1. Bac
  2. Bac pro
  3. Obtenir une mention au bac pro : les trucs des cracks
  4. Quely, 16,1/20 au bac pro SPVL : “J’ai demandé à des profs des cours de soutien en petit comité”
Portrait

Quely, 16,1/20 au bac pro SPVL : “J’ai demandé à des profs des cours de soutien en petit comité”

Envoyer cet article à un ami
Quely, 16,1/20 au bac pro SPVL : “J’ai demandé à des profs des cours de soutien en petit comité” // © Photo fournie par le témoin
Quely, 16,1/20 au bac pro SPVL : “J’ai demandé à des profs des cours de soutien en petit comité” // © Photo fournie par le témoin

À 21 ans et après une réorientation, Quely décroche en juin 2013 son bac professionnel SPVL (service proximité vie locale) avec plus de 16/20 de moyenne. Aujourd’hui étudiante en BTS (brevet de technicien supérieur) ESF (économie sociale familiale), elle livre ses astuces pour obtenir la mention très bien.

Pourquoi avoir choisi ce bac pro ?

"Passionnée par le dessin et la peinture, je m'étais au départ orientée en bac technologique arts appliqués. Mon niveau était moyen, mais il est fréquent de travailler seul dans cette filière et le lien social me manquait. Au bout de deux ans, sans réel projet professionnel artistique, j'ai donc arrêté. J'ai passé mon BAFA (brevet d'aptitudes aux fonctions d'animateur) et je me suis découvert un intérêt pour le social. En cherchant une filière dans ce domaine, je suis tombée sur le bac pro SPVL (service de proximité et vie locale). Comme il s'agissait une réorientation, j'ai pu effectuer mon bac pro en deux ans au lieu de trois. "

Sa technique de révisions

"Je révisais environ six heures par semaine, toutes matières confondues, de préférence le soir et en fin de semaine. J'ai passé certaines matières professionnelles en première et mes oraux au début de la terminale. Les cours de pratique professionnelle étaient très... pratiques. Je réalisais des études de cas et j'apprenais les gestes à appliquer. Une fois les techniques acquises, je n'avais donc pas besoin de beaucoup réviser. Il me suffisait de relire le vocabulaire spécifique.

J'ai commencé à réviser les matières générales en janvier, en commençant par l'histoire-géo, où la masse de travail est importante. À chaque fin de cours, je rédigeais une fiche. Pour ne pas me perdre, je gardais la même structure de fiches pour toutes les matières. J'avais également demandé aux professeurs de français et d'histoire-géo des cours de soutien en petit comité pour ceux qui le souhaitaient. Pendant ces heures, on réalisait des exercices de révisions. Le fait de partager ses idées ou sa vision des choses avec les autres élèves rendait les cours plus concrets."

Dernière ligne droite

"Deux mois avant la fin de l'année, j'ai rassemblé les éléments que je n'avais pas compris. Je relisais attentivement les explications et je demandais aux professeurs des précisions quand il le fallait. À cette période, je m'étais également mise à réécrire mes cours car cela me permettait de retenir mes leçons. Je sortais beaucoup moins les week-ends. Même si je ne suis pas une grande amatrice de sport, je faisais du footing ou de la natation pour sortir les révisions de mon esprit. Ce type d'activités n'est pas une perte du temps. C'est même nécessaire pour ne pas saturer son cerveau."

Ce qui a fait la différence

"Je m'attendais à avoir une mention, mais pas la mention très bien ! J'avais bien révisé mes cours mais je pensais que la correction serait plus sévère. Le fait d'avoir pris en main mes révisions dès le début de l'année et d'avoir suivi un planning m'a aidée. En revanche, je regrette de ne pas avoir demandé au fil de l'année des éclaircissements à mes professeurs. Si certains éléments ne sont pas clairs pendant le cours, il vaut mieux aller les voir tout de suite. Au moment des révisions de fin d'année, le temps manque et on est dépassé par la masse de travail."

Le jour des résultats

Dans l'ensemble, Quely a eu des résultats égaux ou supérieurs à ses notes de contrôle continu. "En maths, le prof avait consacré les deux derniers mois aux révisions et ça nous a été bénéfique." Seule ombre au tableau, un accident en histoire-géo : "Je pense que j'ai mis plus de connaissances que ce qui était demandé dans l'intitulé du sujet." Heureusement, cela n'a pas mis en péril l'obtention de son diplôme.

Concernant les matières professionnelles, Quely avait pris de l'avance en réussissant ses évaluations de stage. "J'ai eu plus de mal en communication et médiation, car les cours n'étaient pas aussi approfondis que ceux de CAP (cadre action professionnelle)." Hormis ce 12/20, ses notes d'épreuves finales sont similaires à ses résultats de contrôle continu.

Les notes au bac de Quely

Les notes de l'épreuve finale apparaissent en gras quand Quely a eu une meilleure note à l'examen final ; en rouge quand elle a eu une meilleure note en contrôle continu.

Le premier tableau se lit comme suit : l'épreuve finale de "communication et médiation", par exemple, évalue les connaissances des matières "pratique professionnelle 1" et "droit", etc.

SES NOTES DANS LES MATIÈRES PROFESSIONNELLES
Note de contrôle continu Note à l'épreuve finale

Pratique professionnelle 1

18,5
Communication médiation : 12/20
Droit 13 CAP :
19/20
Pratique professionnelle 2 15 PSE : 16/20
PSE 14,95
SES NOTES DANS LES MATIÈRES GÉNÉRALES
Moyenne annuelle Note au bac
Maths 15,75 18
Anglais 13,3 14,5
Espagnol 17,75 16,5
Français 13 17,5
Histoire-géographie 17,5 7,5
Arts appliqués 16 16
Éducation physique et sportive 15,6 16

Un bac pro avec mention très bien et après ?

"Actuellement, je suis en BTS (brevet de technicien supérieur) ESF (économie sociale familiale). Après mon BTS, je souhaite poursuivre jusqu'au bac+3 en passant mon DECESF (diplôme d'État de conseillère en économie sociale et familiale). Ce diplôme me permettra de travailler dans les structures de logement, de santé et d'encadrer des personnes invalides. J'aime le fait de me sentir utile et d'informer les personnes en difficulté pour qu'elles puissent résoudre leurs problèmes."

Pour aller plus loin : J'ai raté mon bac pro : des pistes pour réagir / Quelles études après un bac pro ? / Les facs qui prennent les bacs pro... et les autres

Sommaire du dossier
Retour au dossier Joachim, 17,14/20 au bac pro maintenance des véhicules : “Je complétais le cours avec Internet” Maurine, 16/20 au bac pro ASSP : "J'ai misé sur les cartes heuristiques" Rémy, 16,1/20 au bac pro SEN : “J’essayais de bien comprendre le cours et de voir si je pouvais l’expliquer” Quely, 16,1/20 au bac pro SPVL : “J’ai demandé à des profs des cours de soutien en petit comité” Jordan, 16,01/20 au bac pro MEI : “J’étais motivé par ce que j’apprenais” Flavien, 16,04/20 au bac pro ELEEC : "J'ai travaillé avec mon voisin de chambre en internat" Audrey, 16,53/20 au bac pro ARCU (accueil) : “J’ai relu ma dernière fiche sur le parking de mon centre d’examen” Alexis, 17,53/20 au bac pro commerce : “Je regardais des émissions comme Capital ou Zone interdite”