Je suis trop bordélique : comment changer ?

Impossible de remettre la main sur le livre de maths ou la fiche de philo à réviser pour demain. Quand vous n’oubliez pas carrément vos devoirs à faire… Le bazar dans votre chambre ou dans vos cours finit par vous jouer des tours et insupporte vos parents. Voici nos conseils pour y remédier et arrêter de voir papa-maman criser.

Fotolia
Fotolia

"Le sol de ma chambre est un mille-feuille de vêtements, de classeurs, de bouquins et de DVD que je dois rendre depuis six mois à une copine ! Mon bureau n'a pas un centimètre carré de vacant et mes étagères débordent. Je compte sur ma mémoire pour mettre la main sur un cours de philo... que je sais être sous la pile à gauche du bureau, juste au-dessus du livre d'exos de maths", s'amuse Clémentine, 16 ans, en première S au lycée Alain à Alençon (61), à l'aise dans son capharnaüm. Tout le contraire de ses parents.

"Son désordre m'insupporte, quand la femme de ménage vient, elle met ses affaires en tas sur le lit, puis les repose exactement au même endroit", raconte Dominique, sa mère, avant d'ajouter : "Pour l'instant, au niveau scolaire, ça tient, mais je m'inquiète pour le bac." À tort ?

"Mes parents s'énervent. Résultat : il y a une sale ambiance à la maison !"

Pour Alain Sotto, psychopédagogue et neuropédagogue, auteur d'ouvrages sur la motivation, "le désordre est certes associé à l'adolescence, mais il n'est pas toujours synonyme de chaos, beaucoup d'enfants et de jeunes gens s'y retrouvent".

"Je sais où sont les affaires dont je vais avoir besoin la semaine suivante, affirme Robin, 19 ans, étudiant en première année de BTS design d'espace." Et, de fait, l'état de sa chambre et de son placard ne dérange que ses parents. "Je suis interne, explique-t-il, et je fais des allers-retours entre Paris où j'étudie et Anglet (64). Je ne prendrais pas le risque d'oublier des choses importantes, mais je reconnais être bordélique et mes parents s'énervent. Résultat : il y a une sale ambiance à la maison !" Une attitude bien connue, qui "nécessite de s'occuper de la question seulement quand cela devient un vraie gêne ou une souffrance", poursuit Alain Sotto.

"Si on veut changer en profondeur, il est indispensable de se demander pourquoi on a besoin de tant d'objets autour de soi, de chercher à savoir, par exemple, si on se sent en insécurité ou si on a peur de manquer", explique Sophie Legault, coach en organisation. Camilo, 20 ans, étudiant en troisième année de licence de philosophie à l'Université libre de Bruxelles, était comme Robin... jusqu'au jour où il a déménagé en Belgique, dans son propre studio, il y a deux ans. "Chez mes parents, il fallait que je trouve une place aux choses et c'est dans cette recherche que je perdais du temps, dit-il. Une fois installé chez moi, j'ai pris du recul. Et compris ce qui se jouait avec cette histoire de désordre : une place d'enfant de divorcés ballotté !"

"Le moyen le plus simple pour éloigner ma mère de mes affaires"

Bien sûr, tout le monde n'a pas envie de se lancer dans une opération d'introspection. Cependant un peu de réflexion ne peut pas nuire. Cela permet toujours de mieux se connaître. Nadège, 15 ans, élève de seconde au lycée Turgot à Paris, raconte : "Mon foutoir énerve les parents, tant pis, mais c'est le moyen le plus simple que j'ai trouvé pour éloigner ma mère de mes affaires. Elle a tendance à s'immiscer, à fouiller, à chercher je ne sais quoi. J'installe des pièges, des marques et elle n'entre plus sur mon terrain."

Consciente de cette position défensive pas toujours très à-propos, la jeune fille déclare se sentir parfois "éclatée". "J'avoue, je perds beaucoup de temps à me dire : il faut que je m'ordonne, que je me recentre, je suis trop dispersée. Mais ranger mes affaires me prend un temps fou. Pour m'habiller, j'essaye plusieurs choses et, au fur et à mesure que je décide de ne pas mettre tel pull ou tel pantalon, je les laisse par terre. Et pour mes classeurs, c'est pareil : ils s'empilent !"

Marre d'être débordé par votre bazar ? Quelques trucs peuvent tout changer

Si, comme Nadège, vous en souffrez, il est temps de prendre les choses en main. Découvrez 5 trucs pour ne plus vivre dans le bordel.

Psychologie déco

Pour aller plus loin

Vos commentaires (3)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
moi.

bonjour enfin bonsoir pour moi je suis une ado de 13ans qui ne sais pas RANGER ses affaires et ses vêtements je commence a douter de moi en me disant que se n est pas normal pour une fille d etre bordelique Il y a quelque jour mes paents ont RETOURNER ma chambre pour montrer a quel point j etais BORDELIQUE si vous aussi vous etes dans le meme cas ou que vous avez des conseille a me donner répondez moi svp

clermontois.

les tactiques pour organiser SONT travail? c'est qui cet auteur qui ne fait pas relire ses écrits à défaut de connaître l'orthographe de base! a t-elle seulement elle même été étudiante un jour? Il est permis d'en douter

Nirine.

Il est permis d'en douter juste pour une faute ? Tu n'en fais jamais, peut-être ? Et à titre d'information, quand on met un point d'interrogation ou d'exclamation, il faut mettre un espace ! Il n'y a que la virgule et le point qui se place tout de suite après le mot.

Camille Frsln.

Vos conseils sont vraiment géniaux. Merci beaucoup!!!

maton constance.

Mon probleme a moi c que je suis bordelique au niveau de mes révisions. Je plannifie beaucoup de choses mais au final je ne sais plus m y retrouver et plus moyen de faire une chose a la fois. Et que je ne planifie rien c encore pire . Au final mes notes sont catastrophiques et pourtant je travaille plus de 2 heure par jour