Quitter sa colocation : lettre type pour donner son préavis

Dispute, nouvelle vie, besoin d'indépendance : il y a plusieurs raisons de quitter sa colocation, mais une seule manière de le faire bien : avec un préavis. Mode d'emploi.

Mettez le holà aux disputes entre colocs... Il en va de la réputation des Français !
Quand ça se passe mal, il faut réagir. // ©  Plainpicture/Kniel Synnatzschke

Inutile de raconter votre vie, ni d'expliquer pourquoi vous partez : la loi vous y autorise, du moment que vous le faites dans les formes.

Ce n'est que si vous souhaitez raccourcir le préavis à un mois que vous devrez fournir la preuve que vous appartenez bien à l'une des catégories visées par cette faveur.

Le préavis envoyé par le colocataire

Attention : même si tous les colocs veulent partir au même moment, chacun doit envoyer son préavis de congé nominatif.

Cette lettre est à adresser en recommandé avec accusé de réception à votre propriétaire ou à votre agence.

Exemple de lettre de préavis

Vos nom et adresse

À...

Le...

Madame, Monsieur,

Par la présente, je vous signale mon intention de résilier mon bail.

Ce congé prendra effet à réception de la présente après le délai de préavis de trois mois(*) prévu par l'article 15 de la loi du 6 juillet 1989.

Pour le loyer du mois de (indiquer le mois de fin de préavis), je ne vous serai redevable que du loyer et des charges compris entre le 1er et le xx (indiquer le jour de sortie, fin de préavis), soit la somme de yy €.

Je reste à votre disposition pour convenir d'une date de remise des clés et d'état des lieux de sortie.

Je vous prie de recevoir... »

Signature

(*) Si le préavis est raccourci à un mois : « Je me vois contraint(e) de résilier mon bail car... » Donner les raisons qui entrent dans la liste énumérée plus haut : « Ce congé prendra donc effet à réception de la présente, après le délai de préavis d'un mois prévu, dans ce cas, par l'article 15 de la loi du 6 juillet 1989. »

Le congé donné par le bailleur

Il arrive parfois que ce soit le bailleur qui notifie au locataire son congé. La loi prévoit en effet trois cas de figure où le propriétaire peut avoir recours à ce procédé, mais il doit le faire en lettre recommandée avec AR, à chacun des colocs, six mois avant la date d'échéance du bail :

- si le propriétaire veut vendre son logement ;

- si le propriétaire veut reprendre l'appartement pour y habiter lui-même ou héberger son conjoint, ses ascendants ou descendants (ou ceux de son conjoint) ;

- si le propriétaire a des motifs légitimes et sérieux envers le locataire (retards répétés dans le paiement des loyers, troubles de jouissance, etc.).

Si votre bailleur n'a pas respecté la procédure ou si ses motifs vous paraissent infondés, vous pouvez contester ce congé devant le tribunal d'instance dont vous dépendez.

logement colocation

Pour aller plus loin

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires