Petit face à face avec le sexe féminin en 5 étapes

L'Étudiant Trendy  |  Publié le

ME, MYSELF... ET MON BODY - Parce que le sexe féminin est caché, il reste mystérieux ! Et à moins d’un miroir pour partir à sa conquête, il n’est pas facile de l’explorer. Voici un petit face à face avec le sexe féminin, étape par étape, pour apprendre à le connaître dans ses moindres recoins. Un petit face à face également destiné aux garçons qui veulent tout savoir du sexe opposé !

Petit face à face avec le sexe féminin en 5 étapes
Avant le grand face à face avec l'Autre, quelques précisions sur l'anatomie féminine peuvent être utiles ! // © Yatuu

Etape 1 : ce que je vois à l’œil nu

La vulve est l’ensemble des organes génitaux externes. Elle est composée du pubis, des grandes et petites lèvres qui enveloppent le clitoris, du méat urinaire et de l'entrée du vagin, que l’on voie à l’œil nu. Descriptif.


Le pubis
Le pubis est la partie la plus visible du sexe féminin. Recouvert d’un triangle de poils, il est aussi appelé "Mont de Vénus" (mais on n’a pas entendu cette expression depuis des lustres). Il est fréquent, dans certaines civilisations, que les filles souhaitent réduire ou enlever leur toison pubienne, par le rasage ou l’épilation, alors que d’autres, au contraire, considèrent cet élément de leur féminité comme très important.

Les grandes lèvres
Aussi appelées nymphes, les grandes lèvres sont là pour protéger l’entrée du vagin, en refermant quasi hermétiquement cette zone sensible. Elles peuvent avoir des formes et des épaisseurs très différentes, ce qui donne au bas-ventre des filles des looks différents.

Les petites lèvres
Les petites lèvres ne sont pas appelées "petites" de par leur dimension mais parce qu’elles sont très fines. Moins épaisses que leurs grandes sœurs, les petites lèvres referment et protègent encore davantage l’entrée du vagin des "intrusions" (poussières, liquides, bactéries…). Il arrive souvent qu’elles dépassent à l’extérieur des grandes lèvres, voire qu’elles ne soient pas de tailles identiques l’une et l’autre. Ceci n’a aucune incidence, ni sur la qualité des rapports sexuels, ni sur la reproduction. Lorsque les filles sont excitées, les petites lèvres se gonflent de sang, rougissent et augmentent de volume.


Etape 2 : quand j’ouvre les lèvres

Le clitoris
Si on voit souvent le clitoris en ouvrant les lèvres, on le voit parfois sans. Tout dépend de sa taille ! On dit généralement qu’il est un petit bouton. Dédié uniquement au plaisir féminin (il est né pour ça), il est en fait d’une taille et d’une complexité bien plus grande que ce qu’il laisse entrevoir.

Le méat
Qui c’est, lui ? C’est l’orifice de l’urètre, autrement dit le petit trou, par lequel sort l’urine.

L’entrée du vagin
Et, toujours en ouvrant les lèvres, on aperçoit l’entrée du vagin, protégé par l’hymen, une fine membrane de peau.

Etape 3 : comprendre ce que je ne vois pas !

C’est bien joli de voir tout ça, mais que se passe-t-il à l’intérieur du corps ? Le clitoris se prolonge, mais où ? Et le vagin, comment est-il ?

Le clitoris
Vous l’avez compris, le clitoris est en fait d’une taille et d’une complexité bien plus grande que ce qu’il laisse entrevoir. Il mesure environ 12 centimètres et se prolonge jusqu’à l’intérieur du vagin, jusqu’au fameux point G. Il est l’équivalent féminin du pénis, il est constitué des mêmes tissus : donc, comme le pénis, il durcit et grossit quand il est excité.

Le vagin
Le vagin mesure entre 7 et 8 centimètres. Il est protégé par les grandes et les petites lèvres et est principalement dédié à la reproduction et donc aux rapports sexuels. Il accueille le sexe de l’homme lors d’une pénétration, celui-ci glissant dans ce conduit, préalablement lubrifié par des secrétions internes propres à la femme. A l’entrée du vagin, se trouve une membrane appelée hymen, qui est percée d’un ou de plusieurs trous, afin de laisser passer le sang lors des règles. Le vagin est très sensible à l’excitation mais également très souple, lui permettant ainsi de se dilater très fortement au passage d’un bébé lors de l’accouchement.

