1. Bac STI2D 2018 : l’épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité, à quoi s’attendre
Coaching

Bac STI2D 2018 : l’épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité, à quoi s’attendre

Envoyer cet article à un ami
Bac STI2D - À quoi s'attendre // © Juliette Lajoie
Bac STI2D - À quoi s'attendre // © Juliette Lajoie

Les candidats de série STI2D sont évalués en contrôle continu et à l'oral pour l'épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité. Quel est son coefficient ? À quels types d'exercices allez-vous être confronté ? Voici ce qu'il faut savoir.

L'épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité se scinde en deux parties : la première est évaluée en contrôle continu au travers de trois revues de projet au maximum, principalement réparties durant le deuxième trimestre. La seconde fait l'objet d'un oral en fin d'année. 

La conduite et les revues de projet

En groupe, les élèves abordent une problématique en lien avec l'une des quatre spécialités des sciences et technologies de l'industrie et du développement durable (architecture et construction, énergies et environnement, innovation technologique et éco-conception, systèmes d'information et numérique) et mettent en place un projet.

"Les projets peuvent être pluritechnologiques", précise Fabrice Dumasdelage, cofondateur du site Mysti2d. Dans ce cas, des élèves de spécialités différentes travaillent sur un même projet, mais chacun utilise ses propres compétences.

Lire aussi : Bac STI2D : les  conseils pour réussir l’épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité

"Les sujets sont choisis en début d'année et une commission académique, composée d'enseignants et d'inspecteurs pédagogiques, les valide", détaille Fernand Rodriguez, enseignant au lycée Charles-de-Gaulle, à Muret (31). Parmi les projets déjà réalisés : rendre autonome en énergie un gîte de montagne ; concevoir la plus petite souris informatique au monde ; réaliser l'interface d'un caisson de plongée vidéo ; transformer une ancienne école en habitation...

"Ce qui est intéressant, c'est d'aller jusqu'à la production. Sur certains projets, d'architecture par exemple, ce n'est pas toujours facile ! Les candidats peuvent tout de même présenter un modèle réduit ou un plan", indique Fabrice Dumasdelage.

Trois revues de projet (au maximum) ponctuent l'année. Face aux enseignants, vous présentez l'avancement de vos travaux et l'équipe de professeurs valide ou non certaines compétences. Ces revues ont lieu, régulièrement, avant le troisième trimestre.

"On aide les élèves à réfléchir sur des problématiques, on les guide, mais on évite de leur donner directement une réponse. L'objectif est qu'ils trouvent eux-mêmes les solutions", note Fernand Rodriguez. Cette partie de l'épreuve est notée individuellement sur 20 points et affectée d'un coefficient 6.

L’oral terminal de présentation du projet

Noté sur 20, l'oral (coefficient 6 également) se déroule en juin. Vous passez devant un jury extérieur à l'établissement (dans la mesure du possible), composé de deux enseignants : un de votre spécialité et un en charge de l'enseignement transversal. "Les élèves sont notés et évalués sur la partie qu'ils ont eu à traiter", souligne Fernand Rodriguez.

Lire aussi : Bac STI2D : les révisions pour les enseignements technologiques transversaux

L'épreuve débute par la présentation orale du projet. "Très rapidement, vous devez aborder la partie que vous avez traitée et expliquer votre choix de solutions", précise Jean-Luc Vila, chef de travaux à Muret. Pour cela, vous vous appuyez sur un support. Il peut s'agir du résultat définitif de votre projet, d'un diaporama, d'un plan, de cartes heuristiques, de fichiers CAO, de posters...

L'examen se termine par un échange avec les examinateurs. Les compétences liées à la spécialité et, plus largement, aux enseignements technologiques transversaux comptent dans la note.