1. Quelles études après un bac STI2D ou STD2A ?
Boîte à outils

Quelles études après un bac STI2D ou STD2A ?

Envoyer cet article à un ami
Vers quel(s) cursus s'orienter avec un bac STI2D ou un bac STD2A ? // © PlainPicture / ponton
Vers quel(s) cursus s'orienter avec un bac STI2D ou un bac STD2A ? // © PlainPicture / ponton

De nombreuses filières d'enseignement supérieur : prépas, écoles spécialisées, université sont accessibles après un bac STI2D (sciences et technologies de l'industrie et du développement durable) ou un bac STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués). Toutefois, les formations courtes restent les plus adaptées pour ces bacheliers.

Le bac STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués) s’adresse aux élèves attirés par l’art et ses applications, au travers de la conception et de la réalisation d’objets ou d’espaces.

Le bac STI2D (sciences et technologies de l'industrie et du développement durable) est destiné à ceux qui s'intéressent à l'industrie, à l'innovation technologique et à la transition énergétique. Il comporte quatre spécialités : innovation technologique et écoconception, systèmes d'information et numérique, énergie et environnement, architecture et construction.

Où vont les bacheliers STI2D  ?

À la rentrée 2017, 81,6 % des nouveaux bacheliers STI2D se sont inscrits dans l'enseignement supérieur, majoritairement en STS. Voici leur répartition (en pourcentage).

UNIVERSITÉ (HORS IUT)
14,3 %
IUT (INSTITUTS UNIVERSITAIRES DE TECHNOLOGIE)
21,5 %
- DUT production 16,3 %
STS (SECTIONS DE TECHNICIENS SUPÉRIEURS) 37,2 %
- BTS production 31,8 %
CPGE (CLASSES PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES) 3,7 %
AUTRES FORMATIONS 4,8 %

Source : MESRI-SIES Systèmes d'information Scolarité, SISE, SIFA et Safran (MAP), Enquête auprès des autres établissements du supérieur.

Où vont les bacheliers STD2A  ?

À la rentrée 2016, 75,2 % des bacheliers STD2A se sont inscrits dans l'enseignement supérieur, majoritairement en STS. Voici leur répartition (en pourcentage).

UNIVERSITÉ (HORS IUT)
16 %
IUT (INSTITUTS UNIVERSITAIRES DE TECHNOLOGIE)
1 %
CPGE (CLASSES PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES) 1,4 %
STS (SECTIONS DE TECHNICIENS SUPÉRIEURS) 43 %
AUTRES FORMATIONS 13,8 %
- Dont écoles artistiques et culturelles 13,2 %

Source : MESRI-SIES Systèmes d'information Scolarité, SISE, SIFA et Safran (MAP), Enquête auprès des autres établissements du supérieur.

Les BTS et DUT, une suite logique

Les bacheliers STI2D poursuivent leurs études, pour leur majorité, en BTS (37,2 % des effectifs en 2017-2018).

Les filières qui les attirent principalement sont les BTS industriels (CPI [conception de produits industriels], CRSA [conception et réalisation de systèmes automatiques]…), informatique (SIO [services informatiques aux organisations], systèmes numériques), certains BTS agricoles (Anabiotec, aménagements paysagers) et quelques spécialités paramédicales (opticien-lunetier, podo-orthésiste…).

Plus de deux bacheliers STI2D sur dix s'inscrivent en DUT (diplôme universitaire de technologie), dans de nombreuses spécialités, industrielles et informatiques notamment (chimie, GEII [génie électrique et informatique industrielle], GIM [génie industriel et maintenance], HSE [hygiène, sécurité et environnement], QLIO [qualité, logistique industrielle et organisation], STID [statistique et informatique décisionnel], MMI [métiers du multimédia et de l'Internet]…).

Côté arts appliqués, le DNMADE (diplôme national des métiers d’art et du design) est la voie logique de poursuite d'études après un bac STD2A. En trois ans et conférant le grade de licence, il remplace à compter de 2019, le DMA (diplôme des métiers d'art) et le BTS des arts appliqués. 

Lire aussi : test orientation : pour quels métiers êtes-vous fait(e) ?

Les écoles d'art, des places à prendre

De nombreux établissements privés proposent des formations en design, graphisme, stylisme auxquelles peuvent prétendre les bacheliers STD2A, accessibles en postbac ou après une année préparatoire. 

Souvent conseillées, les prépas sont dispensées dans des écoles ou des lycées. Il en existe plus de 160 en France (ESADMM [École supérieure d’art et design Marseille-Méditerranée] à Marseille, Atelier Prép’art Sud à Toulouse, École de Condé à Paris, etc.). Avec un bon niveau au bac STD2A, il est également envisageable d’intégrer une école des beaux-arts du ministère de la Culture. Ces dernières recrutent sur concours et proposent deux cycles d’études successifs, qui mènent au DNA (diplôme national d’art) en trois ans, puis au DNSEP (diplôme national supérieur d’expression plastique) en deux ans.

Lire aussi : bien choisir son école d'art

Les écoles d'ingénieurs, pour les plus travailleurs

Les bacheliers STI2D optent pour une école d’ingénieurs. Sur la centaine d’écoles accessibles directement après le bac, les trois quarts recrutent des bacs STI2D.

Parmi elles, une partie des écoles publiques du concours GEIPI Polytech offrent des places aux STI2D, soit directement après le bac, soit en partenariat avec des IUT (instituts universitaires de technologie). Les ENI (Écoles nationales d’ingénieurs) réservent également quelques places aux bacheliers STI2D et les INSA (instituts nationaux des sciences appliquées) accueillent les meilleurs bacheliers. Des écoles privées recrutent aussi des bacs STI2D, sur concours ou dossier.

Pour viser d’autres écoles, dont les plus grandes, comme Centrale­Supélec ou les Mines, il est préférable d’intégrer une prépa TSI (technologie et sciences industrielles) et de passer ensuite les concours d’entrée. Un excellent dossier scolaire est recommandé.

Les écoles d’ingénieurs en ap­prentissage correspondent bien au profil des bacs STI2D. Toutefois, l’accès dans les écoles se fait le plus souvent après un bac+2 (DUT et dans une moindre mesure BTS). Un conseil : tentez votre chance, si vous avez un bon dossier.

Lire aussi : le palmarès général des écoles d'ingénieurs 2019

L’université, pour les meilleurs

L’entrée à la fac est envisageable, mais les enseignements technologiques et professionnels des bacs STI2D et STD2A ne sont pas nécessairement adaptés à une poursuite d'études universitaires.

L’entrée en L1 (première année de licence) demeure un pari risqué et réservé aux meilleurs bacheliers. Viser une licence professionnelle après avoir validé un BTS ou un DUT est une meilleure stratégie pour réussir après un bac technologique.

Lire aussi : test études : êtes-vous fait pour faire des études à l'université ?