Alcool au volant : comment réagissez-vous ?

L'alcool est la première cause de mortalité sur les routes. Selon une étude récente, 29 % des jeunes en consomment plusieurs fois par semaine. Et vous, quel est votre comportement ? Trendy a voulu en savoir plus.

On a voulu vérifier si vous connaissiez bien les dangers de l'alcool au volant.
On a voulu vérifier si vous connaissiez bien les dangers de l'alcool au volant. // ©  PlainPicture

"29 % des jeunes (18-24 ans) boivent plusieurs fois par semaine, voire tous les jours" 

Aude, 20 ans : "Tous les jours ? Il m'arrive de boire, mais pas à cette fréquence. Ça va dépendre des périodes. Si je sors avec des amis, ça peut être plusieurs fois par semaine, oui. Mais je peux aussi rester 3 semaines sans toucher à l'alcool. Par exemple, si je suis fatiguée mais que mes amis veulent prendre un verre, je choisirai un coca". 

Paul, 23 ans : "Je buvais pas mal quand j'étais plus jeune. Je me suis calmé depuis. En semaine, pas une goutte d'alcool. Quand j'ai des soirées le week-end, je me lâche avec mes copains. Mais le lendemain, pour me remettre d'une gueule de bois, je m'abstiens". 

Léa, 22 ans : "Je bois très rarement. Il m'arrive de me laisser tenter mais je ne me mets jamais mal. Je veux garder le contrôle, ne pas être dans un état second. Quand je vois certaines personnes ivres, ça me dissuade d'aller jusque-là". 

"6 jeunes sur 10 arrivent à dire non à un pote - qui a trop bu ou fumé - qui leur propose de les ramener"

Fiona, 20 ans : "Hors de question de monter dans la voiture d'un pote bourré. En cas de galère, je demande à la personne qui accueille la fête si je peux dormir chez elle. Sinon, si la soirée n'est pas loin de chez moi, j'appelle mes parents pour qu'ils viennent me chercher. C'est beaucoup plus sûr". 

Raphaël, 22 ans : "Malheureusement, ça m'est déjà arrivé de monter avec un conducteur ivre. Au début de la soirée, mon pote s'était engagé à rester sobre pour nous ramener et finalement il a bu. Il me disait : "T'inquiète, ça va le faire, je connais mes limites". Il était assez entamé mais je n'avais pas d'autre option. Je ne pouvais pas dormir chez la personne qui organisait la soirée, il n'y avait plus de places, et je ne voulais pas dormir sur le sol. J'ai perdu un copain dans un accident de scooter, à cause de l'alcool. Depuis, ça m'a décidé à ne jamais reproduire ce comportement. Je préfère dormir par terre". 

Déborah, 20 ans : "Je ne fais pas assez confiance aux autres pour monter en voiture avec quelqu'un qui a bu. Même si ce n'est qu'un verre, je préfère dormir sur place en soirée". 

"Un jeune sur deux applique toujours le principe de conducteur désigné lors d'une soirée" 

Marie, 19 ans : "Généralement, en soirée, on ne prend pas la voiture parce qu'on a prévu de profiter. Mais il nous arrive de désigner un SAM, conducteur qui ne boit pas. La personne désignée sait qu'elle est responsable de celles qu'elle conduit. Elle ne prend pas ça à la légère". 

Sara, 20 ans : "Je ne bois pas en soirée car j'aime prendre ma voiture pour rentrer quand je veux chez moi. Je n'aime pas les transports en commun au petit matin. Donc je ramène naturellement mes potes de soirée quand ils n'habitent pas loin de chez moi. Je ne touche pas à une goutte d'alcool : j'ai peur de l'accident mais aussi de me faire contrôler par les gendarmes et qu'on me retire mon permis". 

Consultez ici l'ensemble de l'enquête sur l'alcool et les drogues au volant chez les 18-24 ans.

Boire en soirée peut vous paraître festif, mais ne mettez pas votre vie ou celle de vos amis en danger. Il est important d'être responsables. Si vous n'êtes pas en état de reprendre le volant ou que votre pote qui a bu souhaite vous ramener, restez dormir sur place. Sinon prenez les transports en commun, un taxi ou un Uber. La première cause de mortalité sur les routes est l'alcool, responsable de 30 % des accidents. Votre vie, mais aussi celle des autres, est précieuse. Ne la gâchez pas. 

 

Santé

Pour aller plus loin