1. Bac S 2019 : conseils pour réussir l’épreuve de philosophie
Coaching

Bac S 2019 : conseils pour réussir l’épreuve de philosophie

Envoyer cet article à un ami
Bac S - Conseils pour réussir // © Juliette Lajoie
Bac S - Conseils pour réussir // © Juliette Lajoie

Qu'est-ce que les correcteurs attendent de vous dans l'épreuve de philosophie du bac S ? Comment obtenir des points à coup sûr ? Que faut-il éviter à tout prix ? Tous nos conseils.

Ce que les correcteurs attendent de vous

Une problématique

En dissertation, vous devez poser un problème philosophique sur le sujet proposé. Les questions des sujets n’interrogent pas des faits mais des jugements et demandent donc une appréciation de votre esprit critique.

“La problématique, c'est alors tout simplement la formulation claire et directe du problème que ces questions posent. On ne peut pas y répondre immédiatement de manière satisfaisante. Problématiser consiste alors à déplier ou à ouvrir la question du sujet pour mettre en évidence le problème qu’elle pose”, précise Thibaut de Saint Maurice, professeur de philosophie au lycée Gustave-Eiffel à Rueil-Malmaison (92), auteur de "Philosophie en séries" (éditions Ellipses).

Une argumentation construite

Une fois la problématique posée, il vous faut construire votre argumentation. C'est le rôle du plan en trois parties que l’on décline en thèse/antithèse/synthèse ou en thèse 1/thèse 2/thèse 3.

Les deux premières parties permettent de mettre en avant une contradiction. La troisième partie est la synthèse de ce que l’on peut penser à la fois dans la première et dans la deuxième partie. Elle peut également proposer une troisième thèse (voir ci-dessous : “Ce qui rapporte des points”).

Lire aussi : Bac S : l'épreuve de philosophie, à quoi s'attendre

Des auteurs, mais pas trop

“Posez d'abord l’architecture de votre raisonnement, en construisant votre plan, puis placez les auteurs”, préconise Francis Métivier, professeur au lycée Duplessis-Mornay à Saumur (49). Mais attention à ne pas confondre idée et auteur ! Citez d’abord l’idée, puis l’auteur ou l’exemple. N’enchaînez pas les “selon Kant”, “selon Sartre”, etc.

N’abusez pas des citations. “On ne note pas au kilo de citations. Les auteurs donnent de la matière, mais les excellentes copies, avec un style intellectuel rare et une grande qualité de raisonnement, ne citent bien souvent personne”, assure Francis Métivier.

Dégagez la thèse de l’auteur dans l’explication de texte. “L’explication de texte est un exercice difficile que les élèves n’ont jamais fait durant leur scolarité, tout le monde rame ! Il faut décortiquer la logique de l’auteur ligne par ligne. C’est de la chirurgie, il faut disséquer”, compare Francis Métivier.

Mathias Roux, professeur de philosophie au lycée Georges-Dumézil à Vernon (27) conseille de commencer par résumer la pensée du texte en une ou deux phrases. Selon lui, si vous ne parvenez pas à le faire, c'est que vous n’avez pas saisi la thèse de l’auteur. Dans ce cas, relisez attentivement le texte !

Ce qui rapporte des points

Dégager une troisième thèse dans la troisième partie de votre dissertation vous permettra de tutoyer les sommets de la notation. Pour y parvenir, Gilles Vervisch, professeur de philosophie au lycée Paul-Émile-Victor à Osny (95), auteur d'ouvrages sur la philosophie et blogueur de l'Etudiant préconise de “trouver le présupposé commun aux deux premières thèses”, c'est-à-dire ce sur quoi la thèse et l’antithèse – ou thèses 1 et 2 – s’accordent. Ainsi, vous “déconstruirez ce présupposé pour dégager une troisième thèse ne reposant pas sur celui-ci”, poursuit l'enseignant. C’est à la fois le plus dur à faire et le plus convaincant pour un correcteur.

Lire aussi : Bac S : les révisions pour l'épreuve de philosophie

En outre, “si les sujets portent sur un domaine qui relève de la spécialité au bac, on attend de l’élève qu'il mobilise ses connaissances dans ses disciplines spécifiques. En S, par exemple, les élèves doivent puiser dans leur culture scientifique”, relève Thibaut de Saint Maurice.

Ce qu’il ne faut pas faire

Ne traitez pas un sujet du bac comme une question de cours, en notant sur votre copie tout ce que vous savez sur la ou les notions que vous identifiez. C’est le défaut le plus fréquemment observé par les correcteurs. C’est d’autant plus dangereux qu’une notion peut être en jeu dans un sujet sans être directement citée. Si vous voyez le mot “liberté”, ne sautez pas dessus pour construire votre sujet autour ! Revenez-en toujours à : “Quel est le problème posé ?”

Attention à ne pas confondre la construction d’un raisonnement personnel et la construction personnelle d’un raisonnement. La première n’est pas ce que votre correcteur attend de vous. Il n’est pas question d’inventer une philosophie le jour du bac ! Et encore moins de vous contenter d’une discussion de comptoir dans laquelle vous enchaînez les opinions ou racontez votre vie.

Lire aussi : Bac S : si vous passez la philosophie à l'oral de rattrapage

Bannissez les “je pense que”. Le seul “je” possible est universel. Il ne désigne pas un individu en particulier et surtout pas vous !

“Évitez de faire un plan oui/non/ça dépend des cas”, prévient Gilles Vervisch. Vos correcteurs attendent trois vraies parties.

Se préparer mentalement

Ayez confiance… en toute humilité ! La question d’un sujet de dissertation est un problème à résoudre. Il est donc tout à fait normal que vous ne hurliez pas “je sais !” à la lecture de l’énoncé. La bonne réponse qui s’imposerait d’emblée n’existe pas. “En philo, on n’est pas mauvais quand on ne sait rien, mais plutôt quand on croit tout savoir”, assure Gilles Vervisch.

Néanmoins, vos révisions doivent vous permettre de savoir comment vous y prendre pour répondre au problème posé. Pour cela, l’entraînement est indispensable et ne se commence pas la veille de l’épreuve. Concoctez-vous un programme aussi zen que possible ! Et le jour J, mettez tout en œuvre pour rester loin de vos fiches.