1. En terminale STD2A, en 2013, que sont devenus François, Alexandra, Célia et compagnie ?
Témoignage

En terminale STD2A, en 2013, que sont devenus François, Alexandra, Célia et compagnie ?

Envoyer cet article à un ami
Les élèves de terminale STD2A, année 2012-2013, du lycée Georges-Brassens, à Courcouronnes (91). // © Photo fournie par le témoin
Les élèves de terminale STD2A, année 2012-2013, du lycée Georges-Brassens, à Courcouronnes (91). // © Photo fournie par le témoin

François, Alexandra, Naïké, Célia, Noémie et Émilie ont décroché leur bac STD2A, en 2013, au lycée Georges-Brassens, à Courcouronnes (91). S’ils ont essuyé les plâtres d’une série réformée, ils l’ont choisie par passion. Cinq ans plus tard, que sont-ils devenus ?

L’Etudiant est allé à la rencontre des élèves de terminale STD2A, année 2012–2013, du lycée Georges-Brassens, à Courcouronnes (91). François, Alexandra, Naïké, Célia, Noémie et Emilie ont privilégié une filière technologique et spécialisée car ils aimaient le dessin, le théâtre, l’illustration ou la mode. Aujourd’hui, Alexandra et Naïké étudient à la fac, l’une la direction artistique, l’autre les arts plastiques, toujours accrochées à leurs idées premières. Émilie et Célia, déçues par un premier choix, ont dû réajuster leur parcours avec plus ou moins de difficultés.

Aujourd’hui, elles murissent des projets personnels, comme Noémie, qui, passionnée de bande dessinée, termine sa formation par un stage qui lui permet d’ajouter une nouvelle corde à son arc. Quant à François, passionné de 3D et de cinéma, mais aussi de cuisine, c’est dans un grand hôtel parisien qu’on le retrouve aujourd’hui.

1. Alexandra, 22 ans, en master direction artistique en alternanceà Paris (75).

 // © Photo fournie par le témoin

Ce qu’elle voulait faire ? Architecte d’intérieur. "Je suis entrée en bac arts appliqués pour devenir architecte d’intérieur. Un projet que j’avais depuis le collège. Plus jeune, je dessinais beaucoup à main levée. En première, lors d’un projet d’école en communication design, j’ai découvert la publicité. Attribuer un concept à un produit me plaît. Mais je ne voulais pas poursuivre par une formation trop pratique…"
Ce qu’elle fait aujourd’hui ? De la direction artistique. "Après le bac, j’ai intégré un DUT [diplôme universitaire de technologie] information-communication, option publicité, à l’IUT [institut universitaire de technologie] Paris-Descartes, en vue d’allier les volets stratégie et communication. J’ai rejoint la troisième année SP3 création de Sup de pub Paris. J’étais très à l’aise dans ce secteur. Après une première année en master direction artistique en alternance chez Publicis, je suis apprentie à la direction artistique Social Media chez DDB° Paris. Je travaille en binôme avec les community managers."
Et si c’était à refaire ? "Je ne changerais rien."

2. Noémie, 22 ans, en dernière année de Concept Artist à Antony (92).

 // © Photo fournie par le témoin

Ce qu’elle voulait faire ? Du dessin. "J’ai été bercée par l’univers des bandes dessinées. C’est ce qui m’a donné envie de persévérer dans cette voie. J’ai d’abord été très inspirée par les mangas, puis, au collège, j’ai essayé de trouver mon style. Je dessinais alors beaucoup de personnages. Après le bac, et sur les conseils de mes proches, j’ai intégré l’année préparatoire intégrée de l’école Jean-­Trubert, à Antony, un établissement parrainé par Uderzo."
Ce qu’elle fait aujourd’hui ? Du graphisme. "Durant cette formation, j’ai revu les fondamentaux du dessin, le volume, les couleurs, l’univers de la BD… J’ai poursuivi par une formation de dessinateur BD, en deux ans, dans le même établissement, puis par une année de Concept Artist. Je ne me sentais pas encore prête pour travailler. Aujourd’hui, je suis en stage de fin d’études aux éditions Delcourt, à Paris, où j’apprends le graphisme. C’est très sympathique de mettre en page de belles œuvres !"
Et si c’était à refaire ? "Je ferais tout de la même façon !"

Lire aussi : Quelles études après un bac STD2A ?

3. Célia, 21 ans, à la recherche d’un emploi dans l’Essonne (91).

 // © Photo fournie par le témoin

Ce qu’elle voulait faire ? Du stylisme ou de l’illustration. "J’avais l’idée de devenir costumière de scène. Puis, j’ai pensé travailler dans l’illustration. J’aimais tant le dessin et la bande dessinée ! En toute logique, j’ai intégré une filière STD2A. Après le bac, je suis entrée au CESAN, le centre d’études spécialisé des arts narratifs, à Paris."
Ce qu’elle fait aujourd’hui ? Recherche un emploi. "J’ai appris beaucoup de choses, mais en troisième année, je ne suis pas allée au bout de mon cursus. On nous imposait des travaux qui ne collaient pas avec ce que je voulais faire… La formation est payante, alors j’ai continué d’y aller, tout en sachant que je ne la validerais pas. En parallèle, je donnais des cours de dessin, lors des temps d’activités périscolaires, à Boissy-le-Cutté (91). J’ai multiplié les contrats : vendeuse chez Jeff de Bruges, équipière polyvalente à Mc Do… Aujourd’hui, je cherche un travail sur le long terme. Peu m’importe le secteur, car j’ai besoin d’argent. Je garde néanmoins plusieurs projets d’illustration en tête."
Et si c’était à refaire ? "Je ne referais pas le même parcours, mais je ne le regrette pas. J’y ai appris beaucoup de choses."

