1. Stages en alternance : la fausse bonne idée ?
Décryptage

Stages en alternance : la fausse bonne idée ?

Envoyer cet article à un ami

Attention aux mirages ! Dans votre quête d’une entreprise prête à vous accueillir en alternance pendant votre formation, peut-être avez-vous entendu parler de "stages en alternance" ou de "stages alternés". Mais de quoi s’agit-il donc ? Quelles sont les différences entre un contrat en alternance et un stage en alternance ? Quelle est la formule la plus intéressante ?

Caroline a pourtant envoyé des dizaines de CV. De juin à décembre 2010, elle a cherché obstinément une entreprise susceptible de l’accueillir pour préparer en alternance son BTS Communication. Sans résultat. En décembre, soit près de 4 mois après le début des cours, son école, privée, lui a dit : "Faute de contrat, soit vous payez l’école, soit vous arrêtez les cours".

La difficile quête du contrat

Le cas de Caroline est loin d'être isolé. "Dans ma classe, sur 35 élèves au début de l’année, 20 ont arrêté les cours faute d’avoir trouvé un contrat en alternance à temps. Cinq, dont moi, ont trouvé un stage qui leur permettra de valider leur année, et seulement 10 ont signé un vrai contrat en alternance." Caroline et ses camarades malchanceux sont en quelque sorte victimes du succès de l’alternance : ce mode de formation, loué à plusieurs reprises par le Président de la république lui-même, ne séduit pas autant les entreprises que les jeunes. Et chaque année, un certain nombre d’entre eux ne réussissent pas à signer un contrat avant la date butoir fixée par leur école. Passée cette date, s’ils souhaitent continuer à suivre les cours sous statut étudiant dans le même établissement, ce dernier leur réclamera immanquablement de payer les frais de scolarité. Mieux vaut être prévenu.

Salaire vs indemnités de stage

Caroline a choisit de rester dans son école et a donc dû s’acquitter de quelques 4.300 € de frais de scolarité (sous contrat en alternance, c'est l'entreprise qui aurait réglé cette somme). Des frais pas du tout couverts par son indemnité de stage : "256 € par mois plus la cantine et les tickets restaurants, c’est un peu juste !".

Mais l’étudiante n’a pas de regret : "Peut-être que si j’avais été en contrat d’alternance et non stagiaire, la petite agence de communication qui m’accueille m’aurait donné plus de responsabilités…Mais ce n’est même pas certain : des amies de l'école sous contrat ont des missions qui ne correspondent pas forcément à notre BTS ! Au moins je n'ai pas perdu mon temps, ni mon année".

À l’issue de cette première année, le bilan est donc finalement positif pour Caroline. "J’ai beaucoup appris dans l’entreprise, et j’ai bien aimé l’alternance entre le travail et les cours : à ce niveau-là je ne pense pas que la différence soit très grande entre le stage et le vrai contrat en alternance. La vraie différence, c’est le salaire". Et comment : en contrat d'apprentissage ou de professionnalisation, Caroline aurait touché un salaire de 700 à 1000 € mensuels...

Depuis quelques semaines, Caroline a donc recommencé à envoyer des candidatures aux entreprises, avec un objectif : décrocher une place dans une agence de communication pour y préparer sa deuxième année de BTS. Avec cette fois, si possible, un "vrai" contrat.

Contrat en alternance / stage en alternance : le match !

En un clin d'œil, comprenez quelles sont les différences essentielles entre le contrat en alternance et le stage en alternance.

  Contrat en alternance (apprentissage ou professionnalisation) Stage en alternance (ou stage alterné)
Forme juridique du contrat Contrat de travail soumis à la législation du code du travail

Convention de stage non soumise à la législation du code du travail.
Statut du jeune Salarié Stagiaire
Revenu minimum De 559 à 889 € pour les 18- 21 ans
De 723 à 1092 € pour les plus de 21 ans*
De 417 € par mois pour un stage de plus de deux mois*
Protection contre le licenciement Protection identique à celle de tout autre salarié en CDD (contrat à durée déterminée) La convention de stage n’est pas soumise à la législation du code du travail et donc la rupture, à l’initiative de l’employeur comme du stagiaire, est simple. Le préavis (pour laisser le temps au stagiaire de retrouver un autre stage) n’est même pas obligatoire.
Durée du contrat Egale à la durée de la formation (jusqu'à 3 ans). Quelques mois
Encadrement

Tuteur obligatoire uniquement pour les contrats en apprentissage

Maître de stage
Congés payés

Au bout d’un an de présence dans l’entreprise, le jeune a droit à 5 semaines de congés payés. En revanche il doit aller travailler en entreprise pendant les congès scolaires de son école ou université

Pas de congés payés, ni de congès scolaires, sauf si précisé dans la convention de stage.

Cotisations retraite Oui Non
Accès aux indemnités ASSEDIC à la fin du contrat Oui Non
Frais de scolarité La formation est prise en charge, notamment, par les conseils régionaux(apprentissage) et par les organismes professionnels (professionnalisation), et aussi par l'état et les entreprises. C'est l'étudiant qui paie ses frais de scolarité, sauf accord particulier avec l'entreprise (rare !).
Logement

A partir de la rentrée 2011, la carte d’apprenti des métiers devrait permettre à tous les jeunes en contrat en alternance d’accéder aux mêmes services que les étudiants.

Accès aux logements du CROUS
Cantine, tickets restaurant, chèques vacances, activités subventionnées par le comité d'entreprise... Oui, si ces prestations existent dans l'entreprise Dépend du bon vouloir et des pratiques de l’entreprise

 

*Ces sommes sont un minimum : les entreprises sont tout à fait libres de rémunérer davantage leurs stagiaires/alternants, et certaines convention scollectives sont également plus généreuses que ces minima.