Colocation : devez-vous prendre une assurance ?

Assurance ou pas ? Avant d’entrer dans votre appartement en colocation, vous devez absolument souscrire un contrat d’assurance pour couvrir les éventuels risques liés à ce nouvel habitat.

Trouvez la bonne assurance, sans dépenser trop.
Trouvez la bonne assurance, sans dépenser trop. // ©  Fotolia

Dégâts des eaux, incendie, etc... Ne prenez pas tout ça à la légère : le propriétaire peut légalement vous réclamer une assurance. Et même faire inscrire au bail une clause de résiliation en cas de défaut d'assurance. D'où l'importance de ne bien faire les choses...

Alors, c'est sûr, ce n'est pas gratuit, mais quand vous aurez inondé votre voisine du dessous à cause d'une grosse fuite d'eau dans votre salle de bains, vous serez bien contente d'être assuré(e) et remboursé(e)...

PUBLICITE

Contrat individuel ou contrat collectif ?

En cas de colocation, deux cas de figure sont possibles : soit tous les colocs prennent un seul et même contrat pour le logement, soit chaque coloc prend un contrat individuel, chez l'assureur qu'il veut.

Évidemment, c'est quand même plus pratique si tout le monde est chez le même assureur, mais il n'y a pas d'obligation.

Tests comparatifs

Avant de choisir votre assureur, passez en revue les contrats proposés par les uns et les autres, et le montant des différentes franchises. Car la franchise, c'est la somme forfaitaire qui, lors d'un sinistre, reste à la charge de l'assuré.

Le propriétaire peut exiger de son locataire qu'il souscrive une assurance habitation, mais il ne peut le contraindre à s'adresser à telle ou telle compagnie d'assurance.

Le contrat multirisque habitation

L'idéal, c'est de souscrire un contrat d'assurance dit « multirisque habitation ». Il comporte deux volets.

Un volet « responsabilité civile », qui couvre tous les éventuels dommages corporels ou matériels que vous pourriez causer à des tiers. Si votre pot de géranium, lors d'une rafale, tombe sur la Twingo du voisin garée juste en dessous, c'est votre responsabilité civile qui va devoir entrer en jeu.

Un volet « dommages aux biens de l'assuré », qui vous permet d'être indemnisé(e) si vos biens personnels sont touchés, en cas d'incendie, de vol, de dégât des eaux... D'où l'importance de bien inscrire sur votre contrat l'évaluation du montant de vos biens, et de garder précieusement les factures de vos objets les plus chers. Voire carrément de prendre en photo l'appart.

En cas de sinistre ou de vol

Sachez que si un incendie se déclare dans votre appartement, touchant toutes les pièces, chaque colocataire sera tenu responsable de l'incendie et de ses conséquences, proportionnellement au montant de sa quote-part de loyer.

En cas de sinistre, prévenez votre assureur dans les cinq jours qui suivent, ou dans les quarante-huit heures en cas de vol.

Et quand vous partirez, n'oubliez pas de l'informer que vous allez changer de domicile et qu'il faudra modifier votre contrat. Cette demande de résiliation peut se faire jusqu'à trois mois après votre déménagement, mais pas au-delà.

La résiliation de votre contrat prendra effet un mois après que votre assureur aura reçu votre demande, par lettre recommandée avec accusé de réception.


colocation

Pour aller plus loin