4. Naïké, 23 ans, en master arts plastiques, à l’université Paul-Valéry, à Montpellier (34).

 // © Photo fournie par le témoin

Ce qu’elle voulait faire ? Styliste. "Enfant, je voulais travailler dans la mode et devenir styliste. Avec des parents comédiens, j’ai évolué dans un monde d’artistes. Plus jeune, j’adorais me déguiser, faire du théâtre… J’ai intégré la filière STD2A sur les conseils de ma professeure principale au collège. Je n’ai pas été emballée par le contenu de la formation. Mes bonnes notes m’ont permis de m’accrocher à mon projet professionnel."
Ce qu’elle fait aujourd’hui ? Un master. "Après le bac, j’ai choisi le BTS design de mode du lycée Hemingway, à Nîmes [30]. La formation m’a plu mais j’étais un peu perdue : j’ai découvert que la mode regroupait plusieurs métiers différents. Diplômée, j’ai tenté d’intégrer des écoles d’arts appliqués, en vain. J’ai donc poursuivi en troisième année de licence d’arts plastiques à l’université Paul-Valéry, à Montpellier, puis en master 1. J’ai validé tous mes enseignements, mais pas mon mémoire. J’ai choisi, cette année, de redoubler pour pouvoir le terminer. À côté de mes études, je multiplie les voyages et je travaille comme vendeuse chez Uniqlo."
Et si c’était à refaire ? "J’ai aimé chaque année. Je compte sur les différentes expériences à venir pour affiner mon projet professionnel."

Lire aussi : Écoles d’arts appliqués : le palmarès des pros

5. Émilie, 22 ans, en deuxième année de BTS design graphique à Orsay (91).

 // © Photo fournie par le témoin

Ce qu’elle voulait faire ? Designer d’espace. "J’aime l’architecture et je voulais devenir designer d’espace. Finalement, j’ai trouvé le secteur trop strict. Comme j’aime dessiner depuis toute petite, j’ai choisi la filière STD2A. Je n’avais pas d’idée de métier. J’ai passé mon bac trois fois avant de le décrocher en tant que candidate libre."
Ce qu’elle fait aujourd’hui ? Du design graphique. "L’année où j’ai eu mon bac, j’ai suivi une MANAA [mise à niveau en arts appliqués] sur le campus de la Fonderie de l’image, à Bagnolet [93]. J’ai poursuivi par un diplôme de développeur intégrateur de médias interactifs, en deux ans. Je l’ai abandonné car on ne faisait pas de dessin, mais du codage ! J’ai préféré un BTS [brevet de technicien supérieur] design graphique à ­l’ISCIO [Institut supérieur de commerce et d’informatique d’Orsay]. Je suis en deuxième année, en apprentissage à la mairie de Juvisy-sur-Orge."
Et si c’était à refaire ? "Malgré une année en STD2A difficile, je choisirais quand même cette filière. En revanche, je rejoindrais directement un BTS après la MANAA."

6. François, 23 ans, commis de cuisine au Molitor, à Paris (75).

 // © Photo fournie par le témoin

Ce qu’il voulait faire ? Animateur 3D. "J’ai choisi la filière STD2A pour devenir animateur 3D dans les studios Pixar ! Après le bac, je voulais suivre des études menant à un BTS design graphique, en alternance. J’ai adressé plus de 400 candidatures et je n’ai reçu que trois réponses… négatives ! J’ai rejoint alors une licence de cinéma à la ­Sorbonne-Nouvelle, à Paris. Mais c’était beaucoup trop théorique !"
Ce qu’il fait aujourd’hui ? Commis de cuisine. "Finalement, je me suis orienté en CAP [certificat d’aptitude professionnelle] cuisine, une autre passion. Pendant un an, j’ai alterné cours au CFA [centre de formation d’apprentis] Belliard à Paris, et pratique en tant que commis au Plaza Athénée. Royal ! Une fois diplômé, j’ai trouvé un CDI ! Fin 2016, j’ai eu envie de changer. J’ai postulé dans des belles adresses et j’ai été recruté dix jours plus tard par le Molitor. Actuellement, je suis commis de cuisine. Si tout va bien, je serai bientôt promu demi-chef de partie…"
Et si c’était à refaire ? "J’hésite : soit je ne changerais rien, soit j’essaierais de me donner à fond pour espérer intégrer une école d’arts."