1. Bac STL 2019 : l’épreuve de chimie-biochimie-sciences du vivant et d’enseignement spécifique à la spécialité, à quoi s’attendre
Coaching

Bac STL 2019 : l’épreuve de chimie-biochimie-sciences du vivant et d’enseignement spécifique à la spécialité, à quoi s’attendre

Envoyer cet article à un ami
Bac STL - À quoi s'attendre // © Juliette Lajoie
Bac STL - À quoi s'attendre // © Juliette Lajoie

En quoi consiste l'épreuve de CBSV (chimie-biochimie-sciences du vivant) et de l'enseignement spécifique à la spécialité ? Qu'attendent les correcteurs ? Pour vous aider à bien la préparer, voici ce que vous devez savoir et nos conseils pour arriver serein le jour J.

Les sujets de CBSV (chimie-biochimie-sciences du vivant) et de l'enseignement spécifique à la spécialité sont distribués en même temps le jour de l'examen. "Les élèves ont 4 heures pour composer. Libre à eux de s'organiser comme ils le souhaitent pour traiter les deux sujets, sachant que 2 heures sont recommandées par matière. Cependant, suivant les points forts des élèves, il peut parfois être judicieux de passer plus de temps sur l'une des deux", indique Charlène Boucher, professeure de sciences physiques au lycée Victor-Bérard de Morez (39).

Lire aussi : Bac STL : conseils pour réussir l'épreuve de CBSV et d'enseignement spécifique à la spécialité

L'épreuve de CBSV

La première épreuve, de CBSV, est affectée d'un coefficient 4 et notée sur 20 points. Elle se scinde en deux parties.

La première, notée sur 8 points, est davantage consacrée à de la restitution de connaissances. Il est ici demandé aux élèves d'utiliser un vocabulaire scientifique et des termes relatifs à la discipline, enseignée depuis la première. Dans cette visée de communication scientifique, ils sont aussi amenés à utiliser des outils tels que des tableaux, des schémas, des graphiques...

Lire aussi : Bac STL : les révisions pour l'épreuve de CBSV et d'enseignement spécifique à la spécialité

La deuxième partie, notée sur 12 points, porte sur la résolution d'un problème scientifique à partir d'un corpus documentaire. On ne demande pas seulement aux candidats des connaissances mais un raisonnement. "Les concepteurs de sujets peuvent soumettre aux bacheliers une problématique jamais vue en cours. Ces derniers doivent alors utiliser leurs connaissances et mobiliser leurs compétences pour y répondre", complète Mohammed Yousaf, enseignant au lycée Paul-Eluard de Saint-Denis (93).

Les deux parties sont en général liées par un contexte commun, mais indépendantes. Libre aux candidats de commencer par celle de leur choix. 

L'épreuve de spécialité

Elle porte soit sur les biotechnologies, soit sur les SPCL (sciences physiques et chimiques en laboratoire) et est affectée d'un coefficient 4. Elle doit être traitée sur une copie indépendante de celle de CBSV. 

Les deux sujets sont bien distincts et ont leurs propres documents.

Lire aussi : Bac STL : si vous passez l'épreuve de spécialité à l'oral de rattrapage

L'épreuve se compose de sous-parties (pouvant aller jusqu'à trois) ou de questions. Les candidats ont à leur disposition un corpus documentaire dont ils doivent extraire les informations nécessaires à la résolution des problèmes scientifiques évoqués.