1. Bac ST2S 2018 : les révisions pour l’épreuve de biologie et physiopathologie humaines
Coaching

Bac ST2S 2018 : les révisions pour l’épreuve de biologie et physiopathologie humaines

Envoyer cet article à un ami
Bac ST2S - Les révisions // © Juliette Lajoie
Bac ST2S - Les révisions // © Juliette Lajoie

Quelles techniques utiliser pour préparer l'épreuve de biologie et physiopathologie humaines du bac ST2S ? Que recommandent les profs ? Comment être le plus efficace possible dans vos révisions ? Tous nos conseils.

Pour faciliter leurs révisions, Juliette Rousselot, professeure au lycée Jean-Moulin du Blanc-Mesnil (93), encourage les candidats à tenir un répertoire de terminologie scientifique et médicale de tous les termes vus pendant le cycle terminal. "Ils doivent aussi jeter un oeil aux lexiques proposés dans les manuels", recommande-t-elle. 

Lire aussi : Bac ST2S : l’épreuve de biologie et physiopathologie humaines, à quoi s’attendre

"Pour chaque chapitre, les lycéens doivent être capables de définir 10 à 20 mots indispensables. Il y a beaucoup de vocabulaire dans cette discipline", confirme Nathalie Simoncello, professeure au lycée Francisque-Sarcey, à Dourdan (91).

Les examens paracliniques doivent être classés sur des fiches où vous noterez la définition de l'examen, ses intérêts, ses avantages et ses inconvénients.

Lire aussi : Bac ST2S : conseils pour réussir l’épreuve de biologie et physiopathologie humaines

"L'épreuve de BPH est une épreuve écrite. Sa finalité reste l'évaluation du savoir mais aussi du savoir-faire, compétence essentielle et indispensable : il faut comprendre pour savoir et pas l'inverse", souligne Laurent Martorell, enseignant au lycée Louise-Michel de Champigny-sur-Marne (94).

Lire aussi : Bac ST2S : si vous passez l’épreuve de biologie et physiopathologie humaines à l’oral de rattrapage

Damien Steiner, du lycée Séminaire-de-Jeunes, à Walbourg (67), insiste sur la grille de compétences qu'auront en main les examinateurs le jour des corrections. "Les bacheliers doivent avoir en tête les six compétences qui comptent pour le jour J : les connaissances fondamentales, la terminologie médicale, l'analyse, l'argumentation, l'explication (du principe d’un diagnostic ou d’un traitement) et les capacités à s'exprimer à l'écrit. Désormais, la copie est appréciée dans son ensemble", rappelle-t-il.