1. Bacs techno 2018 : conseils pour réussir l’épreuve écrite de français
Coaching

Bacs techno 2018 : conseils pour réussir l’épreuve écrite de français

Envoyer cet article à un ami
Bac STMG - Conseils pour réussir // © Juliette Lajoie
Bac STMG - Conseils pour réussir // © Juliette Lajoie

Qu'est-ce que les correcteurs attendent de vous dans l'épreuve écrite de français des bacs techno ? Comment obtenir des points à coup sûr ? Que faut-il éviter à tout prix ? Tous nos conseils.

Ce que les correcteurs attendent de vous

Les réponses aux questions

Elles doivent être synthétiques. Certes, les références aux documents sont indispensables, et certains professeurs apprécient quelques citations. "Mais il ne faut pas écrire plus d’une page et demie, et ne pas y consacrer plus de 1 heure 15", indique Ghislaine Zaneboni, professeure de lettres modernes au lycée Matisse de Vence (06).

L’exercice demande de confronter les documents (notamment d’indiquer leurs points communs) pour les interpréter, et non de les étudier linéairement.

Comme pour tout devoir construit, commencez l’exercice par une mini-introduction où vous présenterez les documents et la problématique, mais, contrairement à la dissertation, vous n’y annoncerez pas forcément votre plan.

Le commentaire de texte

Le sujet est formulé de manière à guider votre travail. Dans un premier temps, vous devez dégager les enjeux du document à commenter et le "contextualiser". Pour cela, vous pouvez vous servir de ce que vous avez appris sur les objets d’étude, et il faut bien connaître votre histoire littéraire.

Repérez également les registres ou tonalités du texte (les procédés utilisés par l’auteur pour produire un effet). "Cela peut vous donner un indice sur sa visée. Le texte, c’est un peu comme une scène de crime. Il y a des indices à repérer, à relever, à confronter et à étudier. Par exemple, les figures de style, la musicalité, etc.", déclare Ghislaine Zaneboni.

Lire aussi : Bac techno : l'épreuve écrite de français, à quoi s'attendre

Cette recherche vous permettra dans un deuxième temps de dégager une problématique. Ce sera votre fil conducteur pour composer votre commentaire en 2 ou 3 parties. "Organisez votre argumentaire du point le moins important au point le plus important, du plus évident au moins évident", conseille Ghislaine Zaneboni.

L’introduction présente le texte, annonce la problématique et le plan. Chaque partie débute elle-même par une mini-introduction et se termine par une conclusion partielle. N’oubliez pas la conclusion générale qui, après la réponse synthétique à la problématique, peut ouvrir le sujet pour clore votre devoir.

La dissertation

Les correcteurs attendent de vous une réflexion personnelle et argumentée, fondée sur une problématique. Cette réflexion doit s’appuyer à la fois sur le corpus de textes proposé lors de l’épreuve, mais aussi sur les objets d’étude du cours, sur vos lectures et votre culture personnelle. Un exemple de sujet pour l’objet d’étude roman : "Le héros de roman peut-il être un personnage médiocre ?"

Vous pouvez utiliser un plan dialectique en 2 parties (par exemple, le traditionnel thèse/antithèse avec synthèse en conclusion), mais d’autres plans sont possibles. Là encore, introduction, problématique, annonce du plan, conclusion, transitions entre les parties sont de rigueur.

L’écriture d’invention

Vous devez écrire un texte en lien avec le corpus de documents en respectant des consignes. Suivez la forme demandée (article, lettre, critique, pamphlet, discours, dialogue, monologue…) et ses spécificités. "Par exemple, pour une lettre, vous devez indiquer une date, un objet, un destinataire, une signature. Attention : les copies doivent rester anonymes. Trouvez-vous un pseudonyme 'clin d’œil'", conseille Ghislaine Zaneboni.

Enfin, contrairement au commentaire et à la dissertation qui imposent une certaine neutralité, l’écriture d’invention offre la possibilité de donner son opinion, et même de faire preuve de mauvaise foi. "On peut se mettre dans la peau d’un autre", rappelle Ghislaine Zaneboni.

Ce qui rapporte des points

Les correcteurs apprécient les phrases courtes, claires, précises, les copies bien présentées, avec des paragraphes aérés.

Pour le commentaire, "l’élève doit entrer dans le texte. Un devoir construit, où transparaît le raisonnement donne des points", assure Ghislaine Zaneboni. L’enseignante recommande également de commencer l’introduction par une phrase qui accrochera le lecteur.

Pour la dissertation, il est toujours bon d’aller plus loin (sans faire de hors-sujet !) que les textes et le cours, d’exploiter ses propres connaissances de façon pertinente, de surprendre le correcteur avec une référence bien sentie. Comme dans le commentaire, une accroche en début de devoir est toujours bien vue.

Pour l’écriture d’invention, travaillez autant la forme que le fond.

Ce qu’il ne faut pas faire

Ne faites pas fi des consignes ! Certes, l’épreuve de français permet de s’exprimer plus librement que l’épreuve de maths. Mais il existe des règles à ne pas enfreindre. Par exemple, en écriture d’invention, si on vous demande de rédiger un monologue délibératif, ne rédigez pas un pamphlet.

Lire aussi : Bac techno : les révisions pour l'épreuve écrite de français

Évitez de commencer un commentaire par : "Ce document", formule insipide. Ne partez pas dans un laïus sur le texte sans jamais le citer (brièvement), ni en tirer un sens. Ce serait hors sujet.

Dans votre dissertation, inutile de multiplier les références à des auteurs sans les analyser. "Mieux vaut 4 ou 5 exemples bien utilisés", assure Ghislaine Zaneboni. Ne vous lancez pas dans une récitation de votre cours, un "placage" de vos connaissances, en perdant de vue le sujet précis (attention au libellé).

Évitez également les envolées lyriques dans votre composition. Gardez cela pour vos projets d’écriture personnels ou pour le sujet d’invention si le libellé l’exige.

Se préparer mentalement

Le français est la première des épreuves que vous passez au bac. Et l’écrit dure 4 heures ! La pression est là, mais dites-vous que vous avez beaucoup moins à réviser qu’en terminale. Profitez-en pour bien connaître vos cours et lire, lire, lire…

Entraînez-vous à vous concentrer le plus longtemps possible chez vous, à travailler des sujets, des problématiques en temps limité. Les examens blancs sont aussi faits pour cela.