1. Alternance : naviguer entre les études et le travail
Décryptage

Alternance : naviguer entre les études et le travail

Envoyer cet article à un ami

En alternance, l’élève doit s’adapter à deux rythmes : celui de l’entreprise et celui de l’école. Dans son guide "Apprentissage, alternance : bien choisir sa formation", aux éditions L'Étudiant, Élodie Raitière nous donne de précieux conseils. Extraits.

"Plus j'apprenais à l'école, plus j'avançais dans le boulot", se souvient Maxime, qui fut apprenti ingénieur à l'ICAM (Institut catholique des arts et métiers) et chez Renault.

Comme beaucoup d'étudiants en alternance, c'est l'aller-retour entre les cours et le travail qui lui plaisait. "Ce que je venais de voir en classe, j'essayais de l'appliquer directement au travail. Cela me permettait de progresser plus rapidement que si j'étais tout le temps à l'école", poursuit-il.

À chaque centre de formation son rythme

Les rythmes diffèrent d'une formation à l'autre, mais la plupart des jeunes en alternance s'adaptent rapidement au rythme imposé par leur centre de formation.>

fleche-rouge Largo

"Quand j'ai débuté ma formation d'ingénieur, c'était trois mois en entreprise, trois mois à l'école. Cette année, c'est six mois de chaque, raconte Maxime. Dans les deux cas, je trouve ça bien d'avoir des périodes longues en cours et au travail, parce que j'ai besoin de temps pour réaliser ma mission dans l'entreprise. Quand je reviens de l'usine le soir, je ne me soucie pas des examens et je peux rester concentré sur le boulot. Chaque chose en son temps.">

fleche-rouge Moderato

Une semaine en cours, trois semaines en entreprise : le bon timing pour Amine, qui suit une formation de conducteur-livreur. "Cela laisse le temps de se plonger dans la vie de l'entreprise, puis la semaine de cours permet de casser le rythme et de prendre du recul sur ce que l'on a fait au travail."

fleche-rouge Presto

Chaque semaine, Maimouna passe deux jours à l'université d'Évry, puis trois jours au conseil régional d'Île-de-France. Cette étudiante en master MIAGE (méthodes informatiques appliquées à la gestion des entreprises) apprécie le fait de pouvoir suivre des projets sur le long terme en entreprise.

Ainsi, son tuteur l'a chargée de travailler à l'amélioration d'un logiciel visant à faire le lien entre le conseil régional et ses apprentis. "Si je m'absentais pendant un mois, j'aurais du mal à suivre les évolutions."

Deux cadences

Vous aurez des journées intenses en entreprise, car votre employeur vous paye pour accomplir un travail. On se détend pendant les semaines de formation : c'est l'occasion de prendre du recul sur les tâches que vous accomplissez dans le feu de l'action et d'apprendre de nouvelles notions.

fleche-rouge Le temps de l'entreprise

Les périodes de travail demandent beaucoup d'attention et de rigueur. "Quand on est dans l'entreprise, il faut être bon et efficace, il n'y a pas de temps pour les rêveries", témoigne Aurélie, ancienne étudiante en CQP (certificat de qualification professionnelle) d'ingénierie de la restauration. Vous n'avez pas de régime de faveur et vous suivez les mêmes horaires que les autres salariés.

fleche-rouge Le temps de l'école

Beaucoup d'étudiants estiment que les périodes de formation sont plus relaxes, car ils ne sont pas pressés par des objectifs professionnels.

Mais il faut parfois assimiler beaucoup de notions en peu de temps, notamment en BTS où les enseignants doivent faire tenir le même programme qu'en formation initiale en moins d'heures. Ils ciblent davantage leurs cours et sont obligés de survoler certaines notions.

Le programme est plus souple quand vous préparez un diplôme professionnel plutôt qu'un diplôme d'État. Certains établissements donnent une large place aux travaux pratiques, comme l'école d'ingénieurs de Maxime, qui prévoit quatre heures de cours le matin et autant de TP l'après-midi.

Bien s'accorder entre les périodes de cours et de travail

Vous devrez apprendre à gérer les transitions entre les périodes d'école et d'entreprise et il ne sera pas toujours possible de faire abstraction de l'une pour se concentrer sur l'autre.

Tirez profit de cette complémentarité.

fleche-rouge Transitions

Quand ils passent de longues périodes en entreprise et à l'école, les jeunes en alternance arrivent généralement à faire une réelle coupure entre les deux. Plus le rythme est rapide, plus il faut jongler.

Au centre de formation Alternance Pays de Loire, Yvan Guillou, responsable pédagogique, est tolérant quand il voit les impératifs professionnels s'immiscer dans les heures de cours des BTS management des unités commerciales.

"Les étudiants passent 75% de leur temps en entreprise, ils suivent des dossiers de A à Z et certains maîtrisent seuls des portefeuilles clients. Pendant le jour de cours hebdomadaire ou pendant leurs quinze jours de cours intensifs, ils ont leur portable près d'eux en mode veille en cas d'urgence", admet-il.

Émilien, lui, travaille en moyenne trois heures par jour et cinq heures par week-end à la maison. "Je prépare mon mémoire de fin d'année et je m'entraîne à l'examen d'anglais du TOIEC, que je dois valider pour avoir mon diplôme de design."

Pendant ces heures, il développe aussi plusieurs projets personnels. "Je pourrais m'en sortir avec moins d'heures, mais j'ai décidé de m'imposer ce travail supplémentaire pour avoir davantage d'expérience à la fin de mes études."

La quantité de travail à la maison varie d'une formation à l'autre. "Les profs s'arrangeaient pour nous apprendre un maximum de choses pendant les temps de cours, je n'ai pas eu besoin de passer mes soirées à travailler", témoigne Aurélie, qui a suivi un CQP (certificat de qualification professionnelle) d'ingénierie de la restauration.

fleche-rouge Complémentaires

Il y a toujours quelques différences entre ce que vous étudiez avec vos professeurs et ce que votre tuteur vous demande de faire en entreprise. C'est l'occasion de prendre des initiatives, d'oser demander et d'apprendre.

Cette complémentarité vous aide à progresser plus vite, en prenant de l'avance au travail sur le programme d'études ou en étudiant en cours les tâches que vous effectuerez plus tard en entreprise. Mais attention, si vous constatez un décalage trop important entre votre formation et la mission en entreprise, c'est que votre poste a été mal défini dès le départ ou que l'accord n'est pas respecté par l'employeur.

Votre responsable pédagogique peut vous aider à renégocier avec l'entreprise ou vous aider à en chercher une autre.

De multiples emplois du temps
38% des jeunes visant un diplôme de niveau master partagent leur semaine entre le travail et les cours, selon une étude réalisée par l'APEC (Association pour l'emploi des cadres). C'est le rythme le plus courant.
Un alternant sur cinq passe une à deux semaines à l'école, puis au moins une semaine entreprise. Seulement 9% des jeunes ont des emplois du temps qui prévoient des périodes de trois semaines de cours puis un mois en entreprise.
Source : L'alternance dans l'enseignement supérieur, APEC, septembre 2011.



Apprentissage, Alternance, bien choisir sa formation // (c)
POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Apprentissage, Alternance : Bien choisir sa formation", par Elodie Raitière.

 

Sommaire du dossier
Retour au dossier Alternance : naviguer entre les études et le travail Alternance : entre école et entreprise, où sont les pauses ?