1. Comment Adrien, 22 ans, a décroché un contrat en apprentissage pour son diplôme d’ingenieur Chez Assystem, à Cherbourg (50)
Décryptage

Comment Adrien, 22 ans, a décroché un contrat en apprentissage pour son diplôme d’ingenieur Chez Assystem, à Cherbourg (50)

Envoyer cet article à un ami

Principal obstacle à franchir quand on décide de faire ses études en alternance : convaincre un employeur de vous embaucher. Voici comment quatre étudiants aux profils et aux secteurs d’activité très différents y sont parvenus.

C’est pendant ses stages, alors qu’il préparait un DUT (diplôme universitaire de technologie) génie civil au Havre (76), qu’Adrien a réalisé qu’il apprenait plus vite sur le terrain que sur les bancs de l’école. Décidé à préparer un diplôme d’ingénieur, la solution de l’alternance s’impose vite à lui. Reste à trouver une entreprise qui accepte de l’accueillir en apprentissage. "Quand j’ai pris ma décision, j’étais en train de prospecter des entreprises pour décrocher mon stage de deuxième année de DUT." Efficace, Adrien évoque son projet d’alternance dans toutes ses candidatures de stages – une vingtaine. "J’ai pensé que c’était une bonne méthode pour gagner du temps, mais j’ai essuyé beaucoup de refus." Adrien reçoit bien quelques réponses de recruteurs qui lui demandent de les contacter plus tard dans l’année, mais rien de concret.

Au détour d’une conversation familiale, Adrien apprend alors par son père, ancien salarié d’Assystem, que l’entreprise a un projet de plusieurs chantiers pour les trois prochaines années sur le site de l’usine de retraitement des déchets nucléaires de La Hague, en Normandie. Ni une, ni deux, le jeune Breton appelle aussitôt l’agence locale de Cherbourg pour avoir le nom du chef d’agence et ses coordonnées. "Après plusieurs appels j’ai fini par l’avoir au téléphone, et je lui ai demandé un entretien pour présenter mon projet." Le rendez-vous est fixé une semaine plus tard.

Seul problème pour Adrien : de son propre aveu, il n’est pas très doué pour les entretiens. "J’ai donc contacté ma professeure de communication à l’IUT (Institut universitaire de technologie). Elle m’a dit que mon principal défaut était ma tendance à être un peu trop vague dans la présentation de mon CV. Elle m’a entraîné à mettre en avant tous les petits boulots que j’ai pu faire, serveur, préparateur de commande, cariste, employé de zoo, pour prouver que je connaissais déjà la vie en entreprise. Elle m’a aussi aidé à formuler clairement mon projet professionnel." Un entraînement qui porte ses fruits le jour de l’entretien : "Le recruteur m’a demandé ce que je voulais faire après mon diplôme. Heureusement que j’avais préparé cette question avec ma prof !"

L’avis du recruteur : Serge Papougnot, responsable de l’agence Assystem de Cherbourg
"Quand Adrien m’a appelé, je n’étais pas forcément à la recherche d’un jeune en contrat d’alternance, mais j’avais des besoins en recrutement dans le domaine du génie civil. Je traite tous les candidats de la même manière : par exemple, si la lettre de motivation d’Adrien avait été pleine de fautes d’orthographe ou mal formulée, je ne l’aurais pas reçu. Il a pris la peine de m’appeler plusieurs fois, ce qui prouvait sa motivation et son côté “accrocheur”. Au moment de l’entretien, j’ai eu en face de moi quelqu’un d’ouvert, qui avait une attitude positive. Trop de jeunes qui sortent de l’école pensent qu’on leur doit quelque chose, ce qui n’était pas le cas d’Adrien. Par ailleurs, je voulais savoir quel était son projet après le diplôme : il semblait intéressé par l’idée de rester chez nous, un bon point, car sur la quinzaine de jeunes que nous avons déjà eus en alternance ici, un seul est resté après son diplôme."


Sommaire du dossier
Retour au dossier Comment Côme, 21 ans, a décroché un contrat en apprentissage pour son BTS à l’hôtel Meridien Étoile de Paris Comment Esther, 24 ans, a décroché un contrat de professionnalisation pour son master 2 chez Total, à Paris-La Défense (92) Comment Sutharsan, 24 ans, a décroché un contrat en apprentissage pour sa licence pro dans un supermarché, à Hardricourt (78) Comment Adrien, 22 ans, a décroché un contrat en apprentissage pour son diplôme d’ingenieur Chez Assystem, à Cherbourg (50)