1. Bac 2016 et ramadan : pouvez-vous demander un report des rattrapages ?
Décryptage

Bac 2016 et ramadan : pouvez-vous demander un report des rattrapages ?

Envoyer cet article à un ami
Dans certaines académies, les élèves fêtant l'Aïd pourraient voir leur oral de rattrapage décalé au 7 juillet. // © Myr Muratet / Divergence pour l'Étudiant
Dans certaines académies, les élèves fêtant l'Aïd pourraient voir leur oral de rattrapage décalé au 7 juillet. // © Myr Muratet / Divergence pour l'Étudiant

Cette année, la fête de l’Aïd el-Fitr, qui marque la fin du jeûne du ramadan, va se tenir pendant les épreuves de rattrapage du bac, le 6 juillet 2016. Dans certaines académies, les élèves concernés pourraient voir leur oral décalé au lendemain. Êtes-vous concernés ? Pouvez-vous demander un report ? Décryptage.

C’est "la polémique de trop" au bac 2016 pour les chefs d’établissement. "Cette année, on bat tous les records. Il n’y a pas eu une épreuve du bac sans erreur… Et maintenant on demande aux proviseurs de décaler d’office l’oral de rattrapage des élèves qui fêteraient l’Aïd ? C’est du jamais vu !" tonne Philipe Tournier, à la tête du syndicat de chefs d’établissement SNPDEN-Unsa. 

Quelle est la polémique ?

Ce qui ne passe pas : une note du SIEC (service interacadémique des examens et concours) d’Île-de-France envoyée le 30 juin aux centres d’examen et dont nous avons eu copie. Lors de la remise des résultats du bac, il est demandé aux chefs d’établissement de s’assurer, auprès des élèves convoqués aux rattrapages le 6 juillet, de leur présence effective. Ceux qui déclareraient fêter l’Aïd "devront être reconvoqués le lendemain", soit le 7 juillet. Objectif : "ne pas pénaliser les candidats". Cette année, cette célébration, qui marque la fin du jeûne du ramadan, tombe en effet lors des rattrapages, le 6 juillet.

Le SNPDEN juge cette situation "inadmissible". "Si on décide que le calendrier religieux est prioritaire sur les épreuves du baccalauréat, il faut avoir le courage de l'assumer, de renoncer à toutes les épreuves ce jour-là et de différer les résultats d'un jour", objecte le syndicat. 

De son côté, le ministère de l'Éducation nationale souligne que, selon les textes en vigueur, "des autorisations d’absence doivent pouvoir être accordées aux élèves pour les grandes fêtes religieuses qui ne coïncident pas avec un jour de congé." Et de rappeler dans son communiqué : "C’est d’ailleurs selon ces mêmes règles que certains bacheliers de confession juive ont pu bénéficier d’un report de l’oral lundi 13 juin 2016 à l’occasion de la Pentecôte (Chavouot)."

Qui est concerné ? 

Si vous fêtez l'Aïd, pas de conclusions hâtives ! Cette consigne ne concerne que les candidats des académies d'Île-de-France (Créteil, Paris, Versailles). Les autres rectorats fixent chacun leurs propres règles. Et même en Île-de-France, peu voire "aucun chef de centre d'examen n'appliquera cette nouvelle directive", selon Phillippe Tournier. 

Conséquences : si vous êtes au rattrapage en Île-de-France, si votre centre d'examen ne vous a pas informé d'un éventuel report de votre épreuve mais que vous souhaitez en bénéficier, c'est à vous d'en faire la demande. "Comme dans les autres académies, le candidat peut demander une autorisation d'absence auprès du secrétariat du centre d'examen, explique Philippe Tournier. Ce dernier répondra très rapidement et acceptera la demande si elle ne désorganise pas le service." Autrement dit : si un trop grand nombre d'élèves ne demandent pas en même temps ce report. "Le problème avec ce genre de polémique, c'est l'enclenchement. Il y aura peut-être beaucoup plus de demandes et donc de refus...", regrette le chef d'établissement. 

Absence lors des rattrapages

D'une manière générale, le ministère de l'Éducation nationale rappelle que "si une cause de force majeure (maladie, accident, etc.) justifie votre absence à ces épreuves, le recteur peut vous autoriser à subir les épreuves de rattrapage en vous inscrivant aux épreuves de remplacement" qui ont lieu en septembre. Si vous êtes concerné, vous devez en informer très rapidement votre rectorat et lui faire parvenir un courrier accompagné des pièces justificatives (un certificat médical, par exemple).