1. Bac 2019 : les jurys perturbés, les résultats maintenus
En bref

Bac 2019 : les jurys perturbés, les résultats maintenus

Envoyer cet article à un ami
Un jury du baccalauréat. // © REA/Nicolas Tavernier
Un jury du baccalauréat. // © REA/Nicolas Tavernier

Jeudi 4 juillet 2019, à la veille de la publication des résultats du bac, les jurys de délibération des notes ont fait face à de nombreuses et insolites perturbations. Le calendrier, lui, ne changera pas et les résultats tomberont vendredi comme prévu. En revanche, la réelle valeur du bac 2019 est remise en cause.


J'accède à mes résultats

Jurys ajournés, correcteurs expulsés des salles, saisie des notes par des personnes non habilitées, procédures illégales, notes "inventées"… Les séances de commission d'admission, racontées par le SNES-FSU, le principal syndicat des enseignants, ont ressemblé à un véritable "capharnaüm". En cause : la demande de Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale, de remplacer les notes manquantes par les moyennes des notes obtenues au cours de l'année de terminale.

Lire aussi : Rétention des notes du bac : pas de report des résultats

Rupture d'égalité entre les candidats

Mercredi 3 juillet, le ministre a en effet promis, en direct sur BFMTV, que l'ensemble des candidats au bac auraient leurs résultats ce vendredi 5 juillet 2019. Quid des quelque dizaines de milliers de notes retenues ? Elles seront remplacées par la moyenne au contrôle continu, a tenté de rassurer Jean-Michel Blanquer.

Seulement, de nombreux correcteurs, y voyant une importante rupture dans le principe d'égalité, ont refusé de se soumettre à la demande du ministre, créant ainsi de multiples incidents au sein des jurys de délibération. "Cette communication était sans doute destinée aux parents et aux élèves, mais elle a durci la position des professeurs", a analysé Frédérique Rolet, secrétaire générale du SNES-FSU. Selon le syndicat, l'annonce du ministre a même poussé des professeurs pas encore grévistes à rejoindre le mouvement.

Le SNES-FSU n'est pas le seul à alerter sur les conditions de délibération des jurys. Sur Twitter, de nombreux correcteurs ont fait état d'incidents divers et une professeure d'espagnol (non gréviste) annonçait dès 9 heures à l'Etudiant que son jury de l'académie de Créteil était ajourné. Le collectif "Bloquons Blanquer" a publié un tableau de faits intervenus dans les académies de Créteil, Versailles et Paris.

La valeur du bac 2019 en question

"Ces affirmations sont fausses" n'a pas hésité à trancher Jean-Michel Blanquer au cours d'un point presse organisé jeudi soir. Le ministre a tenu à minimiser les événements du jour : "Il y a un grand nombre d'académies dans lesquelles il n'y a eu aucun problème." Selon lui, seuls "700 correcteurs sur 175.000" n'avaient toujours pas remis leurs notes, jeudi soir.

Si le nombre d'incidents intervenus aujourd'hui au sein des jurys est "très difficile à évaluer", précise le SNES, la disparité des notes et de leurs origines forcent le questionnement : le bac 2019 aura-t-il la même valeur que les autres ? Une question balayée par le ministre de l'Education nationale, qui a voulu rassurer les familles : "Je ne laisserai pas dire que le bac est dévalorisé. La très grande majorité des élèves auront des notes définitives" dès demain matin. Quant à ceux dont les moyennes au bac seront provisoires, "leurs notes définitives seront données en début de semaine prochaine", a promis Jean-Michel Blanquer.

Les résultats du baccalauréat seront donc publiés comme prévu vendredi 5 juillet et "nous afficherons sur le site académique le nom des élèves qui ont des notes provisoires". Mais, en raison de celles-ci, des élèves pourraient être convoqués aux oraux de rattrapage alors qu'ils n'auraient pas dû. Ceux-ci se tiendront comme prévu, du 8 au 10 juillet.

Même si Jean-Michel Blanquer assure que cela restera "très marginal", l'éventualité que des élèves passent le rattrapage à cause du contrôle continu pointe une certaine inégalité. Pas de quoi faire regretter le ministre, qui estime que "cette solution (remplacer les notes manquantes par le contrôle continue, NDLR) est celle qui garantit le plus possible le principe d'égalité".

Lire aussi : Bac 2019 : les horaires des résultats dans votre académie

Sur Parcoursup, les cas des élèves lésés examinés au cas par cas

Reste le cas de Parcoursup. Puisque tous les élèves recevront leurs notes en même temps, la rétention des notes et la journée mouvementée de jeudi n'auront pas d'incidence sur la suite de la procédure. Seulement, les élèves sur liste d'attente et dont une note a été remplacée par une moyenne de contrôle continu pourraient avoir de mauvaises surprises. En attendant leur note définitive ou les oraux de rattrapage, ils pourraient en effet se faire doubler injustement par des élèves déjà admis.

"Ce sera extrêmement rare" a tempéré le ministre, qui a rappelé que les cas particuliers sont examinés directement par les rectorats. Si vous jouez de malchance et vous retrouvez donc malencontreusement dans ce cas, n'hésitez surtout pas à contacter votre rectorat au plus vite pour lui faire part de votre situation !