1. Développer son esprit entrepreneurial en école de commerce
Partenariat

Développer son esprit entrepreneurial en école de commerce

Envoyer cet article à un ami
 // © David Morganti/Neoma BS
// © David Morganti/Neoma BS

Portées par un certain nombre de nouveaux métiers, les écoles de commerce et de management mettent en place des parcours de plus en plus professionnalisants. À l’instar de NEOMA Business School à travers son programme TEMA, plutôt unique dans le paysage académique, les écoles ont pour ambition de susciter l’esprit créatif de leurs managers en herbe.

À l’heure où les entreprises font face à des défis majeurs liés à la digitalisation et à la capacité d’innovation, les écoles de commerce et de management disposent d’une intéressante carte à jouer dans la formation des entrepreneurs de demain dotés de toutes les soft skills nécessaires.

Du consultant transformation digitale à l’UX designer en passant par le business developer, l’objectif pour les différents corps enseignants, composés majoritairement de professionnels, est de former les étudiants sélectionnés au concours d’entrée SESAME*, aux nouveaux métiers.

Pour ce faire, les business schools ont déployé de nombreux programmes pour épauler et guider leurs étudiants, tels que du coaching personnalisé, des speed datings avec des recruteurs, des concours à la création d’entreprise ou encore des accès à des spécialisations en fin de cursus. Outre l’apprentissage des fondamentaux, les étudiants ont toutes les cartes en main pour s’ouvrir le champ des possibles. Les cursus privilégient notamment les mises en situation, l’alternance entre théorie et pratique et la gestion de projets business le plus souvent menés en groupe.

L’apprentissage par l’action

Il faut dire que le secteur offre de vrais débouchés. Outre le salariat traditionnel dans de grands groupes – toujours prisé –, de nombreuses études démontrent par ailleurs qu’un tiers des étudiants en école de commerce (plus de 130 000 chaque année) rêvent de monter leur propre affaire à l’issue de l’obtention de leur diplôme. Une tendance qui prouve que ces jeunes pousses, coachées par des experts tout au long de leurs cursus, n’ont pas peur d’aller lever des fonds pour mener à bien leur projet.

Placés au centre d’un écosystème soucieux de leur insertion professionnelle, ces étudiants-entrepreneurs peuvent ainsi monter en compétences étape par étape. « Pour se transformer et se réinventer, les entreprises ont plus que jamais besoin de managers au profil hybride », commente Anne-Laure Hérard, directrice du programme TEMA, décliné dans les prestigieux campus de Reims et de Paris de NEOMA Business School. « Nos jeunes doivent être agiles avec les technologies digitales, créatifs, capables de piloter des projets et des équipes pluridisciplinaires et internationales. »

Développée depuis plus de 20 ans, la triple compétence en management, digital et créativité est en effet au cœur du programme TEMA. Celui-ci repose sur une pédagogie innovante fondée sur l’apprentissage par l’action ou learning by doing. Des enseignements, séminaires et workshops sont notamment dédiés à la créativité, l’innovation et l’entrepreneuriat, dont certains en partenariat avec des étudiants d’écoles d’ingénieurs, de code ou encore de design. L’École envoie même ses étudiants en immersion parmi eux pendant tout un semestre ! Une formidable opportunité pour personnaliser son parcours.

Des projets de carrière affinés

En développant la capacité de leurs étudiants à coopérer, les écoles de commerce et de management ont ainsi l’ambition de former des entrepreneurs capables de faire autre chose autrement tout au long de leur carrière professionnelle. Ces multiples opportunités sont idéales pour développer des compétences transversales avant et pendant les périodes de stage et d’immersion en entreprises, tout en affinant son projet de carrière.

« L’entreprise est au cœur du projet, poursuit Anne-Laure Hérard. De nombreux projets sont également menés pour des entreprises. Tous les stages peuvent être réalisés sous forme de création d’entreprise. » Entre alors en scène l’incubateur de start-up de NEOMA qui accompagne chaque étudiant qui le désire dans le développement de son projet entrepreneurial.

Chez NEOMA, les étudiants ont également la possibilité d’expérimenter des cas en réalité virtuelle immersive développés par le Learning Lab. Projetés en immersion dans des situations professionnelles, ils livrent leurs analyses en direct. Autre atout de TEMA pour séduire les recruteurs ? Le book numérique que chaque étudiant réalise en fil rouge de son cursus pour mettre en valeur ses productions. Sans oublier un semestre obligatoire à effectuer à l’étranger en troisième année dans l’une des 100 écoles partenaires. Un moyen de se constituer un réseau élargi dans une autre culture. Et de rendre ainsi son profil encore plus attractif.

*Le programme TEMA post-bac est accessible via le Concours SESAME, en sélectionnant TEMA de NEOMA Business School sur parcoursup.fr entre le 22 janvier et le 12 mars. Après la confirmation des vœux sur Parcoursup avant le 2 avril 2020, les épreuves écrites du concours ont lieu le 8 avril sous forme de QCM (langues, raisonnement et compétences, analyse documentaire et connaissance des enjeux contemporains). Les épreuves orales ont ensuite lieu du 17 avril au 6 mai. Seuls les candidats qui ont obtenu les résultats suffisants aux épreuves écrites et à la note de dossier (notes du bac de français + notes de première et terminale + appréciations sur le candidat) sont invités à passer les oraux. Pour le TEMA, il s’agit d’un entretien en anglais, un entretien individuel devant un jury et d’une épreuve de créativité en groupe. Plus d’informations ? Rendez-vous aux journées portes ouvertes de NEOMA à Paris (25 janvier et 5 février), Reims (8 février) et Rouen (1er février). Informations pratiques sur http://jpo.neoma-bs.fr