1. Etudier en alternance, l’attrait du concret

Etudier en alternance, l’attrait du concret

Envoyer cet article à un ami

Dans une filière courte, en grande école ou à la fac, de plus en plus de diplômes sont accessibles via l’alternance. Et les jeunes n’y vont pas que pour l’argent !

Les études en alternance ont conquis durablement le supérieur. Grâce à la loi Seguin de 1987, l’apprentissage n’est plus cantonné aux CAP. Aujourd’hui, près d’un apprenti sur 5 prépare un diplôme du supérieur, soit plus de 90.000 jeunes. Le nombre de diplômés de niveau bac + 5 en apprentissage a même doublé entre 2003 et 2008. Tous les cursus sont concernés : du BTS à l’école d’ingénieurs, les filières techniques comme les filières tertiaires.

Il est désormais possible de suivre des études en apprentissage en grandes écoles, à l’université ou dans les lycées. "Nous proposons des diplômes en alternance depuis 1991, et aujourd’hui nous avons 500 jeunes en apprentissage préparant des DUT, des licences professionnelles, des diplômes d’ingénieur et un master", déclare Sophie Bourdin-Pradels, responsable de l’alternance au CNAM (Conservatoire national des arts et métiers) à Saint-Denis (93).

Sophie de Tarlé
Sommaire du dossier
Contrats d'apprentissage comme de professionnalisation exigent une implication sans faille L’apprentissage en BTS et DUT : une formule très répandue L’apprentissage dans les grandes écoles : une formule en plein développement L’apprentissage à la fac : surtout en formation professionnelle