1. Bac 2018 : pourquoi il ne faut pas sous-estimer les épreuves de langues
Coaching

Bac 2018 : pourquoi il ne faut pas sous-estimer les épreuves de langues

Envoyer cet article à un ami
Bac langues // © plainpicture/PhotoAlto/Frederic Cirou
Bac langues // © plainpicture/PhotoAlto/Frederic Cirou

Plus ou moins influentes sur votre moyenne, les épreuves de langues vivantes ne sont pas à négliger. L’Etudiant vous explique pourquoi il vaut mieux bien s’y préparer.

Le bac "in the pocket", cela pourrait être grâce à vos résultats aux épreuves de langues. Mais si vous êtes comme Simon, ce lycéen que l’on suit depuis le début du bac, vous allez peut-être vous contenter de "relire un peu le vocabulaire mais, surtout vous concentrer sur la physique et les maths", et donc de vous relâcher.

Lire aussi : Les corrigés et sujets du bac 2018 par série

Un coefficient non négligeable

Pourtant, ces épreuves de langues pourraient vous permettre de grapiller des points pour obtenir la moyenne, voire une mention. Pour les séries S, ES et STMG, le coefficient de l’épreuve de LV1 est de 3. Le coefficient est deux fois moins important que votre matière principale, mais le résultat pourrait creuser le fossé, ou limiter la casse.

Imaginez, si vous êtes en S, avoir 9/20 à toutes vos matières, excepté en mathématiques, où vous obtenez 11/20. Avoir 14/20 aux deux épreuves de langues pourrait vous permettre d’obtenir une moyenne générale de 10… et d’avoir votre bac.

Si vous êtes en L, la LV1 et la LV2 ont un coefficient plus important, d’autant plus si vous avez choisi les langues comme spécialité. Votre note passe alors d’un coefficient 4 à un coefficient 8, autant que la philosophie. Plus question de vous rater !

Lire aussi : Calculez votre moyenne possible au bac grâce à notre simulateur

Comment bien s’y préparer ?

Dernier conseil pour réussir : parlez. À plusieurs ou tout seul, et à voix haute. Si vous pouvez dire ce que vous pensez dans une autre langue, tenir une petite conversation, l’épreuve est dans la poche.