Le périnée
Le périnée est souvent méconnu et pourtant, il fait partie du sexe féminin. Le périnée est un ensemble de muscles en forme de "hamac", qui s’étend depuis le pubis jusqu’à l’anus. Il soutient les organes du bas du ventre, c’est lui qui nous aide à nous retenir lorsqu’on a envie d’aller aux toilettes et c’est lui aussi qui enveloppe le vagin : plus il est tonique, plus notre vagin est étroit et les sensations au lit décuplées ! On sent davantage la pénétration et notre partenaire est plus "serré" ce qui accentue son plaisir. A l’approche de l’orgasme, les muscles du périnée et du vagin vont alors se contracter et connaître plusieurs spasmes très agréables. Une fois l’excitation retombée, les organes reprennent leur forme et leur taille normale.


Etape 4 : je n’oublie pas les organes reproducteurs

La partie intérieure, exceptés le vagin et le périnée, est souvent qualifiée d’organes reproducteurs. On parle ici des ovaires, des ovules, des trompes de Fallope et de l’utérus.

Les ovaires produisent des ovules
De chaque côté du bas ventre de la femme se trouvent les ovaires, deux organes qui produisent des ovules. Lors de chaque cycle féminin (environ 28 jours), les ovaires font mûrir un de leurs ovules (pendant 12 à 14 jours). A ce terme, un ovule est lâché par un des ovaires (il quitte la maison où il a été créé) et descend dans l’utérus (par l’intermédiaire de conduits appelés "trompes de Fallope"), à la rencontre d’un éventuel spermatozoïde. C’est dans ces Trompes de Fallope que peut se produire la fécondation, c’est à dire la rencontre d’un ovule mûr et d’un spermatozoïde, issu de l’éjaculation de l’homme. Si l’ovule ne rencontre aucun spermatozoïde, il meure et les ovaires se remettent au travail (ils retentent leur chance) : c’est le début d’un nouveau cycle.

L’utérus
L’utérus est situé entre la vessie et le rectum. Il mesure 7,5 de large et autant de long. C’est lui qui abrite l’œuf fécondé quand fécondation il y a. Lorsque les ovaires préparent un ovule à chaque début de cycle, l’utérus bosse en parallèle : sa paroi interne, autrement appelée muqueuse utérine ou endomètre, se prépare à l’arrivée d’un éventuel embryon afin qu’il s’accroche. Elle s’épaissit. S’il y a fécondation, l’embryon peut ainsi s’agripper à l’utérus. S’il n’y a pas fécondation, la paroi de l’utérus se désintègre alors : du sang coule, ce sont les règles.

Le système reproducteur, une horloge bien huilée
Il n’est pas possible pour une femme de concevoir des enfants durant toute sa vie. Le corps de la femme ne produit des ovocytes que durant une période bien déterminée à l’avance, car il ne possède qu’un stock limité d’ovules susceptibles d’être fécondés. Cette quantité est définie à la naissance. Ce stock d’ovules commence à être "actif" à la puberté, ce qui signifie qu’une jeune fille peut-être enceinte parfois dès l’âge de 12 ans, si elle a un rapport sexuel non protégé par un contraceptif (préservatif ou autre). Le stock d’ovocytes s’épuise en général vers la quarantaine : les ovaires cessent rapidement de produire des hormones, et donc de fonctionner.  C’est ce qu’on appelle la ménopause. Cependant, une femme ménopausée pourra continuer à avoir des rapports sexuels satisfaisants, et sans risque de grossesse non désirée.


Etape 5 : mon sexe, je le trouve beau !

Il existe autant de sexe féminin que de filles. Sa taille, ses replis et sa texture sont tous très différents d’une femme à l’autre. Alors interdiction de complexer ! Un peu comme chaque fille a des pieds différents ! Alors la dernière étape de ce face à face, c’est de se dire : j’ai un beau sexe, wahou, wahou.

L'Étudiant Trendy  |  Publié le

Laisser un commentaire

Filtrer :

Commentaires
0