout âge ! ne pas assimiler branlette et éjaculation ! il y a la limite 'naturelle' à l'éjaculation : quand les glandes sont épuisées elles ne produisent plus, ce qui n'empêche pas de bander! donc branlez-vous quand vous pouvez et autant que vous voulez, votre coprs vous limitera tout seul ! un vieux branleur

lebi.

je pratique assidument depuis mes 14 ans, j'en ai 64, je peux donc affirmer que la masturbation permet de se connaître et donc de guider ses partenaires, et vice-versa, qu'elle ne rend pas sourd, qu'elle appaise quand on est en manque, ce qui permet de ne pas harceler sa femme quand elle n'a pas envie. Bref, que de avantages, à condition qu'elle ne soit pas l'unique sexualité et qu'on ne s'en culpabilise pas, comme certaines religions le font.

Franck.

J'aime beaucoup la masturbation souvant des envies et ma petite copine n'est pas à mes côtés avec les films pornographiques je m'exicte rapidement et j'ejacule énormément j'adore..

Herika.

Moi aussi, un peu plus âgé, je me masturbe très souvent, même si maintenant vu l'âge je ne vais pas jusqu'à l'éjaculation. C'est toujours aussi bon ! D'autant que je m'hésite pas à mettre des sous vêtemets féminins qui m'excitent beaucoup, avec un plug bien placé c'est très agréable

Salim D.

La masturbation est un acte parfaitement normal (d'un point de vue médical j'entends, je ne suis pas bien renseigné en ce qui concerne la religion), surement plus sain que d'attendre, avec une frustration croissante, que l'amour nous tombe dessus pour satisfaire ses désirs. César, ton troll est simplement écœurant.

Mpawenayo therence.

Je sais bien que c'est une mauvaise pratique devant Dieu, je ne pas encore parvenu à l'arreter .