1. Bac S 2018 : si vous passez l’épreuve de physique-chimie à l’oral de rattrapage
Coaching

Bac S 2018 : si vous passez l’épreuve de physique-chimie à l’oral de rattrapage

Envoyer cet article à un ami
Bac S - Oral de rattrapage // © Juliette Lajoie
Bac S - Oral de rattrapage // © Juliette Lajoie

Comment se déroule l'oral de rattrapage de physique-chimie de la série S ? Comment pouvez-vous gagner des points ? Qu'attendent de vous les examinateurs ? Tous nos conseils.

L’épreuve orale de physique-chimie au bac S

Vous tirez au sort un sujet comportant deux questions, portant sur deux domaines de natures différentes du programme. Pour ceux qui n'ont pas suivi l'enseignement de spécialité, les deux questions portent sur le programme de l'enseignement obligatoire. Pour ceux qui ont choisi cette spécialité, une question portera sur l'enseignement obligatoire, l'autre sur l'enseignement de spécialité.

Attention ! La calculatrice peut être interdite.

Lire aussi : Bac S : conseils pour réussir l'épreuve de physique-chimie

Pour gagner des points à l’oral de physique-chimie

Pour vous préparer, ressortez vos fiches et révisez les grandes lignes du programme. “Revoyez surtout les définitions et les démonstrations récurrentes”, conseille Jean-Michel Niederberger, professeur à Colmar (68). Le jour J, tâchez au moins de répondre aux premières questions de cours sans hésiter. Le correcteur n’ira pas chercher plus loin pour vérifier si vous connaissez le reste du programme. Si vous n’arrivez pas à résoudre le reste de l’exercice, admettez-le. L’examinateur vous mettra peut-être sur la voie. Vous pouvez être interrogé sur le nom et l’utilisation du matériel, même si vous ne le manipulez pas. “Mieux vaut donc ne pas avoir dormi en TP”, lance Cédric Lémery.

Lire aussi : Bac S : les révisions pour l'épreuve de physique-chimie

Ne faites pas d'impasse. Si vous séchez sur le sujet que vous avez tiré au sort, les examinateurs ont pour consigne de ne pas vous poser de questions sur un autre sujet. “Donc, ne faites absolument pas d’impasse pour l’oral”, résume Jean-Michel Niederberger.