1. Comment Côme, 21 ans, a décroché un contrat en apprentissage pour son BTS à l’hôtel Meridien Étoile de Paris
Décryptage

Comment Côme, 21 ans, a décroché un contrat en apprentissage pour son BTS à l’hôtel Meridien Étoile de Paris

Envoyer cet article à un ami

Principal obstacle à franchir quand on décide de faire ses études en alternance : convaincre un employeur de vous embaucher. Voici comment quatre étudiants aux profils et aux secteurs d’activité très différents y sont parvenus.

Comme beaucoup d’autres lycéens, Côme a atteint la terminale sans vraiment savoir ce qu’il voulait faire de sa vie. C’est seulement son bac ES en poche qu’il a réalisé que ce qui l’intéressait vraiment, c’était de travailler dans le secteur de l’hôtellerie-restauration. Sur un salon d’orientation, il découvre qu’il a la possibilité de suivre une MAN (mise à niveau) professionnelle dans ce domaine. "Pendant une année, j’ai partagé mon temps entre l’École Grégoire-Ferrandi et Tante Louise, le restaurant de Bernard Loiseau (situé dans le VIIIe arrondissement de Paris) où j’étais apprenti. C’était passionnant, donc il était évident pour moi que j’allais faire mon BTS en alternance aussi."
 
En avril, Côme prend contact avec le responsable des BTS de son école pour s’inscrire, pensant accomplir une simple formalité. C’est la douche froide : "Il m’a posé beaucoup de questions, j’ai trouvé ça déstabilisant, je ne m’y attendais pas vraiment. Il m’a demandé pourquoi il devrait me prendre moi plutôt qu’un autre, quels étaient mes qualités et mes défauts… Un vrai entretien d’embauche." C’est que l’école de Côme, comme beaucoup d’autres dans ce secteur, reçoit beaucoup de demandes de recrutement en alternance provenant d’hôtels et de restaurants. Pour faire gagner du temps à ces entreprises "partenaires", elles font donc passer aux candidats l’équivalent d’un entretien de pré-embauche.

Cette étape franchie, Côme reçoit trois adresses d’hôtels susceptibles de l’embaucher, et comble du luxe, s’autorise à n’en contacter que deux. Dix jours après l’envoi de ses CV, il est convoqué par la direction des ressources humaines du Méridien Étoile à Paris pour un entretien. "J’ai passé 20 minutes avec la responsable des apprentis de l’hôtel, qui m’a demandé pourquoi j’avais choisi de me réorienter dans l’hôtellerie-restauration. Ensuite, j’ai rencontré la directrice des ressources humaines pour un test d’anglais de 5 minutes". 3 jours après, Côme est rappelé pour passer un quatrième entretien (le dernier !), cette fois avec son futur chef de service : "Il m’a posé les mêmes questions que les responsables des ressources humaines, preuve que la décision d’embauche se prend à plusieurs et qu’il ne suffit pas d’être recommandé par son école."

L’avis de la recruteuse : Florence Mouzer, assistante ressources humaines en charge des apprentis et des stagiaires à l’hôtel Méridien Étoile
"Je reçois beaucoup de jeunes qui ne savent pas trop pourquoi ils sont là : Côme, lui, s’est montré clair et synthétique dans sa présentation. Il a su m’expliquer son parcours et son choix de se réorienter dans notre secteur. Il m’a prouvé qu’il connaissait l’hôtel, et le type de clientèle que nous recevons, ce qui est très important pour moi – autant que le niveau minimal attendu en anglais, un niveau bac. Lors de l’entretien, je cherche à cerner l’attitude du futur apprenti face au client, en lui demandant de me raconter une expérience vécue et comment il l’a gérée, c’est toujours révélateur, tout comme la présentation générale, très importante dans nos métiers. Il faut préciser que si beaucoup de candidats nous sont envoyés par des établissements avec lesquels nous avons l’habitude de travailler, nous recevons aussi les candidatures spontanées de jeunes qui n’ont pas encore choisi leur école. Ils passent les mêmes entretiens et ensuite, nous les aiguillons vers les établissements que nous connaissons."
Sommaire du dossier
Retour au dossier Comment Côme, 21 ans, a décroché un contrat en apprentissage pour son BTS à l’hôtel Meridien Étoile de Paris Comment Esther, 24 ans, a décroché un contrat de professionnalisation pour son master 2 chez Total, à Paris-La Défense (92) Comment Sutharsan, 24 ans, a décroché un contrat en apprentissage pour sa licence pro dans un supermarché, à Hardricourt (78) Comment Adrien, 22 ans, a décroché un contrat en apprentissage pour son diplôme d’ingenieur Chez Assystem, à Cherbourg (50)