1. EduQuest : on a testé le jeu vidéo qui vous fait réviser le bac
Boîte à outils

EduQuest : on a testé le jeu vidéo qui vous fait réviser le bac

Envoyer cet article à un ami
 // © EduQuest
// © EduQuest

Sans prétendre se substituer au professeur, le jeu EduQuest permet de survoler l'essentiel du programme du bac. Aux manettes d'un petit personnage qui gagne des points de vie, on passe d'un quiz sur la physique nucléaire à un QCM sur les conflits au Moyen-Orient... Gadget ou vrai outil de révisions ?

Aux yeux des créateurs du jeu EduQuest, les révisions ont un vilain défaut : elles sont barbantes. Pour y remédier, des étudiants de Sciences po et d'HEC ont édité un jeu vidéo ludique pour mobile dont la trame suit le programme du baccalauréat. On y pilote un petit personnage qui empoche des points de vie à mesure qu'il répond aux questions. À chaque niveau, une nouvelle apparence. "Je suis abasourdi, c'est fabuleux. Ça rend le bachotage beaucoup plus simple", s'ébaubit Vladimir, un lycéen, dans les commentaires de l'appli lancée en mars 2015 sur l'App Store.

Lire aussi : Révisez devant vos écrans : l'histoire en autoplay

Comme souvent, l'idée est partie d'une statistique. "95 % des lycéens jouent chaque semaine aux jeux vidéo. Plutôt que de le déplorer, nous avons choisi de nous en servir comme d'un levier pour les motiver à apprendre", répète à l'envi Arnaud Weiss, l'un des fondateurs de l'appli, qui dit s'être inspiré des techniques de "gamification" utilisées par l'École 42, l'école du code. "On s'appuie sur les jeux les plus pratiqués, Candy Crush, Angry Birds, avec des univers colorés, des niveaux, pour que les lycéens se sentent en terrain connu", poursuit-il.

À l'origine en partie payant et dédié à l'histoire-géo, le jeu désormais gratuit compte 5.000 quiz, un mode multijoueurs et traite tout l'éventail des programmes des séries générales : philosophie, SVT, histoire... "Dommage qu'il n'y ait pas la série STMG", regrette un internaute sur le forum de jeuxvideos.com.

Lire aussi : Bac 2017 : à un mois du jour J, boostez vos révisions avec l'Etudiant !

Intuitif mais répétitif

Une fois inscrit et son look choisi, il suffit de sélectionner sa matière, son chapitre – par exemple "Histoire", puis "Les États-Unis après 1918" – et nous voilà avec une vue aérienne d'une carte qui résume la progression de notre joueur. Les questions à choix multiples (QCM) défilent. Exemple : "Quelles sont les grandes mesures de Reagan pour relancer les États-Unis ?". Côté physique-chimie, le jeu met davantage de vrai-faux sur la table : variations d'énergie, excitation des particules, expérience de De Broglie... Cliquez sur les flèches pour un aperçu :

"On se sert de "l'adaptative learning", qui module en temps réel le niveau de difficulté à l'apprenant. À chaque fois que vous répondez, un petit algorithme recalibre le niveau de difficulté", explique Arnaud Weiss. Plutôt intuitif, le jeu permet une progression rapide. Mais il y a beaucoup de redites d'un niveau à l'autre. Certaines questions se répétent cinq fois, même après y avoir répondu correctement.

"Rien ne peut remplacer la figure du prof"

Christine Guimonnet, professeure d'histoire-géo en région parisienne, a passé l'appli au crible pour l'Etudiant. "Le côté jeu est un peu "neuneu" pour mes élèves qui ont entre 17 à 19 ans... Les questions pour s'entraîner, ce n'est pas mal. La partie cours, c'est moyen. Cela peut être utile pour des révisions quelques jours avant l'épreuve ou pour une fin de trimestre..."

Pour l'enseignante, il est "illusoire" de croire que le jeu remplace le travail de fond. Il peut toutefois faire office de complément, à condition de connaître ses cours sur le bout des doigts. "Il vaut mieux qu'ils aient mémorisé et effectué tout le travail d'apprentissage en amont, avant de se précipiter sur des sites dont ils ne connaissent pas les auteurs", suggère-t-elle. De son côté, Arnaud Weiss assure "ne pas avoir la prétention de remplacer la figure du prof, qui doit être constante". À tout le moins, le jeu peut remplacer Candy Crush lors d'un trajet en bus.