1. Apprentis, comment effectuer une période à l'étranger ?
Décryptage

Apprentis, comment effectuer une période à l'étranger ?

Envoyer cet article à un ami

Se former en apprentissage et effectuer une période à l'étranger : un objectif réaliste, à condition de bien se renseigner sur les conditions du départ. Nos conseils.

Mobilité en alternance : quand partir ?

Partir étudier à l’étranger, c’est ce que pratiquent déjà un certain nombre d'étudiants sous statut scolaire notamment grâce au programme Erasmus. Pour les apprentis qui suivent une formation professionnelle, c’est beaucoup plus rare mais pas impossible : les séjours à l'étranger dans le cadre de leur formation concernent environ 2% des apprentis. Une poignée d’établissements mène un travail actif en ce sens. Reste à débusquer la perle rare. Car l’accompagnement des apprentis (mais aussi des employeurs) passe avant tout par les CFA (centres de formation d’apprentis), souvent soutenus par d’autres réseaux, et par les conseils régionaux.

Salarié d’abord.

Période de formation ou stage en entreprise, quelque soit la raison du départ, un apprenti étant salarié, il lui faut forcément obtenir l’accord de son employeur pour partir. Durant sa période de mobilité, le jeune reste donc salarié de l’entreprise française avec laquelle il a signé son contrat.

De quelques semaines à un an

Combien de temps pourrez-vous partir ?

Pas de formule préformatée. Tout dépend des accords mis en place par les établissements ou encore du moment choisi pour partir. Le CFA de la Chambre des métiers de Loire Atlantique est un des rares centres de ce type à avoir inscrit la dimension internationale dans son projet d’établissement. Chaque année 150 étudaints de ce gros CFA partent à l'étranger. A l'école Grégoire-Ferrandi de Paris, qui dépend de la CCIP, une trentaine d'étudiants, du CAP au BTS, partent aussi chaque année pour une durée de 3 semaines à un an et demi, le plus souvent en Europe mais aussi au Canada ou même au Pérou.

Partir pendant sa formation

Au niveau du CAP ou du bac pro, les jeunes font le plus souvent des séjours découvertes de très courte durée. A l'Ecole Grégoire-Ferrandi, les séjours en cours de formation sont des séjours"groupés", organisés par l'école en patrenariat avec des écoles étrangères. Michel Mouisel, le responsable du développement international décrit le programme : "60% d'immersion en entreprise, 20% de visites professionnelles, et 20% de visites culturelles". Côté finances, l'école demande des subventions à la région, ou sollicite des entreprises partenaires, afin que ces séjours ne coûtent pas ou peu d'argent aux apprentis.

Partir après sa formation

La plupart des apprentis qui font des séjours à l'étranger le font entre deux diplômes. "Chaque année 30 à 35 étudiants partent à l'étranger explique Michel Mouisel. Le plus souvent entre leur CAP et leur bac pro, ou entre leur bac pro et leur BTS". Ces jeunes peuvent bénéficier des bourses Eurostart ou Movill'App (programme Leonardo da Vinci). Ces bourses ajoutées au montant des salaires perçus dans les entreprises d'accueil permettent aux jeunes de financer totalement leur séjour et leurs frais sur place. "Une opération blanche, c'est vraiment intéressant pour eux " commente Michel Mouisel. Les séjours sont beaucoup plus longs, de 6 mois à 1 an et demi, et toujours individuels. C'est au jeune de trouver son entreprise d'accueil, même s'il arrive que l'école fournisse des contacts de recruteurs étrangers.

Sommaire du dossier
Apprentis, comment financer sa mobilité ? Pourquoi partir à l’étranger ? L’avis des pros Pourquoi partir à l’étranger ? L’avis des apprentis Vidéo - C’est quoi ton rêve de mobilité en alternance ? Quelle reconnaissance de la période de mobilité en alternance ?