Quand ma mère se mêle de mon compte bancaire

Ah ! le premier chéquier, la première carte bleue, les sous qui tombent du distributeur dans notre poche… la liberté ! Mais à voir l’inquiétude persistante de notre mère à l’idée que nous ayons notre propre compte bancaire, on finirait par croire que quelque chose nous échappe.

DR
DR

Eh oui, si notre maman chérie affiche cet air réprobateur à chaque fois qu’elle nous voit dégainer carte bleue et chéquier, ce n’est peut-être pas exactement pour rien. Parce que si l’acquisition d’un compte bancaire en bonne et due forme est le signe indéniable que nous voilà devenue adulte, c’est aussi le signe indéniable que nous sommes devenue responsable.

Compte bancaire et responsabilité

Responsable, c’est-à-dire obligée de tenir régulièrement nos comptes, tenue de payer des agios en cas de dépassement de notre découvert autorisé et soumise aux interdits bancaires en cas de grand n’importe quoi. La triple poisse, quoi.

Mais il arrive parfois que, toute raisonnable que nous soyons, on ne soit pas encore très au point question gestion des comptes. Et parfois, on aimerait un peu de soutien maternel (faites le test : « Quelle mère me faut-il pour gérer mon argent ? »).

Or, il ne faut pas croire, mais s’il y a bien un défaut que notre tendre mère partage avec nous, c’est sa très faible capacité de résistance à un nouveau sac à main, si hors de prix soit-il.

Découverts maternels, le mauvais modèle

« Ma mère passe sa vie à m’ordonner de faire des économies alors que comme panier percé, on ne fait pas mieux qu’elle et que le mot “épargne” demeure pour elle un concept aux contours assez flous. Du coup, j’avais un peu tendance à croire que c’était de sa faute si moi non plus je ne suis pas forte en gestion de mon petit compte », explique Régine, qui est allée jusqu’à l’interdit bancaire pour prendre conscience qu’il était peut-être temps de prendre ses responsabilités. Et qui a bien compris que ce n’était pas à sa mère que la Banque de France réclamait des comptes…

Marjorie, elle, a toujours entendu sa mère parler de ses découverts astronomiques. « Alors que le train de vie de mes parents indiquait plutôt que nous vivions confortablement, je passais mon temps à les entendre parler d’agios. Et c’est vrai que, même si j’ai appris à tenir mes comptes avec une certaine rigueur, j’ai toujours du mal à comprendre ce qu’il peut bien y avoir de si grave dans le fait d’être à découvert. »

Heureusement, notre mère, lorsqu’elle n’est pas fortiche en gestion des comptes domestiques, n’est pas le seul exemple que nous ayons à notre disposition. Et si mamounette n’assure pas un cachou de ce côté-là, c’est peut-être aussi parce qu’elle sait qu’elle peut se fier les yeux fermés à notre père qui, lui, pinaille pour trois centimes oubliés par la banque. La question que l’on doit se poser, c’est : « Et nous, sur qui on peut se reposer ? » Sur personne ? Bon, alors il ne reste qu’une solution : prendre les choses en main !

Un tiers sur qui s’appuyer

« Je suis une vraie nulle dans la gestion de mon compte en banque. Ce que j’appelle “faire mes comptes” consiste à ouvrir mon relevé mensuel et à lire la dernière ligne pour constater que oui, en effet, je suis à découvert, et me lamenter sur mon sort. Le souci, c’est que ma mère est encore bien pire que moi. Quand je lui demande comment faire, elle me répond invariablement quelque chose du type : “Bon, ma chérie, appelle ton banquier et tente de l’attendrir.” Ça craint, non ? », s'exclame Juliette.

C’est pas bientôt fini le bureau des pleurs ? Alors comme ça, c’est de la faute de maman si on n’arrive pas à faire ses comptes ? Allons, un peu de sérieux, tout de même. Apparemment, elle a des tas d’autres qualités, cette maman-là. De la fantaisie et une bonne dose d’humour, par exemple (ah, ah… attendrir son banquier, elle est bien bonne celle-là).

Mais si on veut se prendre en main question gestion, il est peut-être temps de voir qu’on a d’autres atouts de ce côté-là : un papa super calé en CAC 40, par exemple, un frangin qui passe une licence d’éco ou, pourquoi pas, une amie raisonnable (elle) qui saurait nous filer deux ou trois tuyaux. En clair, on n’a pas d’excuses.

A consulter aussi :

- Ma mère et mes amis
- Ma mère et mon boyfriend
- Ma mère et le téléphone
- Ma mère et les nouvelles technologies
- Ma mère et ses amies
- Ma mère et le shopping
- Ma mère et mon assiette
- Ma mère et mon sweet home
- Ma mère et les fringues
- Ma mère et mes études
- Ma mère et les vacances
- Ma mère et ma liberté
- Ma mère et ma belle mère
- Ma mère et mon corps
- Ma mère et le sexe
- Ma mère et mes projets
- Ma mère et les repas de famille
- Ma mère et ses amours
- Ma mère et mon mariage

parents

Pour aller plus loin

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Marinou.

Un article qui aurait mérité sa place depuis longtemps, économiser, ne pas dépenser le moindre sous que l'on gagne est très important, en ayant travaillé tous les été, et en ayant un job étudiant, j'ai pu m'acheter une voiture bien plus que correct (74000 km pour 3500€) à à peine 20ans, maintenant j'économise pour pouvoir m'installer après la fin des études de mon copain. En plus de tout cela, je m'offre des petits plaisirs : vêtements, ptits restau entre copines, sorties.. Le tout est de se prévoir un budget sorties/dépenses "loisirs" et épargner le reste! :)