1. Bac ST2S 2019 : l’épreuve de biologie et physiopathologie humaines, à quoi s’attendre
Coaching

Bac ST2S 2019 : l’épreuve de biologie et physiopathologie humaines, à quoi s’attendre

Envoyer cet article à un ami
Bac ST2S - À quoi s'attendre // © Juliette Lajoie
Bac ST2S - À quoi s'attendre // © Juliette Lajoie

Les candidats de série ST2S disposent de 3 heures pour l'épreuve de biologie et physiopathologie humaines. Quel est son coefficient ? À quels types d'exercices allez-vous être confronté ? Voici ce qu'il faut savoir.

Les candidats ont 3 heures pour travailler sur l'épreuve de biologie et physiopathologie humaines. Elle est affectée d'un coefficient 7. C’est le plus gros coefficient de la série avec le projet technologique et les sciences et techniques sanitaires et sociales.

Le sujet porte sur au moins deux des neuf chapitres du programme, à savoir les pôles enseignés en classe de terminale :

- Respiration,
- Coeur et circulation sanguine,
- Cellules, chromosomes, gènes,
- Transmission de la vie, 

- Immunologie.

Lire aussi : Bac ST2S : conseils pour réussir l’épreuve de biologie et physiopathologie humaines

Auxquels s'ajoutent les chapitres de première :


- Organisation de l'être humain,
- Motricité et système nerveux,
- Alimentation,
- Homéostasie.

Lire aussi : Bac ST2S : les révisions pour l’épreuve de biologie et physiopathologie humaines

"On attend des candidats qu'ils soient capables de restituer des connaissances vues durant le cycle terminal, qu'ils aient un vocabulaire scientifique, qu'ils sachent raisonner, analyser, argumenter, qu'ils puissent expliquer le principe d'un diagnostic ou d'un traitement, qu'ils maîtrisent les examens d'imagerie médicale (radiographie, scintigraphie, électrocardiogramme...), etc.", résume Damien Steiner, enseignant au lycée Séminaire-de-Jeunes, à Walbourg (67).

Lire aussi : Bac ST2S : si vous passez l’épreuve de biologie et physiopathologie humaines à l’oral de rattrapage

Un corpus documentaire est intégré au sujet. Il peut s'agir de schémas, de tableaux ou de graphiques, de clichés d'imagerie médicale, de photos, de textes scientifiques… L’examen se compose de trois ou quatre parties, liées par un même contexte, et les candidats doivent s'appuyer sur ces ressources pour répondre aux questions. "Le sujet déroule une histoire", a observé Nathalie Simoncello, professeure au lycée Francisque-Sarcey, à Dourdan (91).

La calculatrice peut-être ou non autorisée. En 2018, comme déjà en 2017, elle ne l’était pas.