1. Alternance : ce que vous ne saviez (peut-être) pas
Décryptage

Alternance : ce que vous ne saviez (peut-être) pas

Envoyer cet article à un ami

L’alternance, souvent présentée comme la solution miracle pour sauver la jeunesse du chômage est un choix exigeant et contraignant, comme le racontent Julie, Brenda et Julien, trois habitués de l’alternance.

Alternance : des contrats difficiles à décrocher

Qu’il soit d’apprentissage ou de professionnalisation, un contrat en alternance est d’abord un contrat de travail, qui engage l’entreprise, comme l’étudiant-salarié.

"Presque plus dur à décrocher qu’un CDI !"

Démarcher les entreprises pour décrocher un contrat en alternance est une mission plus délicate que de chercher un stage. Il faut savoir se vendre, être capable de mettre en avant le diplôme que l’on souhaite préparer et l’adéquation avec le poste proposé par l’entreprise. "Par certains côtés, je me demande s’il n’est pas plus difficile de décrocher un contrat en alternance qu’un CDI, s’interroge Julie, 23 ans, qui connaît bien la question pour avoir déjà préparé deux diplômes en alternance. Problème : beaucoup d’entreprises ne connaissent pas, ou mal, la formule de l’alternance".

Double difficulté alors pour le candidat qui doit à la fois prôner l’intérêt de la formule et valoriser son propre profil ! Mais Julie positive : "Maintenant, je suis rôdée à la recherche d’emploi ! En comparaison, trouver un job 'classique' sera sûrement plus simple…".

La crise, une bonne excuse ?

En temps "normal", la recherche d’un contrat en alternance n’est pas chose aisée. Mais depuis un peu plus d’un an, cette recherche s’apparente de plus en plus à la conquête du Saint-Graal ! Le marché de l’emploi est en petite forme, certains secteurs sont sinistrés, les perspectives économiques restent floues… et beaucoup de recruteurs potentiels de jeunes « alternants » jouent la prudence. Résultat : entre juillet 2008 et juillet 2009, le nombre de nouveaux contrats d’apprentissage a baissé de près de 38 %. Et il est trop tôt pour savoir si les mesures incitatives annoncées en avril 2009 par le président de la République feront effet sur les volumes de recrutement. Il faut attendre octobre-novembre, période pendant laquelle la plupart des contrats en alternance sont signés.

Se donner plus de chance en prospectant dès janvier
Indépendamment de la conjoncture, un jeune qui souhaite suivre une formation en alternance doit commencer sa démarche très en amont de son entrée en poste ; l’idéal étant de commencer à prospecter une formation et une entreprise dés les mois de janvier ou février… Bon à savoir : pour les jeunes qui, bien que sélectionnés par un centre de formation, n’ont toujours pas signé de contrat avant la fin de l’année, il est parfois possible d’adopter le statut de stagiaire de la formation professionnelle. Une solution provisoire qui permet d’alterner cours et stage, en attendant de décrocher le contrat si convoité.

Sommaire du dossier
Alternance : les écoles ne se valent pas toutes L’alternance : un rythme à tenir Alternance : des missions qui ne correspondent pas aux diplômes préparés